Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 6, no 12, lundi 10 avril 2006

Convention sur la diversité des expressions culturelles : La phase de ratification par les États membres est engagée!

 Pourquoi les États doivent-ils ratifier la Convention de l'UNESCO?

-------------------------------------------------

Cérémonie marquant l'approbation de la Convention de l'UNESCO par le gouvernement du Québec
Hôtel du Parlement - 10 novembre 2005
Intervention de M. Jean Charest, premier ministre du Québec

Intervention de M. Jean Charest, premier ministre du Québec



Cérémonie de ratification de la Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles par le Canada - 23 novembre 2005

Photo : Paul Ducharme

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques



Suivi de la Convention

Pourquoi les États doivent-ils ratifier cette Convention?

La Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles a été adoptée par la 33e session de la Conférence générale de l'UNESCO le 20 octobre dernier. Pour que celle-ci entre en vigueur, 30 États doivent la ratifier. Jusqu'ici, le Canada est le seul État à avoir ratifié cette Convention.

"Pourquoi les États doivent-ils ratifier cette Convention?" Pour le savoir, consulter notre Bulletin du 16 janvier 2006

Haut de la page

Maurice devient le 2e pays à ratifier la Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, 2006/03/31

À l'occasion de la récente visite du Premier ministre de Maurice, Dr Navinchandra Ramgoolam, à l’UNESCO, le Directeur général de l'UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a félicité Maurice d'être jusqu'ici le premier pays à avoir ratifié les trois conventions culturelles sur la protection de la diversité culturelle, à savoir: la Convention sur la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, adoptée en 1972, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée en 2003, et la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, adoptée en 2005.

Maurice devient ainsi le 2e pays, après le Canada, à ratifier la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il resterait encore 28 ratifications pour que cette Convention entre en vigueur.

  • UNESCO (disponible en anglais seulement)

Haut de la page

Conseil exécutif de l'UNESCO – De nombreux pays ont déjà entamé le processus de ratification de la Convention sur la diversité des expressions culturelles, 2005/04/05

En réponse au débat général de la 174e session du Conseil exécutif de l'UNESCO qui se tient à Paris du 28 mars au 13 avril 2006, le Directeur général M. Matsuura note que de "nombreux États membres avaient d’ores et déjà entamé le processus de ratification" de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptée par la 33e session de la Conférence générale de l'UNESCO le 20 octobre dernier. À cet égard, a-t-il déclaré: « Je ne peux que me réjouir de voir ainsi les instruments de l’UNESCO dans le domaine culturel, notamment les trois Conventions principales, acquérir une véritable légitimité auprès des États membres ».

En félicitant "tout particulièrement Maurice qui est le seul, à ce jour, à avoir ratifié les trois conventions", M. Matsuura a notamment souligné: « De nombreuses réunions et matériels de communication sont prévus au cours de ce biennium, en particulier hors Siège, pour sensibiliser les États membres aux enjeux de la Convention de 2005; quatre études de faisabilité d’observatoires régionaux sur la diversité culturelle ont également été lancées. Le développement de partenariats en vue de la protection et de la promotion effective de la diversité des expressions culturelles sera également au cœur de nos efforts ».

Haut de la page

Le Secrétaire général de la Francophonie appelle avec insistance les États et gouvernements membres à ratifier au plus vite la Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, 2006/04/06

La 59e session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF) a réuni à Paris le 6 avril les représentants personnels des 53 chefs d’États et de gouvernements membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). À cette occasion, le Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, a appelé avec insistance les États et gouvernements membres de l’OIF à ratifier au plus vite la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptée par l’UNESCO en octobre 2005. « Nous sommes tous conscients de la nécessité de procéder le plus rapidement possible à la ratification de l’instrument pour que cette Convention joue pleinement son rôle », a-t-il ajouté.

L’assemblée a également examiné l’état de la préparation du prochain Sommet de la Francophonie qui se tiendra les 28 et 29 septembre prochain à Bucarest, en Roumanie. Rappelons à cet égard qu'une résolution de la 21e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF), tenue à Madagascar les 22 et 23 novembre dernier, recommandait « aux États et gouvernements membres de la Francophonie et de l’UNESCO de mettre en œuvre le plus rapidement possible les procédures de ratification de cette Convention et d’en déposer les instruments auprès du Secrétariat de l'UNESCO, sans tarder et, en tout état de cause, avant la tenue du prochain Sommet de la Francophonie ».

Haut de la page

Négociations commerciales - Euro-Med lance les négociations sur les services et encourage les projets relatifs aux accords de libre-échange, 2006/03/24

Les ministres du Commerce des États membres de l’Union européenne (UE) et ceux des 10 pays méditerranéens membres du processus de Barcelone se sont réunis le 24 mars 2006 à Marrakech, au Maroc, dans le cadre de la 5e Conférence du commerce euro-méditerranéen, afin de promouvoir le commerce et les relations économiques dans toute la région méditerranéenne. Durant cette réunion, les ministres du Commerce ont réitéré leur engagement en faveur de la création, à l’horizon 2010, d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne intégrée.

En marge de la conférence ministérielle, le commissaire européen au Commerce extérieur, M. Peter Mandelson, a procédé à l’ouverture formelle des négociations sur la libéralisation du commerce des services et du droit d’établissement avec un premier groupe de pays méditerranéens (Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, l'Autorité palestinienne, et Tunisie). Avant son départ pour Marrakech, M. Mandelson avait déclaré que: « L’ouverture du commerce des services entre l’UE et les pays de la Méditerranée favorisera la croissance économique et stimulera l’investissement. Le lancement de ces négociations sur les services est une étape importante sur la voie de la création d’une zone de libre-échange euro-méditerranéenne ».

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Making the Case for Culture - La Fondation Louise T. Blouin s'associe à l'OCDE pour étudier le poids économique des activités culturelles

Quel est le retour sur investissement de la culture? Comment comprenons-nous la valeur d'un investissement dans une activité culturelle? Quelles sont les superpuissances culturelles du monde? Voici quelques-unes des questions auxquelles Making the Case for Culture, nouveau projet d'étude rendu possible par la collaboration de la Fondation Louise T. Blouin avec l'OCDE, tentera de répondre. En effet, le projet cherche à mesurer l'importance économique de la culture sur un échantillon de pays-clé membres de l'OCDE. Pour ce faire, Making the Case for Culture offrira à la Fondation Louise T. Blouin un outil pour atteindre son objectif de promotion d'une meilleure compréhension du poids économique des arts et des secteurs de la création ainsi que du rôle-clé des activités culturelles dans l'amélioration de la qualité de vie.

En outre, ce projet entre dans le cadre du programme de la Fondation Culture Beyond Borders, qui soutient la regénération de la culture et la collaboration entre les cultures et encourage la dissémination au niveau mondial de nouvelles connaissances à propos de la culture et de la créativité par le biais de canaux accessibles. Le but de la Fondation est de découvrir des arguments solides en faveur des investissements culturels en offrant des preuves plus convaincantes sur l'effet positif des investissements dans la culture sur l'économie et la qualité de vie d'un pays.

À cet égard, Louise T. Blouin MacBain, fondatrice et présidente du conseil d'administration de la Fondation déclare: « Nous devons encourager les investissements dans la culture, pas seulement pour le plaisir, mais également parce qu'elle est au cœur de ce qui nous définit et de notre compréhension des autres cultures, croyances et traditions. Nous encouragerons les décideurs et les hommes politiques à restructurer les programmes éducatifs afin de développer des niveaux de créativité et de prise de conscience culturelle plus élevés ». Donald Johnston, Secrétaire général de l'OCDE, quant à lui déclare: « En cette ère de la mondialisation, principalement axée sur l'industrie et la productivité, il est important de ne pas perdre de vue les choses qui améliorent la vie telle que la culture. Nous avons commencé à traiter les problèmes de qualité de vie dans le Panorama de statistiques de l'OCDE et nous nous réjouissons que la Fondation Louise T. Blouin partage notre vision en collaborant avec nous sur ce projet très intéressant ».

Par ailleurs, la Fondation Louise T. Blouin, en partenariat avec l'OCDE, a l'intention à terme de créer un "bulletin de notes de créativité" pour chaque nation en compilant un ensemble de données régulièrement mis à jour qui facilitera l'analyse de l'état de l'économie créative mondiale.

Haut de la page

Media Industry: Globalization, Diversity and Identity - 7th World Media Economics Conference, 2006/03/31

Du 15 au 19 mai 2006 aura lieu à Beijing, en Chine, la 7e Conférence mondiale sur l’économie des médias. L’édition de cette année touche de plus près aux enjeux de la mondialisation, de la diversité et de l’identité, appliqués à ce secteur. En effet, selon les organisateurs de cet événement, la mondialisation de l’industrie des médias soulève des interrogations sur les impacts économiques, sociaux, culturels, légaux et technologiques susceptibles d’en découler, et la conférence s’attachera du reste à nourrir les débats autour de ces questions.

Haut de la page

La transition vers l’ère des médias numériques dans un environnement média traditionnel: une nouvelle ère d’innovation - 59ème Congrès mondial des journaux, 2006/03/31

L’industrie mondiale de la presse continue de connaître une énorme vague d’innovation qui se traduit par la réussite pour des entreprises qui savent saisir ces opportunités. Internet arrivant à maturité, les journaux se diversifient de plus en plus et développent leurs services numériques, avec des résultats de plus en plus convaincants. C'est pour analyser ces opportunités que l'Association mondiale des journaux organise le 59ème Congrès Mondial des journaux, le 13ème World Editors Forum et Info Services Expo à Moscou, en Russie, du 4 au 7 juin 2006, pour permettra de découvrir les développements importants de l'industrie internationale de la presse, dont les toutes dernières données et informations sur les tendances de la presse dans le monde. Et notamment l’étude des nouvelles publications, les nouvelles stratégies de publicité et de diffusion, les nouveaux services numériques et les nouvelles pratiques commerciales.

Sous le thème: "Une nouvelle ère d’innovation", le Congrès de 2006, qui précèdera de quelques semaines la première réunion du Sommet économique et politique du G8 en Russie, sera centré sur l’immense vague d’innovation qui continue de balayer l’industrie mondiale de la presse. Il se décline en trois tables rondes centrées respectivement sur les Médias numériques, la Liberté de la presse et les Stratégies gagnantes pour la nouvelle génération. Une étude de cas portera spécifiquement sur la façon dont le New York Times agrège son contenu pour créer de nouveaux produits et de nouvelles sources de revenus.

Le World Editors Forum, pour sa part, examinera comment les journaux s'adaptent à la "génération du tout-gratuit". La conférence se penchera sur des sujets comme l'essor du "journalisme citoyen", l’offre de services en ligne à large bande, le développement des éditions, la mise en cause de la crédibilité des journaux.

Info Services Expo 2006, enfin, présentera les nouveaux services et les nouvelles technologies qui façonnent le journal du futur et, offrira aux directeurs de journaux l'occasion de découvrir les derniers produits et services des fournisseurs de l'industrie.

Haut de la page

How cultural policy and practice must grow to meet the challenge: Regeneration through arts and culture - "Transforming places, transforming lives", 2006/03/31

Du 14 au 17 juin 2006 se tiendra à Newcastle-Gateshead, en Grande-Bretagne, le Sommet mondial sur les arts et la culture, à l’invitation du Conseil britannique des arts. Ce Sommet, qui sera suivi d’événements annexes le 18 juin, est organisé en partenariat avec la Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (IFACCA). Il traitera notamment du thème de la regénération à travers les arts et la culture: "Transformer les lieux, transformer les vies", et vise à en permettre le partage de pratiques exemplaires à l’échelle mondiale et de discuter des sujets portant sur les arts et la regénération culturelle.

Ce Sommet de 2006, qui fait suite aux sommets de Singapour en 2003 et du Canada en 2000, est ouvert aux décideurs et aux responsables de politiques dans ces domaines, incluant les ministères des Arts et de la Culture, les membres et associés de l’IFACCA, les praticiens oeuvrant dans ces secteurs, les agences gouvernementales actives en matière d’art et de culture, les fondations, les gouvernements locaux, les maires, ainsi que les chercheurs et professionnels spécialisés en politique culturelle.

Haut de la page

Forum mondial sur la diversité culturelle, 2006/02/22

Le Forum mondial sur la diversité culturelle s'est déroulé à Hangzhou, en Chine, du 7 au 9 novembre 2005. Organisé par la Foundation for Globalisation Cooperation (Fondation pour la coopération dans la mondialisation), en coopération avec l’Alliance globale pour la diversité culturelle de l’UNESCO, ce forum de haut niveau a exploré la complexité des relations entre la mondialisation et la diversité culturelle, prenant en considération les opportunités que les technologies de l’information et de la communication et la mondialisation du commerce offrent pour promouvoir la diversité, et les moyens d’éviter la standardisation et l’uniformisation des cultures.

Les participants, au nombre desquels figuraient de nombreux ministres de la Culture, de représentants du secteur privé et d’organisations sans but lucratif, ont examiné ces sujets et ont résolu de constituer une tribune pour développer des modèles de coopération et des partenariats novateurs entre les autorités publiques, la société civile et le monde des affaires pour "construire une société mondiale harmonieuse qui recueille pleinement les bienfaits de la mondialisation".

Haut de la page