Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 3, no 22, lundi 25 août 2003

Les pays en développement et le projet de convention internationale sur la diversité culturelle

La version anglaise et espagnole du quatrième texte de la chronique mensuelle sur la diversité culturelle, intitulée : «Les pays en développement et le projet de convention internationale sur la diversité culturelle», est maintenant. disponible sur notre site Web. Vous pouvez le consulter à :

et nous envoyer éventuellement vos questions, vos commentaires ou vos suggestions à: SGDC@mcccf.gouv.qc.ca. Il nous fera plaisir d’y donner suite. La prochaine chronique, intitulée : «Pour un meilleur accès à la diversité de l’offre cinématographique» sera disponible sur notre site Web dès cette semaine. Nous vous invitons fortement à le consulter.

DANS CE NUMÉRO :

Autres actualités d'intérêt



Autres actualités d'intérêt

Le Forum social européen 2003

Du 12 au 16 novembre prochain aura lieu à Paris le Forum social européen 2003 (http://www.paixbalkans.org/forum_social.htm). Les travaux de ce FSE porteront sur cinq axes thématiques dont l’un est consacré aux médias et à la culture. Dans le cadre de cet axe thématique se tiendra une table ronde dont l’objectif est d’amener les participants à réfléchir sur les initiatives politiques qui pourraient assurer le respect de la diversité culturelle et linguistique face à la tendance à l’homogénéisation et à la globalisation. Pour consulter le programme du FSE :

Haut de la page

Cultural diversity, fraternity and the democratic project

Mark tamthai –18 juin 2003 – 2003/06/18.

Dans cette étude, M. Mark Tamthai considère que la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle, adoptée en novembre 2001, laisse beaucoup de «vraies questions» sans réponse et en soulève bien d’autres. Il se propose donc d’y répondre en abordant la diversité culturelle comme projet démocratique. (Disponible en anglais seulement)
Groupe d’études et de recherches sur les mondialisations (GERM)

Haut de la page

L’enjeu occulte de la 5ième conférence ministérielle de l’omc : le consensus contre le développement

Dorval Brunelle - Août 2003 – 2003/08

Dans ce texte, l’auteur souligne les nombreux défis qui se posent à la 5e Conférence ministérielle de l’OMC de septembre prochain et les désaccords qui existent entre ses 146 membres. Pour les partenaires de l’ALÉNA, par exemple, et notamment entre les États-Unis et le Canada, les désaccords portent sur la libéralisation des services d’éducation, de santé, ainsi que sur la diversité culturelle. Partant du constat que le manque de transparence et de démocratie entache le processus en cours de négociation à l’OMC à l’heure actuelle, l’auteur soutient que le recours à un principe d’universalité est nécessaire, mais non suffisant. Selon lui, la sanction d’un principe d’universalité est porteuse des pires injustices à moins que ses effets ne soient tempérés par le recours à la différenciation. Pour ce faire, «le principe de différenciation devrait permettre de faire droit à deux réalités : premièrement, au fait que les partenaires sont non seulement inégaux, mais très fortement différenciés et, deuxièmement, au fait que tous les biens, tous les produits, tous les services, tous les investissements ne sont pas commercialisables partout, toujours, pour tous, dans tous les cas». (Disponible en français seulement).

Haut de la page

Public consultation by the european commission on the review of the television without frontiers directive- ebu contribution

July 2003 -2003/07/15

À la question de savoir si l'Union européenne devrait disposer des moyens pour mener une véritable politique audiovisuelle européenne en contribuant entre autres au respect et à la promotion de la diversité culturelle et des médias au niveau de l'Union, tout en respectant  les compétences des États membres en matière de politique audiovisuelle et culturelle, l’Union européenne de Radiotélévision soutient que le réexamen de la directive TVSF ne peut faire l'économie d'une réflexion approfondie sur les objectifs et les priorités d'une future politique audiovisuelle européenne et le rôle de l'Union européenne en la matière. Ainsi, le réexamen doit également prendre en compte l'intensification de la diversité culturelle et les différences de développement dans une Union élargie. De même, afin d'obtenir un véritable espace audiovisuel européen, la portée de la Directive ne doit pas se limiter aux seuls aspects de l'élimination d'obstacles au marché intérieur. D'autres objectifs d'intérêt général, tels que notamment le pluralisme des médias et la diversité culturelle doivent clairement être pris en compte. (Disponible en anglais et en français seulement)
European Broadcasting Union

Haut de la page

France-québec : la nouvelle alliance

9 juillet 2003 – 2003/07/09

Dans cette entrevue accordée à la revue Commerce international, le Délégué général du Québec, M. Clément Duhaime, fait le point sur les relations économiques du Québec avec la France et aborde la question de la place de la langue dans le domaine commercial au Québec. M. Duhaime soutient en effet que le dossier de la langue est traité conjointement avec celui de la diversité culturelle. Soulignant notamment que: «notre propos n’est pas de combattre une langue ou une culture, mais plutôt de permettre à celles-ci, dans toute leur complexité, de s’exprimer pleinement», M. Duhaime rappelle que les gouvernements français et québécois ont confirmé leur volonté d’agir dans les dossiers de la langue et de la diversité culturelle. (Disponible en français et en anglais seulement).

Haut de la page

Session plénière des journées du réseau français de coopération et d'action culturelle à l'étranger - allocution de m. de villepin

Paris, 16 juillet 2003 – 2003/07/16

Dans son allocution, le ministre français des Affaires étrangères, M. Dominique de Villepin, soutient que la diversité culturelle constitue la seule sauvegarde possible contre une explosion du monde. Selon lui, il est essentiel que chaque culture puisse imprimer sa marque. M. de Villepin reconnaît notamment que «les mécanismes du marché ne garantissent pas à eux seuls la pluralité des regards» et salue particulièrement le fait que la Convention européenne ait trouvé un accord pour préserver la diversité culturelle dans les négociations commerciales internationales : «C'est un succès, à partir duquel il faut maintenant bâtir, déclare-t-il. De même, nous voulons élaborer une Convention sur la diversité culturelle à l'UNESCO. Faisons en sorte que chacun ait les moyens de défendre son identité, sa culture.». À cet égard, il souligne que : «Aux quatre coins du monde, notre action en faveur de la diversité culturelle doit être présidée par les mêmes mots d'ordre, afin de gagner en clarté, en cohérence et en efficacité». (Disponible en français seulement).

Haut de la page

Réaction de jean-jacques aillagon sur l'adoption par le praesidium de la règle de l'unanimité pour la diversité culturelle

Jeudi 10 juillet 2003 – 2003/07/10

Le ministre français de la Culture et de la Communication, M. Jean-Jacques Aillagon se réjouit du rétablissement dans le projet de Constitution européenne de «l’unanimité pour la négociation et la conclusion d’accords dans le domaine des services culturels et audiovisuels, lorsque ceux-ci risquent de porter atteinte à la diversité culturelle et linguistique de l’Union». Le texte maintient donc un droit de veto et confirme le principe de la diversité culturelle dans la nouvelle Constitution européenne. Cette modification permet ainsi à chaque État de continuer à définir comme il entend sa politique culturelle. (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Accord sur "l'exception culturelle" à bruxelles

10 juillet 2003 – 2003/07/10

Dans cet article, Yves Clarisse déclare que La France a obtenu de pouvoir préserver sa sacro-sainte "exception culturelle" dans les négociations commerciales internationales. Ainsi, le nouveau texte du Praesidium stipule que "le Conseil statue à l'unanimité pour la négociation et la conclusion d'accords dans le domaine du commerce des services culturels et audiovisuels lorsque cela risque de porter atteinte à la diversité culturelle et linguistique de l'Union européenne". À cet égard, l’Union européenne renonce à édicter une politique culturelle commune. (Disponible en français seulement).

Haut de la page

Un combat gagné - pascal lamy

Le Figaro, 15 juillet 2003 – 2003/07/15

Face à la décision du Praesidium de rétablir dans le projet de Constitution européenne l’unanimité pour la négociation des accords commerciaux dans le domaine des services culturels et audiovisuels, M. Pascal Lamy, commissaire européen au Commerce, déclare que la Convention a accouché d’un bon compromis, à savoir  que  «le principe de diversité culturelle est rappelé comme valeur commune et objectif de la politique commerciale» et, que «le vote à l'unanimité des États membres ne jouera que s'il y a atteinte à la diversité culturelle et fera donc office de garde-fou». Il soutient également que, dans le même temps, la majorité qualifiée sera la règle en régime de croisière et, permettra notamment à l'Union de faire valoir ses intérêts offensifs dans le domaine culturel. «Nous pourrons ainsi, déclare-t-il, demander que l'Organisation mondiale du commerce respecte la future Convention sur la diversité culturelle de l'Unesco. Nous pourrons prendre rapidement les mesures nécessaires à l'encontre de pays tiers qui porteraient atteinte à la diffusion des œuvres européennes». (Disponible en français seulement)

Haut de la page