Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 3, no 3, lundi 3 mars 2003

La problématique commerce-culture et ses conséquences sur la diversité culturelle : des enjeux qui concernent le Quebec

Nous souhaitons vous signaler que le Réseau international sur la politique culturelle (RIPC) a mis en lien sur son site Web différents documents relatifs à la rencontre ministérielle du groupe de travail sur la diversité culturelle et la mondialisation qui a eu lieu du 5 au 6 février 2003 à Paris. [3] Vous pouvez les consulter à l’adresse :

DANS CE NUMÉRO :

Publications et études

Autres actualités d'intérêt



Publications et études

La problématique commerce-culture et ses conséquences sur la diversité culturelle : des enjeux qui concernent le quebec

Chiha, Mireille - Observatoire des Amériques, janvier 2003, 11 p.

Cette étude met en lumière les conséquences de la libéralisation du commerce sur le secteur culturel et soutient que «sans une reconnaissance du droit des États d’établir des politiques culturelles favorisant le respect et la préservation des différentes cultures, la diversité culturelle demeurera une vague notion ne recevant pas d’application concrète». Partant des différentes définitions de la notion de diversité culturelle, l’auteure aborde tour à tour la question de l’incidence de la mondialisation sur la diversité culturelle, la position du gouvernement du Québec à l’égard des négociations d’accords commerciaux en cours et d’un nouvel instrument international sur la diversité culturelle. Face à la multiplication de déclarations ou de textes qui ne protègent pas efficacement la diversité culturelle, l’auteure soutient qu’il est légitime de penser à la nécessité d’adopter un traité multilatéral ouvert à la signature et à la ratification de tous les États. À cet égard, elle expose les solutions proposées notamment par le Québec pour y remédier, par l’adoption d’un nouvel instrument international sur la diversité culturelle afin de «promouvoir la dimension humaine de la mondialisation». [3]

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Élaboration d’une convention internationale sur la diversité culturelle

Le Conseil exécutif, organe constitutionnel de l’UNESCO composé de 58 États membres, a inscrit à l’ordre du jour de sa 166 ème session, qui se tiendra du 31 mars au 16 avril 2003 à Paris, l’élaboration d’une convention internationale sur la diversité culturelle. Ce point est proposé par l’Allemagne, le Canada, la France, la Grèce, le Maroc, le Mexique, Monaco et le Sénégal . Vous pouvez consultez ce document sur le site Web de l’UNESCO à la section «Conseil exécutif». [3]

Haut de la page

Jacques Chirac célèbre la diversité culturelle

Le Monde, 3 février 2003

Dans son discours, le président de la République de France, monsieur Jacques Chirac, propose que la communauté internationale adopte une «convention mondiale sur la diversité culturelle», préparée par l’UNESCO, avant 2005, qui proclamerait l’égale dignité de toutes les cultures. Déclarant que les «oeuvres de l’esprit» doivent être mises à l’écart des négociations commerciales internationales, il réaffirme sa «ferme opposition au vote à la majorité qualifiée dans les négociations des accords commerciaux internationaux portant sur les services culturels et audiovisuels». Ce discours intervient dans le cadre des Rencontres de Paris qui souhaitent l’instauration d’un instrument juridique international contraignant, «qui permettra d’exclure définitivement la culture de toute instance de négociations commerciales, OMC ou autre». [3] (Disponible en français seulement)

Haut de la page

Diversité culturelle : 16 ministres de la culture reçus par le directeur général de l’UNESCO

07 février 2003

Le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a reçu, le 6 février 2003, seize des ministres de la culture qui participent à la rencontre ministérielle du RIPC qui se tient à Paris. Au cours de cette rencontre, les ministres ont réaffirmé l’importance qu’ils attachent à ce que l’UNESCO se saisisse de l’élaboration d’une convention sur la diversité culturelle. En réponse, M. Koïchiro Matsuura a déclaré qu’il était «tout à fait conscient de la nécessité de combler ce vide dans le système juridique international» et a notamment souhaité qu’«un large consensus se dégage au sein des organes directeurs de l’UNESCO afin de donner à cette convention toutes les chances d’aboutir dans des délais rapides». [3] (Disponible en français et en anglais seulement)

UNESCO

Haut de la page