Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 5, no 20, lundi 27 juin 2005

Vers l'adoption de la Convention sur la diversité des expressions culturelles à l'UNESCO en octobre 2005: Il faut maintenir le cap et poursuivre la mobilisation!

DANS CE NUMÉRO :

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Autres actualités d'intérêt

À l'agenda



Communiqués, discours, déclarations

VIe Assemblée générale de la Confédération parlementaire des Amériques (COPA) – Déclaration sur la protection de la diversité culturelle

Commission de travail permanente de l’éducation, de la culture,  de la science et de la technologie de la COPA, Foz do Iguaçu, Brésil, le 10 mai 2005 – 2005/05/10

La VIe Assemblée générale de la COPA a eu lieu à Foz do Iguaçu, au Brésil, du 6 au 11 mai 2005. Y participaient quelque 200 parlementaires, représentants des congrès et des assemblées parlementaires des États unitaires, fédéraux, fédérés et associés, des parlements régionaux et des organisations interparlementaires, provenant de 25 pays, qui ont adopté la Déclaration finale de Foz do Iguaçu, et des recommandations soumises par les participants aux commissions thématiques. À cet égard, les travaux de la Commission de l’éducation, de la culture, de la science et de la technologie sur le thème: « La protection de la diversité culturelle dans le contexte de la création de la Zone de libre-échange des Amériques » (ZLEA), ont permis de dégager un consensus sur l’importance de protéger la diversité culturelle dans les Amériques.

Les membres de la commission ont adopté à l’unanimité une Recommandation dans laquelle ils considèrent, entre autres, « que la négociation et la conclusion d’ententes bilatérales qui ont été formalisées à l’échelle des Amériques depuis le ralentissement des négociations de l’accord de la ZLEA et l’échec de la 5e Conférence ministérielle de l’OMC à Cancún (…) compromettent la capacité des États à adopter des mesures appuyant leurs politiques culturelles et leurs industries culturelles nationales ». Ils considèrent également « que l’inclusion dans certains traités commerciaux de clauses d’exemption du secteur de la culture demeure une stratégie « défensive » valable mais qui n’est pas suffisante pour appuyer le principe de respect et de préservation de la diversité culturelle».

Par conséquent, ils réitèrent que «la diversité culturelle constitue une source de grande richesse pour nos sociétés et que le respect et la valorisation de cette diversité contribuent à la cohésion sociale et au développement de nos nations »; réaffirment « le droit des États et des gouvernements à maintenir, à établir et à élaborer des politiques de soutien à la culture et à la diversité culturelle dans le respect de la Déclaration universelle des droits de la personne et du Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels dans un esprit d’ouverture aux autres cultures du monde »; et exhortent les chefs d’État et de gouvernement des Amériques, d'une part, à s’abstenir, dans les conditions actuelles, de tout engagement à l'OMC de libéralisation en matière de biens et services culturels afin de ne pas compromettre l’efficacité des instruments visant la promotion et le soutien de la diversité culturelle et, d'autre part, à ne pas prendre d’engagements de libéralisation du commerce affectant le domaine de la culture dans les négociations en vue de la création d’une Zone de libre-échange des Amériques.

De plus, les parlementaires s'engagent « à faire en sorte que les décisions prises dans le cadre des rencontres interaméricaines sur la culture et l’éducation aient des suites tangibles et que toutes les actions poursuivies par les instances gouvernementales interaméricaines respectent les prérogatives des États à légiférer dans le domaine de la culture et de l’éducation ». Ils demandent en outre « à la présidence de la COPA de transmettre la présente recommandation à l’UNESCO et à toutes les organisations nationales et internationales concernées et intéressées par la question de la diversité culturelle ». [05-20]

Haut de la page

Publications récentes

La protection de la diversité culturelle dans le contexte de la création de la Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA) – Document de réflexion

Confédération parlementaire des Amériques (COPA), le 22 avril 2005 – 2005/04/22

Ce texte a servi de document de réflexion aux membres de la Commission de l’éducation, de la culture, de la science et de la technologie dans le cadre de la VIe Assemblée générale de la COPA qui a eu lieu à Foz do Iguaçu, au Brésil, du 6 au 11 mai 2005. Le document traite de la nécessité d’adopter à l’UNESCO une convention internationale sur la diversité des expressions culturelles qui créerait un droit culturel parallèle au droit commercial international. Il ressort du document que les biens et les services culturels, en plus d’être des objets de commerce, sont de puissants vecteurs d’identité, de valeurs et de sens pour toute la société. Ainsi, il faut faire en sorte que le discours appliqué à la culture ne soit pas uniquement économique, mais fasse également une part importante à sa dimension proprement culturelle. Il est donc impératif d’éviter des formulations qui laisseraient entendre une subordination de la culture à une logique strictement marchande.

Toutefois, soutient le document, l’adoption d’une convention à l’UNESCO ne peut résoudre tous les problèmes liés à la protection de la diversité culturelle. C’est pourquoi il est proposé aux parlementaires de la COPA de poursuivre la réflexion dans le cadre du processus d’intégration dans les Amériques. Ainsi, à l’instar de l’Union européenne, le document suggère que dans le cadre de la ZLEA, si jamais elle devait se concrétiser, soient mis sur pied des programmes venant en aide aux artisans, aux professionnels et aux entreprises œuvrant dans le domaine culturel dans les pays les plus pauvres de notre hémisphère. Le document suscite également des questions notamment sur le piratage de la propriété intellectuelle sur Internet, la double nature des produits culturels, la répartition inégale des ressources culturelles sur un territoire donné, l’utilisation de logiciels libres, l’accès à la culture ainsi que le rapport entre la vie culturelle et l’éducation.

Ce document, du reste, se divise en quatre parties: la première s’intéresse au traitement réservé aux biens et aux services culturels dans les négociations commerciales actuelles, notamment celles devant mener à la création de la ZLEA. La seconde se penche sur l’état d’avancement des travaux concernant l’adoption d’une convention internationale sur la diversité des expressions culturelles à l’UNESCO. La troisième partie présente les actions entreprises par les institutions interaméricaines à l’égard de la promotion et de la protection de la diversité culturelle à l’échelle des Amériques. Enfin, la dernière partie propose des pistes d’action pour les parlementaires qui voudraient travailler à la promotion de la diversité culturelle. [05-20]

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

28 et 29 juin 2005 - Symposium international « Diversité Culturelle, la valeur de la différence »

Du 28 au 29 juin 2005 s'ouvre à Santiago du Chili un symposium international sous le thème: « Diversité Culturelle, la valeur de la différence ». L'activité est organisée par le Conseil national de la culture et des arts (CNCA), en collaboration avec la Coalition chilienne pour la diversité culturelle, et s'adresse à la société civile (universitaires et experts) spécialement intéressée par le secteur des arts, des communications et des industries culturelles. Ceux-ci aborderont les questions relatives à  l'identité et la diversité à l'ère de la mondialisation, à la protection de la diversité culturelle dans les accords de libre-échange, au patrimoine et aux arts, de même que les moyens de communications sous l'angle de la diversité culturelle. Les travaux de ce symposium feront l'objet d'une publication. [05-20]

Haut de la page

À l'agenda

27 juin 2005 - Réunion des ministres de la Culture de l'Union européenne

C'est le 27 juin 2005 que se tient à Luxembourg la réunion des ministres de la Culture de l'Union européenne, sous la présidence de François Biltgen, ministre luxembourgeois de la Culture, de l’Éducation supérieure et de la Recherche. Cet événement survient à la suite de la Rencontre internationale des ministres de la Culture qui s'est tenue à Madrid les 11 et 12 juin derniers. Les représentants de plus de 70 pays d'Europe, d'Asie, d'Afrique et d'Amérique participant à cette rencontre, ont confirmé le large appui international en faveur du projet de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles issu de la 3e Session de la réunion intergouvernementale d'experts de l’UNESCO, donnant ainsi un nouvel élan à cette initiative. Nous reviendrons sur cet événement dans la prochaine édition de ce Bulletin. [05-20]

Haut de la page

La diversité culturelle au IVème Congrès international Culture et Développement

Ministère de la Culture de Cuba, La Havane, le 9 juin 2005 – 2005/06/09

Le IVème Congrès international Culture et Développement s’est tenu à La Havane à Cuba du 6 au 9 juin 2005, avec la participation de quelque 500 personnalités du monde entier. Cet événement était organisépar le ministère de la Culture cubain, en collaboration avec l'UNESCO, l’UNICEF, entre autres. « Ce Congrès, qui a lieu tous les deux ans, est un nouvel espace pour que les artistes, les créateurs, les critiques investigateurs, les formateurs, les agents de développement, ainsi que les autorités et directions gouvernementales et d’organismes, les organisations et les institutions nationales et internationales, exposent leurs points de vue sur des matières aussi importantes que la diversité culturelle, le développement des politiques culturelles, la relation culture et économie, la culture et les nouvelles technologies ». Le IVème Congrès avait pour objectifs: rendre propice la réflexion, le débat et l'échange sur les problèmes fondamentaux de la relation des arts, les processus culturels et le développement, dans un monde globalisé et où est urgent la préservation de ses cultures; stimuler l'échange d’expériences, d’idées et de projets, qui renforcent la créativité humaine face aux actuels défis; promouvoir la recherche de points de convergence et la concertation de stratégies et de projets communs qui favorisent, au moyen de la coopération, le développement culturel.

Lors d’une conférence de presse, le vice-ministre cubain de la Culture, M. Rafael Bernal Alemany, avait signalé que le forum était ouvert à toutes les tendances progressistes pour examiner les sujets de politiques culturelles, diversité et patrimoine. Arrivé à La Havane pour participer à ce 4e Congrès international, l'acteur nord-américain Danny Glover, ambassadeur de bonne volonté du Fonds des Nations unies pour l'Enfance (UNICEF), a déclaré que le Congrès doit contribuer à ce que toutes les personnes impliquées dans l'activité culturelle au niveau mondial prennent conscience de la contribution qu'ils peuvent apporter à la société: « Nous avons conscience du rôle qui revient à la culture, surtout à l'heure actuelle, pour faire face au néolibéralisme et dans le cadre de la mondialisation », a-t-il relevé, pour insister ensuite sur la nécessité qu'a chaque nation d'œuvrer en faveur de la préservation de sa véritable identité culturelle. Par ailleurs, Le 4e congrès international de La Havane s'est prononcé contre la globalisation néo-libérale. Le ministre angolais de la culture, Boaventura Cardoso, est intervenu à cette rencontre pour souligner: « Au moment où la globalisation prend une dimension planétaire il faut absolument tenir compte du potentiel énorme des secteurs liés à la culture. Si nous ne pouvons pas éviter la globalisation car c'est un processus régi par des forces économiques et technologiques puissantes, nous pouvons au moins et nous devons réduire son impact négatif ».

Le Congrès international Culture et développement se déroule périodiquement en vertu d'un manifeste rédigé en 2003 au Mexique « pour attirer l'attention sur la nécessité d'encourager le développement des nations et de préserver en même temps la diversité culturelle de l'humanité ». [05-20]

Haut de la page

Mondialisation, communication et culture: « Il faut œuvrer en faveur de la défense des cultures qui sont menacées par la mondialisation et inventer un nouveau modèle de mondialisation »

Université de la Communication de l’Océan Indien (UCOI), La Réunion, le 20 juin 2005 – 2005/06/20

« Puisque nous passons à une génération qui maîtrise l’Internet, nous devons nous demander dans quelle mesure la mutation technologique et son essor favorisent la diversité culturelle ». C’est à cette problématique que se sont penchés les participants à la 10e édition de l’université de la Communication de l’océan Indien (UCOI), consacrée aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), qui a eu lieu à Saint-Paul, à la Réunion, du 7 au 10 juin 2005.

Les professionnels de la communication et de l’information, éducateurs, industriels, entre autres, ont échangé leur savoir-faire et envisagé les perspectives d’évolution dans leurs champs d’action respectifs. Lors du débat sur le thème de la diversité culturelle au sein de l’Europe, les participants ont exprimé l’idée selon laquelle il est important de refaire l’Europe – confrontée à sa propre diversité – par la culture et non par l’économie: « Parce que la standardisation de la culture va à l’encontre de la diversité culturelle, il faut donc œuvrer en faveur de la défense des cultures qui sont menacées par la mondialisation et inventer un nouveau modèle de mondialisation où la politique n’est pas soumise à un système économique qui contredit l’universalité des valeurs – premier signe des méfaits de la mondialisation actuelle ». [05-20]

Haut de la page