Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 3, no 18, lundi 16 juin 2003

Le lien entre une future convention internationale sur la diversité culturelle et les autres accords internationaux

En plus de dévoiler son nouveau visage, notre site Web de la diversité culturelle s’est enrichi de deux nouvelles rubriques. La chronique mensuelle  où vous pouvez lire un texte du professeur Ivan Bernier, spécialiste reconnu des questions de diversité culturelle et des liens culture/commerce. Dans la chronique du mois de mai, déjà disponible sur notre site Web en français, en anglais et en espagnol, M. Bernier analyse « Le lien entre une future convention internationale sur la diversité culturelle et les autres accords internationaux». Vous trouverez également, et dorénavant, en ligne les nouvelles récentes sur la diversité culturelle rédigées chaque semaine à l’intention des abonnés du bulletin d’information électronique. Vous pouvez vous inscrire directement sur notre site Web pour recevoir gratuitement ce bulletin des nouvelles soit en français, en anglais ou en espagnol.

DANS CE NUMÉRO :

Communiqués, discours, déclarations

Publications et études

Autres actualités d'intérêt



Communiqués, discours, déclarations

Informelles treffen der europäischen kulturminister: "die neue rolle und verantwortlichkeit der kulturminister bei der einleitung des interkulturellen dialogs unter wahrung der kulturellen vielfalt"

Discours de Katérina Stenou, Directrice de la division des politiques culturelles et du dialogue interculturel - straßburg, 17.- 18. februar 2003

Dans son allocution, Mme Stenou déclare que la diversité culturelle «est le site d'un dialogue permanent et fédérateur entre toutes les expressions culturelles, c'est la reconnaissance de ce dialogue quotidien comme principe fondateur qui doit être affirmée et préservée». Elle relève notamment qu’à l’ère de la mondialisation soit instaurée une coopération mondiale qui consolidera la place de la culture. Car « il ne s'agit plus d'une mondialisation permettant à la diversité culturelle d'atteindre une certaine continuité du développement; au contraire, la diversité est la condition même sans laquelle la mondialisation ne pourra perdurer ». (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Publications et études

Manifeste pour la diversité culturelle

Pour souligner leur contribution à l’œuvre de l’UNESCO, les auteurs, éditeurs et traducteurs littéraires, membres de la Fédération internationale des traducteurs (FIT), ont élaboré un manifeste pour la diversité culturelle. Ce manifeste a notamment pour but «de promouvoir l’engagement  des acteurs professionnels de la traduction en faveur d’une offre littéraire culturellement diversifiée».

Haut de la page

Contribuer à la paix et au développement humain à l’ère de la mondialisation par l’éducation, les sciences, la culture et la communication

Stratégie à moyen terme 2002-2007. UNESCO 2001.

Ce document décrit les activités à entreprendre dans les domaines de compétence de l’UNESCO dont la culture, pour contribuer à la paix, au développement humain, et à l’édification de sociétés de savoir. Pour ce faire, il énonce les objectifs stratégiques à réaliser, les stratégies à mettre en œuvre, et les résultats escomptés. À travers ses objectifs stratégiques 7 et 8, l’UNESCO entend ainsi, d’ici 2007, a) promouvoir l’élaboration et l’application d’instruments normatifs dans le domaine culturel, et b) protéger la diversité culturelle et encourager le pluralisme et le dialogue entre les cultures et les civilisations. (Disponible en français et en anglais seulement).

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Adoption par l’UNESCO d’une convention internationale sur la diversité culturelle

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’est associée à l’UNESCO pour célébrer le 21 mai dernier la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement? À cet égard, le secrétaire général de l’OIF, M. Abdou Diouf a réaffirmé l’engagement de la Francophonie à contribuer «activement à l’adoption par l’UNESCO d’une convention internationale sur la diversité culturelle, consacrant le droit des États et des gouvernements à maintenir, établir et développer des politiques de soutien à la culture et à la diversité culturelle». M. Diouf a notamment souligné la coopération développée entre l’OIF et les autres aires linguistiques tendant à soutenir les efforts pour progresser sur la voie de la négociation d’une Convention internationale sur la diversité culturelle dans le cadre de l’Unesco

Haut de la page

L’UNESCO crée et soutient l’Alliance globale pour la diversité culturelle

Dans le cadre de sa stratégie à moyen terme 2002-2007 (http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001223/122379f.pdf) , visant à contribuer à la paix et au développement humain à l’ère de la mondialisation, l’UNESCO crée et soutient l’Alliance globale pour la diversité culturelle. En effet, conçue comme un partenariat souple entre les secteurs privé et public et la société civile, l’Alliance globale vise à promouvoir et à protéger la diversité culturelle, en mettant l’accent sur la production et la circulation des biens culturels à l’échelle de la planète. On attend de l’Alliance a) qu’elle entraîne une offre plus large et plus diversifiée de produits culturels d’origines multiples à l’échelon mondial; b) un meilleur équilibre entre produits culturels nationaux et étrangers accessibles dans les marchés des pays en développement grâce à l’épanouissement durable des industries culturelles endogènes; c) une mobilisation globale en faveur de la diversité culturelle susceptible de faciliter les négociations commerciales dans le domaine des biens et services culturels

Haut de la page

Dernières batailles sur la chrétienté et l'exception culturelle à la convention

Le Monde, jeudi 12 juin 2003

La question de l’exception culturelle resurgit au moment d’entériner la future Constitution de l’Union européenne. La France demande en effet que la règle de l’unanimité soit maintenue, au titre de l’exception culturelle, dans les négociations commerciales portant sur les services culturels et audiovisuels. Plusieurs conventionnels ont déposé des amendements en ce sens, qui n’ont pas été retenus par le présidium. Constatant que la partie du projet consacrée à la politique commerciale commune «était silencieuse» sur ce sujet, Mme Pascale Andréani déclare que : "Si cela ne figure pas dans le traité, cette Constitution n'a aucune chance d'être ratifiée en France." (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Allocution de monsieur Abdou Diouf, secrétaire général de l'OIF, lors du débat organisé par le groupe des ambassadeurs francophones de l'UNESCO à l'occasion de la "journée mondiale sur la diversité culturelle"

Paris, le jeudi 22 mai 2003

M. Abdou Diouf soutient que la culture a sa logique propre et ne peut faire l’objet d’une mercantilisation. D’où la nécessité de créer un droit nouveau ayant d’abord pour objet de légitimer le droit des États d’appuyer le développement culturel de leurs peuples par le biais de politiques publiques. Selon M. Diouf, ce droit devra également favoriser la diversité culturelle en favorisant la diffusion à l’échelle mondiale de la création culturelle de chaque peuple. M. Diouf souligne en outre que seule l’UNESCO possède la légitimité nécessaire à l’élaboration de ce droit au sein du système international. En accord avec les propositions du professeur Ivan Bernier, M. Diouf déclare notamment que «les travaux nombreux effectués à l’UNESCO et dans d’autres enceintes en vue de calibrer la portée d’un futur instrument sur la diversité culturelle créent, de plus, des conditions propices à une élaboration relativement aisée d’un projet de texte pouvant être soumis à la conférence générale de 2005». (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Communication du ministre de la culture et de la communication sur la politique de l'état français en faveur du financement du cinéma

Mercredi 30 avril 2003

Dans cette communication présentée en Conseil des ministres, M. Jean-Jacques Aillagon soutient que le cinéma représente un enjeu culturel et économique essentiel pour la France, et que sa vitalité et son succès actuels tiennent au talent de ses professionnels, mais aussi au système de financement original dont s’est doté la France. «Cet atout doit être préservé», déclare-t-il. À cet égard, M Aillagon a indiqué les perspectives de la politique publique française en faveur du cinéma. Ainsi, sur le plan multilatéral, la priorité des pouvoirs publics français est la promotion de la diversité culturelle et la préservation du droit des États à soutenir leurs industries culturelles. «Dans cet esprit, la France reste vigilante à ce qu'aucune offre de libéralisation dans les services audiovisuels et culturels ne soit déposée par l'Union européenne tout au long de la négociation à l'OMC». La France, souligne M. Aillagon, appuie également avec détermination les efforts engagés dans le cadre du Réseau international sur la politique culturelle (RIPC) visant à l'adoption d'un instrument international contraignant sur la diversité culturelle dans le cadre de l'UNESCO. M. Aillagon soutient en outre que la France s'attache à conserver sa capacité à défendre la diversité culturelle dans le cadre des négociations commerciales internationales. «C'est la raison pour laquelle les autorités françaises, au plus haut niveau, se prononcent dans les débats de la Convention sur l'avenir de l'Europe pour le maintien de l'unanimité dans les décisions commerciales portant sur les services culturels et audiovisuels». (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Sommet mondial de la societe de l'information

Contribution des unions de radiodiffusion du monde au prepcom-2. 17 février 2003

Cette prise de position des Unions de radiodiffusion du monde (WBU), à l’occasion du Sommet mondial de l’information qui se tiendra ce décembre à Genève, souligne la responsabilité et la contribution des radiodiffuseurs pour promouvoir des valeurs fondamentales telles que la liberté d'expression, l'accès à l'information, le pluralisme des médias et la diversité culturelle. Selon cette institution, ces valeurs et ces objectifs fondamentaux «devraient imprégner tout le système des médias et la société de l'information en général, en particulier dans le cadre de la mondialisation». À cet effet, la WBU déclare que «les services de la radiodiffusion indépendante jouent un rôle clé, que ce soit au niveau national ou à celui des régions, pour fournir des informations impartiales, sauvegarder le pluralisme des médias et contribuer à la diversité culturelle, notamment en encourageant la culture et la production audiovisuelle locales/régionales». (Disponible en français seulement)

Haut de la page