Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 3, no 38, lundi 8 décembre 2003

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI): «les négociations sur les questions non réglées se poursuivront avant le Sommet»

Le premier Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) s’ouvre à Genève le 10 décembre prochain et sera suivi d’un deuxième à Tunis du 16 au 18 novembre 2005. L’objectif de ce Sommet est «d'édifier un nouveau type de société à dimension humaine, n'excluant personne et privilégiant le développement, la société de l'information, dans laquelle chacun ait la possibilité de créer, d'obtenir, d'utiliser et de partager l'information et le savoir et dans laquelle les individus, les communautés et les peuples puissent réaliser l'intégralité de leur potentiel dans la promotion de leur développement durable et l'amélioration de la qualité de leur vie». Pour certains, comme l’Union internationale des télécommunications (IUT), il s’agit d’un «sommet sur les technologies de l’information», alors que d’autres, à l’instar de l’UNESCO, veulent au contraire privilégier les contenus plutôt que les supports technologiques en les traduisant par des formules comme : «société de la connaissance» ou «société du savoir». On avance également la notion de «cohabitation culturelle» comme antithèse au «mythe technocratique de la société de l’information». Les principes de la diversité culturelle, de l’accès universel à l’information, de la liberté d’expression sont au cœur des débats de ce Sommet mondial sur l’instauration d’une société de l’information équitable. En marge des débats du Sommet, un Forum mondial des médias électroniques se tiendra également à Genève du 9 au 11 décembre autour du thème du nouvel environnement mondial des médias.

Cette édition du Bulletin des nouvelles sur la diversité culturelle porte essentiellement sur le SMSI et traduit nos efforts de mettre à votre disposition une information pertinente et à jour et de sensibiliser aux enjeux de la diversité culturelle. Comme nous archivons sur notre site Internet la plupart des documents qui sont mentionnés dans les différentes éditions de notre Bulletin des nouvelles, nous vous invitons fortement à vous y référer au besoin. Toutes les rubriques qui s'y trouvent demeurent accessibles. De même, si vous éprouvez de la difficulté à faire fonctionner les liens auxquels réfèrent les documents dans le bulletin que vous recevez, nous vous prions de vous reporter sur notre site Internet à la section «Nouvelles récentes».

DANS CE NUMÉRO :

Communiqués, discours, déclarations

Publications et études

Autres actualités d'intérêt



Communiqués, discours, déclarations

La Feria Internacional del Libro (FIL) de Guadalajara: «la promotion de la diversité culturelle a de nouveaux alliés»

Mme LINE BEAUCHAMP, ministre de la Culture et des Communications du Québec

Guadalajara, le 1er décembre 2003 - 2003/12/01

Dans le cadre du Festival international du livre de Guadalajara au Mexique dont le Québec était l’invité d’honneur, Mme Beauchamp a indiqué en conférence de presse que la Rencontre sur la diversité culturelle, dont elle clôturait les travaux, a offert l'occasion, à des personnalités internationales de discuter des attentes à l'égard de la convention sur la protection de la diversité des contenus culturels et des expressions artistiques, qui doit être élaborée à l'UNESCO. À cet égard, elle a souligné qu’«il est important de profiter de rencontres comme celle d'aujourd'hui pour réitérer notre confiance dans le message que l'UNESCO a accepté de porter et dans la démarche qu'il a choisi d'entreprendre». Mme Beauchamp a notamment déclaré que «de notre côté nous continuerons de transmettre un message de vigilance à toutes les occasions qui s'offrent à nous. Il faut demander aux pays qui s'engagent dans des négociations commerciales de faire preuve de prudence, et de préserver leur capacité à intervenir en soutien à la culture, en attendant l'adoption d'une Convention par l'UNESCO, à l'horizon 2005». Tout en remerciant les organisateurs de cette rencontre, Mme Beauchamp s’est réjouie de les compter dans un très proche avenir comme de «nouveaux alliés» dans la promotion de la diversité culturelle. (Disponible en français et en espagnol seulement)

Haut de la page

Forum mondial des médias : «La télévision, médium de communication le plus puissant, peut également être un formidable outil de progrès»

M. KOFI ANNAN, Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU)

ONU, le 18 novembre 2003 - 2003/11/18

À l’occasion de la Journée mondiale de la télévision,  M. Annan  a indiqué que le tout premier Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui va se tenir à Genève est «une chance à saisir» pour débattre d’un large éventail de questions : Il s’intéressera en particulier à ce que nous devons faire pour mettre les technologies de l’information (dont la télévision) au service du développement. Il sera également question de liberté de la presse et de diversité culturelle . À cet égard, il a notamment déclaré : «nous avons besoin de la liberté de la presse pour édifier une société de l’information ouverte et inclusive, ainsi que pour promouvoir la paix et le développement en général. Mais l’information ne doit pas être à sens unique, du Nord vers le Sud; ce déséquilibre a provoqué une «fracture des contenus» grandissante qui menace d’étouffer ou de marginaliser les expressions et les voix locales. Nous devons trouver des solutions pour remédier à cette situation et préserver et promouvoir la diversité culturelle et linguistique, sans pour autant attenter aux libertés des médias. Dans la société de l’information, liberté de la presse et pluralisme des contenus peuvent et doivent aller de pair». (Disponible également en français)

Haut de la page

World Summit on the Information Society (WSIS) : «Freedom of Expression Crucial for Information Society»

Mr. Koïchiro Matsuura, UNESCO Director-General

UNESCO, Paris, November 21, 2003 - 2003/11/21

À l’attention des délégués permanents des États membres de l’UNESCO, réunis pour une deuxième session d’information sur le SMSI, M. Matsuura a souligné qu’«il est essentiel que le Sommet prenne également en compte les considérations morales et intellectuelles, qui embrassent des sujets tels que l'inclusion sociale, la jeunesse, le genre, la diversité culturelle, les droits de l'homme et le dialogue interculturel». Pour cette raison, l’UNESCO a indiqué que «le Sommet a besoin de traiter, d’abord et surtout, des dimensions sociales, politiques, culturelles et institutionnelles du changement». C'est pourquoi l'UNESCO a fortement souligné le concept de «sociétés du savoir» comme étant préférable à la société de l'information «car elle va au delà des questions de connexité et de développement technologique dans le but de cerner une vision plus large, basée sur le potentiel des TIC destinées à augmenter le développement humain». M. Matsuura s’est notamment montré satisfait de savoir que plusieurs des principes de l’UNESCO apparaissent dans les projets actuels de la Déclaration des principes et du Plan d'action du SMSI, à savoir : l’égalité d'accès à l'éducation; l'accès universel à l'information et à la conservation; et la promotion de la diversité culturelle. Il soutient également qu’il est important de maintenir dans la Déclaration et le Plan d'action une référence explicite à l'article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l'homme, présentement toujours en négociation dans les projets actuels. Il invite notamment les représentants des États membres à obtenir de leurs gouvernements que soit inclus «la référence explicite à la liberté d'expression». Cependant, M. Matsuura exprime ses inquiétudes concernant «l'absence continue de toute référence au rôle que joue les médias dans le développement des sociétés du savoir», et soutient à cet égard que «des références explicites au rôle des médias dans la société de l'information en général, y compris le rôle des médias traditionnels, et également dans leur indépendance, leur pluralisme et leur liberté, doivent être maintenues dans les textes du Sommet». (Disponible également en anglais)

Haut de la page

Substituer la «solidarité» numérique à la «fracture» numérique

Contribution de l’Organisation internationale de la Francophonie au Sommet mondial sur la société de l’information

Rabat (Maroc), 4-5 septembre 2003 - 2003/09/4-5

Décidée à contribuer activement au succès du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui se déroulera à Genève du 10 au 12 décembre prochain, et à Tunis (Tunisie) en 2005, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a réuni les ministres chargés des technologies de l’information et de la communication de ses 56 États et gouvernements, les 4 et 5 septembre dernier, à Rabat au Maroc, dans le cadre d’une conférence ministérielle sur la société de l’information. À l’issue de ses travaux, la Conférence ministérielle a adopté la Contribution de la Francophonie aux débats du SMSI et les ministres ont notamment mandaté le Secrétaire général de l’OIF pour se faire l’interprète de cette Contribution au SMSI. En effet, la Contribution de l’OIF est articulée autour de thèmes prioritaires qui constituent les priorités de la Francophonie : Considérer la diversité culturelle et linguistique comme un principe fondateur de la société de l’information. Pour ce faire, «les technologies de l’information et de la communication doivent être utilisées pour affirmer et promouvoir la diversité culturelle et linguistique et favoriser le dialogue des cultures dans le respect des identités»; renforcer l’indépendance et la pluralité des médias privés et publics «afin de permettre le plein exercice de la liberté d’expression et d’encourager la diversité des contenus produits et diffusés». Un communiqué de presse a été émis à cet égard. (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI): «les négociations sur les questions non réglées se poursuivront avant le Sommet»

M. ASKO NUMMINEM, Ambassadeur de Finlande, Président du Sous-Comité du PrepCom

Union internationale des télécommunications (IUT), Genève, le 17 novembre 2003 - 2003/11/17

M. Asko Numminem, ambassadeur de Finlande et président du Sous-Comité chargé de mener des négociations visant à réduire les divergences de vues sur la Déclaration de principes et sur le Plan d'action du SMSI, déclare que des progrès ont été réalisés en vue d'un accord sur un certain nombre de questions qui amènent à une Déclaration de principes mieux équilibrée. Un accord a notamment été trouvé sur la question de l’«Identité et diversité culturelle». Sur ce point précis, M. Numminem souligne que les paragraphes pertinents reconnaissent le besoin de créer, de diffuser et de préserver les contenus dans différentes langues et différents formats ainsi que le besoin de reconnaître les droits d'auteur mais également de promouvoir la production et l'accessibilité de tous les contenus, y compris les contenus locaux. (Disponible également en français)

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) - Commentaires sur les projets de Déclaration de principes et de Plan d'action

Union Européenne de Radio-Télévision (UER)

Suisse, 21 mars 2003 - 2003/03/21

L’UER note avec satisfaction que le rôle vital des médias électroniques dans l'édification de la société de l'information commence à être reconnu et se réjouit de l’intégration des points concernant «la liberté d’expression» et le rôle des «médias indépendants, pluralistes et libres»comme étant d'importants moyens de promouvoir l'information du public, le développement de la société et la cohésion sociale; de même que la «diversité culturelle» comme étant une valeur fondamentale, la priorité à donner au «contenu local», le rôle permanent de la radiodiffusion dans la diffusion de contenus au sein de la société de l'information. L’UER estime que ces points doivent impérativement être retenus, voire renforcés si possible, de même que «l’importance cruciale des médias» et l’importance pour les citoyens de pouvoir accéder à des «informations impartiales et à des contenus variés». (Disponible en français et en anglais seulement).

Haut de la page

Publications et études

Contribution de l'UNESCO au Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI) - Genève 2003 et Tunis 2005 (166 EX/19)

UNESCO, Conseil exécutif, 166e session

Paris, 3 mars 2003 - 2003/03/03

Ce document offre un aperçu des activités menées par l'UNESCO pour préparer le Sommet mondial sur la société de l'information et une récapitulation des propositions de l'Organisation concernant les éléments à faire figurer dans la Déclaration de principes et le Plan d'action. Du reste, ces éléments proposés par l'UNESCO procèdent de son mandat spécifique qui l'amène notamment à promouvoir le concept de «sociétés du savoir», plutôt que celui de «société de l'informationmondiale», «car il ne suffit pas de développer la circulation de l'information pour saisir les possibilités de développement qu'offre le savoir. Il faut donc envisager un projet plus complexe, plus global et plus complet, qui s'inscrive dans une perspective résolument axée sur le développement». Selon l’UNESCO, quatre principes sont fondamentaux pour l’instauration de sociétés du savoir équitables : la diversité culturelle; l'égalité d'accès à l'éducation; l'accès universel à l'information (faisant partie du domaine public); et la liberté d'expression. Pour concrétiser ces principes, l'UNESCO s'emploie à atteindre trois objectifs stratégiques : faciliter l'accès au numérique et l'insertion sociale en développant l'utilisation des technologies de l’information et des communications (TIC) aux fins du renforcement des capacités, de l'autonomisation, de la gouvernance et de la participation sociale; renforcer les capacités en matière de recherche scientifique, de partage de l'information et de créations, de prestations et d’échanges culturels dans les sociétés du savoir; et améliorer les possibilités d'apprentissage par l'accès à des contenus et des systèmes de prestation diversifiés. Le Conseil exécutif demande notamment aux États membres de l'UNESCO de faire toute leur place à ces principes dans la préparation des deux réunions du Sommet du 10 au 13 décembre 2003 à Genève et en 2005 à Tunis. (Disponible en français et en anglais seulement)

Haut de la page

Technology as a tool for diversity

ALEKSANDRA UZELAC, Institute for International Relations, Zagreb, with GARRY NEIL, INCD Coordinator

Opatija, Croatia, October 12-15, 2003 - 2003/10/12-15

Dans ce document présenté dans le cadre de la Quatrième Conférence annuelle du Réseau international pour la diversité culturelle (RIDC) qui s’est tenue à Opatija en Croatie du 12 au 15 octobre dernier, sur le thème «La diversité culturelle en marche à l’échelle planétaire : la société civile et ses regroupements», les auteurs postulent que le concept d’une société de l’information suppose «l’accès universel et libre aux services d’information (et donc au savoir) pour tous les citoyens, les utilisateurs et les consommateurs et la possibilité d’une participation active à la transmission du savoir». Selon eux, le Sommet mondial sur la société de l’information devra essayer de tracer la voie vers une «Société de l’information pour tous», de sorte que tous les citoyens puissent bénéficier de la révolution des TIC. Ainsi, par exemple, pour que l’Internet profite au secteur culturel, «il faut que les établissements culturels, les réseaux et les ONG fixent des objectifs clairs, et mettent en place un cadre réglementaire par l’application de politiques culturelles et autres liées à la TIC». Selon eux, Internet pourrait être un outil de diversité culturelle si  certaines exigences sont remplies de la part des gouvernements et des «grands conglomérats multinationaux de médias». Cependant, il faudra notamment relever quelques défis qui s’imposent au secteur culturel : adapter les politiques culturelles aux nouvelles réalités de la TIC; combler le fossé numérique; ajuster sur le plan organisationnel le secteur culturel relativement au développement technologique. (Disponible en anglais seulement)

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) - «Édification de la société de l'information: un enjeu mondial dans le nouveau millénaire»

Projet de Déclaration de principes (Document WSIS/PC-3/DT/6(Rév.1)-F)

ONU/UIT, le 14 novembre 2003 - 2003/11/14

Ce projet de Déclaration de principes accorde une place fondamentale à la diversité culturelle. Aussi, affirme-t-il que «la diversité culturelle est le patrimoine commun de l'humanité». Il soutient notamment que «la société de l'information devrait se fonder sur le respect de l'identité culturelle, de la diversité culturelle et linguistique, des traditions et des religions, les encourager et favoriser le dialogue entre les cultures et les civilisations. La promotion, la protection et la préservation des différentes identités culturelles et des différentes langues, objet de documents pertinents approuvés par les Nations Unies et notamment de la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle, enrichiront davantage la société de l'information». Pour ce faire, «il faut accorder la priorité à la création, à la diffusion et à la préservation de contenus». Ce projet de Déclaration reconnaît également que «la préservation du patrimoine culturel constitue une composante fondamentale de l'identité et de la compréhension de soi qui relie une communauté à son passé». (Disponible également en français, anglais, espagnol)

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI)

Projet de Plan d’action (Document WSIS/PC-3/DT/5(Rév.1)-F)

ONU-UIT, le 14 novembre 2003 - 2003/11/14

Reconnaissant que «la diversité culturelle et linguistique, qui entraîne le respect de l'identité culturelle, des traditions et des religions, est essentielle au développement d'une société de l'information fondée sur le dialogue entre les cultures et sur la coopération régionale et internationale», de même qu’«elle est un facteur important du développement durable», le SMSI entend prendre des mesures susceptibles de permettre également aux gouvernements d’«élaborer des politiques qui encouragent le respect, la préservation, la promotion et le renforcement de la diversité culturelle et linguistique et du patrimoine culturel dans le contexte de la société de l'information», en les encourageant notamment à «concevoir des politiques culturelles favorables à la production d'un contenu culturel, éducatif et scientifique et au développement d'industries culturelles locales adaptées au contexte linguistique et culturel des utilisateurs». (Disponible également en français, anglais, espagnol)

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Un nouveau site Internet trilingue dédié à la diversité culturelle

La Coopération des Organisations Internationales représentant les Trois Espaces Linguistiques (TEL) : francophonie, hispanophonie et lusophonie a procédé au lancement officiel d’un site Internet trilingue dédié à la diversité culturelle au terme de la rencontre réunissant à Rome les 27 et 28 novembre dernier leurs secrétaires généraux respectifs. Ce nouveau site Internet, déclare-t-on, (http://www.francophonie.org/presse/communiques/infos.cfm?num=393) «contribue à consolider le nouvel espace de coopération que constituent désormais les trois Espaces francophone, hispanophone et lusophone», et «reflète la volonté des organisations de promouvoir la diversité culturelle puisqu’il permet à tout instant à l’internaute de passer d’une langue à une autre». Soulignons qu’avec déjà l’existence du site Internet du ministère de la Culture et des Communication du Québec, également trilingue et dédié entièrement à la diversité culturelle, les décideurs, les chercheurs et toute personne intéressée dispose maintenant d’outils indispensables susceptibles d’offrir des informations ciblées relatives à la diversité culturelle.

Haut de la page

Création d’une nouvelle Coalition nationale pour la diversité culturelle

À l’initiative du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme, les différents acteurs du secteur de la culture se sont réunis le 2 décembre dernier à Ouagadougou, au Burkina Faso, dans le cadre d’un séminaire qui devait aboutir à la mise en place de la coalition nationale du Burkina pour la diversité culturelle. Cette Coalition, qui «entend jouer sa partition dans le renforcement des capacités d’initiatives et d’action des opérateurs de ce secteur» a pour but de «promouvoir la diversité culturelle indissociable de la liberté de créer». «Il faut donc, déclare-t-on, s’élever contre toute hégémonie culturelle, qui constitue une menace certaine de cette diversité dans son expression intellectuelle et artistique. Il faut aussi pouvoir affirmer que tout État a le droit et le devoir de mener la politique culturelle de son choix, hors de toute contrainte extérieure, dans le respect des droits de l’homme et de la liberté d’expression». Soulignons la présence à ce séminaire de M. Robert Pilon, vice-président exécutif de la coalition canadienne pour la diversité culturelle, qui devait discuter avec les participants de la diversité culturelle et de ses enjeux.

Haut de la page

Forum mondial des médias électroniques

L'ONU, l'Union européenne de radio-télévision (UER) et la Suisse organisent, du 9 au 11 décembre prochain à Genève, un événement spécial dans le cadre du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) : le Forum mondial des médias électroniques. Ce Forum abordera les thèmes suivants : liberté, indépendance et pluralisme des médias, garantissant la démocratie et la bonne gouvernance ; violence dans les médias ; diversité culturelle ; avoir sa place dans l’agenda du monde. Le Sommet offrira également aux dirigeants de tous les pays une occasion unique de décider ensemble quel avenir il convient de donner à la société de l'Information. Ils auront notamment la possibilité de discuter des moyens pour s'assurer également que leurs concitoyens peuvent, grâce à des médias indépendants et gratuits, avoir accès à des contenus reflétant la diversité culturelle et à une information complète, permettent à toutes les couches sociales de participer à la vie démocratique. (Disponible en français également)

Haut de la page

Forum Culture : «Libérer la culture»

«À l'heure de la marchandisation de la culture, quelles sont les politiques publiques et les pratiques culturelles à mettre en œuvre pour résister au «total libéralisme»? Faut-il défendre une exception culturelle, le respect de la diversité culturelle ou réclamer, pour la culture, l'exclusion des règles du marché?» Telles sont quelques questions auxquelles les participants sont appelés à répondre dans le cadre de ce Forum Culture organisé par Présence et Action Culturelles (PAC), une organisation volontaire d'éducation permanente des adultes. Ce Forum aura lieu le 13 décembre prochain à l’Université Libre de Bruxelles et se déclinera en plusieurs ateliers thématiques dont notamment l’accès à la culture, les politiques publiques culturelles ou stratégies commerciales. Au nombre des intervenants figurent M. Christian Dupont, ministre belge de la Culture et de l’Éducation permanente, de même que M. Serge Regourd, auteur du livre «L’exception culturelle». Pour  information et inscription : http://www.pac-g.be/regourd.html#prog

Haut de la page

Conférence culturelle intercontinentale

Les ministres de la Culture membres du Forum Asie-Europe (ASEM), qui regroupe 26 pays, dont 11 pays asiatiques (Chine, Singapour, Japon) et 15 pays de l’Union européenne (France, Allemagne), se sont réunis en Chine le 2 décembre dernier dans le cadre d’une Conférence culturelle intercontinentale sur la diversité culturelle et les défis apportés par la mondialisation. http://www.french.xinhuanet.com/htm/12022108014.htm

Haut de la page

9e Foire internationale du livre et du matériel didactique

La 9e Foire internationale du livre et du matériel didactique se tient du 4 au 9 décembre courant à Dakar, au Sénégal, sous le thème «Littératures nationales et Diversité culturelle». Par cette manifestation, les organisateurs de la Foire entendent s’impliquer «dans la lutte pour la préservation des langues et des cultures, dans la lancée des institutions internationales telles que l’UNESCO pour la sauvegarde de l’inestimable diversité culturelle».

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) : Vers un monde meilleur ou le «meilleur des mondes» ?

Observatoire des médias

Lundi 24 novembre 2003 - 2003/11/24

L'objectif du SMSI étant, d’une part, d’«organiser un sommet d'un genre nouveau, supposé préfigurer la nouvelle gouvernance mondiale du XXIe siècle en associant les acteurs politiques, du secteur privé et de la société civile dans la prise de décision et, d’autre part, de «mettre les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) au service du développement et, au-delà, définir les contours de la société de l'information que nous voulons», cet article propose un premier bilan du SMSI au regard de ces deux objectifs en insistant plus particulièrement sur les contours de «la société de l'information que l'on nous promet». (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) :l’Afrique décidée à réclamer la solidarité numérique

Karine Orsi

Wal Faddjri de Dakar, édition du 2 décembre 2003 - 2003/12/02

Dans cet article, l’auteur soutient que l’Afrique ne cédera pas sur le fond de solidarité numérique et que le Sommet de Genève devra compter avec les pays du Sud. Il relève notamment que l'enjeu est de taille «quand on sait à quel point Internet représente une source de pouvoir et d'influence» car, soutient-il, «contrôler l'accès à cette formidable source d'informations qu'est le net peut modifier le rapport de force mondial. Une fois Internet encadré, si tant est que cela soit envisageable, il convient de voir ce que l'on y met dedans». Concernant la diversité culturelle et linguistique, qui figure à l’ordre du jour du Sommet, l’auteur souligne qu’«on peut choisir de prôner l'uniformisation. C'est la position des États-Unis. Ou bien de faire la promotion des différentes cultures dans les médias. C'est ce qu'envisage le reste du monde». Pour harmoniser leurs points de vues et adopter une position commune pour le SMSI, les ministres africains en charge des Communications ou des Nouvelles technologies se sont rencontrés à Dakar dans le cadre d’une table ronde ministérielle. (Disponible en français seulement).

Haut de la page