Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 14, no 1, lundi 13 janvier 2014

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en oeuvre de la Convention. Il a tenu depuis huit rencontres, six ordinaires et deux extraordinaires.

La quatrième session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris du 11 au 13 juin 2013, a permis l'approbation des directives opérationnelles régissant l'utilisation de l'emblème de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ainsi que les Orientations révisées sur l'utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle. Au total, douze articles de la Convention comportent maintenant des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 134 Parties (133 États et l'Union européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en oeuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Publications récentes

Décisions du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Le Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a publié les décisions qu'il a rendues lors de sa septième session ordinaire. Le Comité s'est entre autres prononcé sur la mise en oeuvre de la stratégie de levée de fonds du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), l'impact de l'article 21 de la Convention de 2005 et l'impact du numérique sur la Convention.

Parmi les décisions rendues, le Comité intergouvernemental a invité les Parties, les organisations internationales et autres membres de la société civile à utiliser la plate-forme web du Secrétariat afin de signaler les impacts et la mise en oeuvre de l'article 21 de la Convention de 2005.

Lors de la session, le Comité a également examiné les rapports périodiques quadriennaux des Parties reçus en 2013. Au total, 65 rapports périodiques ont été soumis en 2012 et 2013 dont 25 nouveaux rapports qui sont maintenant disponibles en ligne. Il invite également les Parties qui n'ont pas encore soumis ledit document à le faire d'ici la fin avril 2014. Le Comité prend note des défis que soulèvent les technologies numériques et invite les Parties qui soumettront leurs rapports en 2014 et 2015 à inclure une section sur le sujet.

Nous vous invitons à consulter le site Internet de la Convention de 2005 de l'UNESCO afin de consulter les décisions et les nouveaux rapports périodiques quadriennaux.

La septième session ordinaire du Comité intergouvernemental s'est déroulée du 10 au 13 décembre 2013, à Paris. Le Comité se réunit une fois l'an pour une séance ordinaire et est composé de 24 représentants des Parties à la Convention de 2005, élus tous les quatre ans.

Source :

Haut de la page

Rapports en vue du Sommet sur les arts et la culture

Le 6e Sommet mondial sur les arts et la culture se tient du 13 au 16 janvier 2014, tel qu'il a été évoqué dans le bulletin du mois de décembre. Le Conseil national pour la culture et les arts du Chili (CNCA) et la Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (IFACCA) ont mis en ligne deux rapports en vue du sommet ayant pour thème « Temps créatif : nouveaux modèles pour le développement culturel ».

Le document du CNCA s'est développé à partir de la programmation du Sommet et a pour but de soulever la discussion entre les participants. La première partie du document présente de multiples enjeux pour le développement culturel tels que la culture et le développement durable, les technologies, la culture et la mondialisation, et une réflexion sur l'avenir des politiques culturelles. La seconde partie présente des études de cas, dont des projets au Cambodge, en Australie et au Rwanda.

L'IFACCA a également produit un document sur les principaux enjeux de la gestion publique des arts. Le document compte une première partie sur la gestion publique des arts et ses principales forces, faiblesses et défis, et une deuxième partie sur le secteur culturel. Le document s'appuie sur un questionnaire distribué aux agences publiques de financement des arts, des experts en politiques culturelles, et des membres du réseau de l'IFACCA.

Nous vous invitons à consulter les documents du CNCA et IFACCA sur le site Internet de l'IFACCA.

Le Sommet mondial est un rendez-vous international qui rassemble des professionnels et des praticiens qui sont impliqués en politique culturelle et en financement des arts. Organisé pour la première fois en Amérique latine, ce Sommet offre une occasion stratégique pour réunir des décideurs et des acteurs clés de la région qui sont engagés dans les défis du financement des arts et le soutien au développement des industries culturelles et créatives.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Les livres norvégiens se retrouveront en ligne d'ici 2030

La Bibliothèque Nationale de Norvège (BNN) a pour projet de numériser tous les écrits qui ont été publiés dans le pays. Le programme a débuté en 2006 et devrait s'étendre sur une période de 20 à 30 ans. Le but est de numériser autant les écrits anciens que les documents plus récents faisant l'objet d'un dépôt légal et publiés dans le pays.

La particularité du projet norvégien réside dans le fait que le volume de documents numérisés est plus important puisqu'il inclut de la littérature ancienne. La BNN prévoit donner accès aux documents numérisés à toutes les personnes qui se trouvent sur le territoire norvégien. Ainsi, les documents seront disponibles depuis la BNN, mais également via d'autres sites Internet.

Sources :

Haut de la page

Europe Créative

C'est le 1er janvier qu'est entré en vigueur le programme « Europe Créative », approuvé par le Parlement européen en novembre et par le Conseil de l'Union européenne le 5 décembre 2013. Le programme vise à assurer la promotion de la diversité culturelle, à aider les secteurs culturels et créatifs à s'adapter au numérique et à offrir de nouveaux marchés pour les biens et services culturels.

Ce programme octroi un budget de 1,46 milliard d'euros pour les sept prochaines années aux secteurs créatifs et culturels européens. Ce budget correspond à une hausse de 9 % du précédent budget et permettra de financer 250 000 artistes du secteur culturel et créatif. Le programme vise également à faciliter l'accès au financement de petites entreprises culturelles en leur offrant jusqu'à 750 millions d'euros en prêts bancaires. 

Les appels de propositions dans le cadre du nouveau programme sont maintenant disponibles sur le site Internet d'Europe Créative

Les secteurs culturels et créatifs européens représentent 4,5 % du PIB de l'Union européenne et emploient plus de 8 millions de personnes. 

Source :

Haut de la page

Diversité culturelle dans les festivals du Maroc

Le 27 décembre 2013, le ministère de la Culture du Maroc a tenu une journée d'étude sur l'élaboration d'un nouveau modèle de gestion des festivals. Ce modèle cherche à atteindre des objectifs pour promouvoir la diversité culturelle et le rendement socio-économique des manifestations artistiques, notamment par la mise en place d'une programmation plus précise et l'intégration, dans la mesure du possible, de toutes les formes d'expressions artistiques.

Cette démarche va de pair avec les activités d'une autre commission qui siégeait au même moment à Rabat pour discuter de la gestion des salles de cinéma. La Commission chargée d'étudier la question de la gestion des festivals s'est également penchée sur l'enjeu du professionnalisme dans les festivals de cinéma qui ont comme but de promouvoir le cinéma marocain sur la scène nationale et internationale.

Vous pouvez consulter le communiqué émis par le site Internet du ministère de la Communication du Maroc.

Ces deux commissions sont composées de représentants du ministère de la Culture, du ministère de la Communication, du ministère de l'Économie et des Finances, et d'autres organisations oeuvrant dans le domaine culturel. Le ministère de la Culture du Maroc participe à l'organisation de 24 festivals et il existe environ 50 festivals de cinéma dans le pays.
 
Sources :

Haut de la page

Rencontre sur le financement des projets culturels en Afrique francophone

Une rencontre s'est déroulée entre des opérateurs culturels et des bailleurs de fonds les 17 et 18 décembre 2013 à Bruxelles. Cette rencontre a été instiguée par la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle (FICDC), l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l'ACPCultures+.

Plusieurs bailleurs de fonds ont participé à cette rencontre, notamment l'OIF, l'UNESCO, la Banque africaine de développement et le British Council. Cette rencontre avait pour but de mettre en commun les connaissances sur la recherche de financement et la pérennisation des projets culturels en Afrique francophone.

Nous vous invitons à consulter le site Internet de la FICDC afin de prendre connaissance des documents relatifs à la rencontre. Il est entre autres possible de consulter la présentation du Centre danois pour la culture et le développement ainsi que la présentation relative au crowdfunding pour les projets créatifs en Afrique.

Le « crowdfunding » consiste en un appel d'offres via des plateformes web afin de recevoir un financement pour un projet en échange d'une contrepartie pouvant prendre différentes formes, allant d'une mention directe dans l'oeuvre à un remboursement lorsque le financement est fait sous forme d'un prêt communautaire.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Rencontre d'experts sur la Convention de 2005 de l'UNESCO

À l'initiative du ministère de la Culture et de la Francophonie de la Côte d'Ivoire, 55 experts nationaux et internationaux se sont rencontrés le 26 décembre passé pour discuter de la question des stratégies de mise en oeuvre de la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. L'objectif principal des organisateurs était de promouvoir la Convention de 2005.

Deux activités de l'atelier ont particulièrement retenu l'attention. D'une part, les participants ont été informés des différentes modalités permettant l'accès au financement des activités dans le cadre de la Convention de 2005 de l'UNESCO. Il a par ailleurs été suggéré de favoriser davantage la participation des acteurs gouvernementaux dans la promotion de celle-ci. D'autre part, durant l'atelier, quatre groupes de travail ont proposé des solutions et des actions à prendre afin de vulgariser la Convention de 2005 de l'UNESCO.

Source :

Haut de la page

Publication d'un rapport préliminaire sur la production du secteur des arts et de la culture aux États-Unis

Le U.S. Bureau of Economic Analysis (BEA) et le National Endowment for the Arts (NEA) ont publié un rapport détaillant le compte satellite de la production des arts et de la culture (Arts and Cultural Production Satellite Account). C'est la première fois qu'une analyse aussi détaillée est effectuée. Selon le rapport préliminaire, la production du secteur des arts et de la culture représenterait 3,2 % du PIB des États-Unis en 2011, pour un total de 504 milliards de dollars.

À elle seule, l'industrie du film et du vidéo d'Hollywood a contribué à hauteur de 47 milliards de dollars à la valeur du PIB en 2011. Les données montrent toutefois un déclin de la part du secteur des arts et de la culture dans le PIB depuis 2007, celui-ci se situant plutôt autour de 3,5 et 3,7 % dans la décennie précédente. Il est toutefois possible de constater qu'entre 2008 et 2011, les États-Unis ont exporté plus de biens culturels tels que des bijoux et des films (10,4 milliards de dollars de plus) que ce qu'ils ont importés.

Afin de recueillir leurs données, les chercheurs ont eu notamment la collaboration d'Hollywood, des compagnies de publicités, de compagnies de production télévisuelle, de maisons d'éditions, et du monde des arts de la scène.

Veuillez noter que les résultats pour 2012 seront disponibles à l'automne 2014. Pour prendre connaissance du rapport, nous vous invitons à consulter le site Internet du BEA.

Sources :

Haut de la page

Christian Mungiu et Voix de Femmes : lauréats du Prix Diversité culturelle

Pour faire suite à l'annonce de l'appel de candidatures parue dans l'édition de juillet 2013 du bulletin, voici les lauréats du Prix Diversité culturelle 2013 de la Coalition française pour la diversité culturelle.

Un prix a tout d'abord été remis à Christian Mungiu, cinéaste roumain, en raison de son engagement dans les revendications quant à l'exclusion du secteur audiovisuel des négociations de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les États-Unis.

Un second prix a été décerné à l'association Voix de Femmes. Cette association organise tous les deux ans un festival en Belgique qui fait la promotion des femmes dans le domaine artistique sous plusieurs formes.

Nous vous invitons à consulter le site Internet de la Coalition française pour la diversité culturelle afin de connaître les critères d'éligibilité lors de cette troisième remise de prix.

Source :

Haut de la page