Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 8, no 33, mardi 14 octobre 2008

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Le Comité intergouvernemental a tenu une première réunion, ordinaire, à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007, et une seconde, extraordinaire, à Paris, France, du 24 au 27 juin 2008. D’autres rencontres du Comité auront lieu d’ici la prochaine Conférence des Parties, prévue aux environs du mois de juin 2009, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 90 États ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Signature d’un accord de partenariat stratégique entre l’UNESCO et la Banque Interaméricaine de Développement

Le 6 octobre 2008, l’UNESCO annonçait que son Directeur général, M. Koïchiro Matsuura, et le Président de la Banque Interaméricaine de Développement (BID), Luis Alberto Moreno, ont signé un accord de partenariat stratégique « qui va renforcer la coopération déjà existante entre ces deux organisations ».

Le communiqué de presse indique que cet accord actualise celui que l’UNESCO et la BID avaient signé dès 1967. « En prenant mieux en compte la dimension stratégique et les nouvelles priorités de ces deux organisations, il fournit un cadre à la coopération des deux partenaires en matière d’éducation, de science, de culture et de communication. »

M. Koïchiro Matsuura s’est félicité de cette signature qui va « renforcer la coopération entre l’UNESCO et la BID, et améliorer encore l’efficacité de leurs activités conjointes ». Pour sa part, Luis Alberto Moreno a souligné « la volonté de la BID de s’engager en faveur d’une éducation de qualité et d’un meilleur accès aux services éducatifs. Ensemble, nous avancerons plus vite vers les Objectifs du millénaire dans ces domaines ».

La nouvelle précise que l’accord prévoit que l’UNESCO et la BID pourront entreprendre des activités communes, dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes dans un certain nombre de domaines, dont les aspects suivants de la culture : la protection et promotion de la diversité biologique et culturelle, y compris la promotion du multilinguisme ; la protection et la sauvegarde du patrimoine naturel et culturel, y compris le patrimoine immatériel ; le développement d’industries culturelles. Pour en savoir davantage sur cet accord et sur l’ensemble des domaines d’activités communes qu’il couvre, nous vous invitons à consulter le communiqué de presse de l’UNESCO.

Haut de la page

Nouvelle formule d’organisation pour le Sommet de la Francophonie

La XIIe Conférence des chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage, communément appelée Sommet de la Francophonie, réunit du 17 au 19 octobre 2008 dans la ville de Québec, au Canada, les 55 États et gouvernements membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et les 13 États observateurs. Elle sera précédée, les 15 et 16 octobre, par la 24session de la Conférence ministérielle de la Francophonie.

Le Canada, qui assume la présidence du Sommet, et le Québec sont les deux gouvernements hôtes du XIIe Sommet de la Francophonie. Dans un récent communiqué de presse, l’Organisation internationale de la Francophonie annonçait que, « conformément à leur volonté d'insuffler à cette rencontre une dynamique nouvelle favorisant l'interactivité et les débats approfondis, la formule d'organisation de ce XIIe Sommet a été rénovée ». Le communiqué précise que les quatre enjeux inscrits à l'ordre du jour seront abordés dans le cadre de séances thématiques et de tables rondes : démocratie et État de droit ; gouvernance et solidarité économique ; environnement ; langue française.

L’OIF souligne, qu’après la cérémonie d'ouverture officielle le 17 octobre, en fin de journée, les travaux du Sommet se dérouleront les 18 et 19 octobre et seront clôturés par l'adoption de la Déclaration de Québec. Le communiqué indique de plus que les chefs d'État et de gouvernements prendront connaissance du Rapport d'activité du Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, et se prononceront sur les demandes d'adhésion (Lettonie, Thaïlande) ou de modification de statut (Arménie). Ils décideront également du pays qui accueillera le XIIIe Sommet en 2010.

La nouvelle mentionne qu’une partie des travaux du Sommet et de la Conférence ministérielle de la Francophonie sera diffusée publiquement sur le site Internet du XIIe Sommet de la Francophonie et dans l'enceinte du Centre des congrès où se déroule le Sommet.

« À l'occasion du Sommet, des annonces seront faites par le Secrétaire général de la Francophonie et des partenaires publics et privés sur des activités d'envergure pour renforcer l'action de la Francophonie et appuyer le rayonnement de la langue française dans le monde ».

Ce Sommet coïncide avec le 400e anniversaire de la Ville de Québec, berceau de la Francophonie en Amérique du Nord. Le communiqué conclut en rappelant que l'année 2008 a été jalonnée d'événements qui ont attiré à Québec des centaines de milliers de francophones du monde entier.

Vous retrouvez le dossier de presse, les procédures d'accréditation et toute l'actualité du Sommet sur : www.francophonie.org et www.francophoniequebec2008.qc.ca

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Le gouvernement du Québec, fier partenaire de Coup de cœur francophone

Le 7 octobre 2008, la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, la vice-première ministre et ministre des Affaires municipales et des Régions, Mme Nathalie Normandeau, et le ministre du Tourisme, ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre responsable de la région de Montréal, M. Raymond Bachand, ont annoncé l’attribution d’une aide financière de 132 000 $ du gouvernement du Québec à Coup de cœur francophone pour la tenue et la promotion de sa 22e édition qui se déroulera du 6 au 16 novembre prochain à Montréal et durant tout le mois de novembre dans l’ensemble du Réseau pancanadien.

« Grâce à ses nombreux partenariats, Coup de cœur francophone contribue largement à la promotion et à la diffusion de la chanson francophone. En plus de faire connaître des artistes de la scène émergente, il conçoit des rencontres inédites avec les plus grands. Pour ceux et celles qui ont l’âme à la tendresse, l’hommage consacré à Mme Pauline Julien, qui nous a quittés il y a dix ans, promet de faire revivre de grands moments qui ont marqué l’histoire de notre chanson », a déclaré la ministre St-Pierre.

« Avec un réseau national et international de diffusion solidement implanté, Coup de cœur francophone attire plusieurs artistes et professionnels du Québec, des autres provinces et d’Europe, ainsi qu’un nombre toujours croissant de spectateurs. À chaque année, en novembre, cet événement vient dynamiser la scène culturelle après la saison de pointe des festivals métropolitains. Il procure un rayonnement considérable à Montréal et renforce son pouvoir d’attraction », a souligné la ministre Normandeau.

« Ce festival de la musique nous propose une incursion au cœur de la chanson francophone à travers ses multiples expressions. Un rendez-vous "coup de cœur" où le public attentif, curieux et ouvert à la découverte accueille les œuvres audacieuses et percutantes d’artistes d’ici et d’ailleurs. Défiant les frontières, cet événement unique fait entonner la "langue de chez de nous" de mille façons et contribue au rayonnement du Québec au sein des communautés francophones », a ajouté le ministre Bachand.

Le communiqué de presse du gouvernement du Québec précise que l’aide gouvernementale québécoise se répartit comme suit : 72 000 $ proviennent du programme Aide à la diffusion en variétés de la Société de développement des entreprises culturelles, 50 000 $ du Fonds de développement de la métropole du ministère des Affaires municipales et des Régions et 10 000 $ du Programme de soutien au développement et à la promotion touristiques, volet aide financière aux festivals et événements, du ministère du Tourisme.

Source :

Haut de la page

112 candidatures à l’inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité

À la date limite du 30 septembre 2008, l’UNESCO avait reçu un total de 112 candidatures émanant de 35 États pour la première inscription sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

L’UNESCO indique qu’après examen approfondi de l’ensemble des dossiers, il reviendra aux 24 membres élus du Comité du patrimoine culturel immatériel de décider de leur éventuelle inscription, qui devrait intervenir à l’automne 2009.

Le communiqué de presse note entre autres que la troisième session du Comité, qui se tiendra à Istanbul en novembre prochain, intégrera quant à elle dans la Liste représentative les 90 expressions culturelles proclamées par l’UNESCO Chefs-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2001, 2003 et 2005 – parmi lesquelles, par exemple, le Carnaval d’Oruro (Bolivie), le théâtre sanskrit kutiyattam (Inde) ou encore le patrimoine oral Gèlèdé (Bénin, Nigéria, Togo).

Pour le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, le nombre élevé de candidatures présentées « démontre l’intérêt que suscite la sauvegarde du patrimoine vivant au sein de la communauté internationale. Je suis convaincu que la Liste représentative, destinée à assurer une meilleure visibilité du patrimoine culturel immatériel, permettra de mieux faire prendre conscience de son importance et donnera aux communautés qui en sont les dépositaires un sentiment de fierté et d’appartenance. Non seulement elle contribuera ainsi à faire vivre ce patrimoine riche et varié au profit des générations futures, mais elle sera sans nul doute un moyen de favoriser le dialogue dans le respect de la diversité culturelle ».

Source :

Haut de la page

Le professeur égyptien Gaber Asfour et l’écrivain portugais Adalberto Alves sont les lauréats du Prix Sharjah 2008 pour la culture arabe

Le Prix Sharjah 2008 pour la culture arabe a été attribué par le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, au professeur égyptien Gaber Asfour et à l’écrivain portugais Adalberto Alves, suite aux recommandations du jury international qui a examiné 33 candidatures présentées par 20 États membres de l’UNESCO.

Le prix sera remis aux lauréats par le Directeur général au cours d’une cérémonie qui se tiendra au siège de l’UNESCO le 17 novembre prochain (Salle II, 18 h30).

L’UNESCO signale que le docteur Gaber Asfour, professeur au sein de plusieurs universités du monde arabe, en Europe et aux États-Unis, a été Président du Conseil supérieur de la culture en Égypte. Actuellement responsable de la Fondation nationale de la traduction, au Caire, « il joue un rôle important pour le rayonnement de la culture arabe ». « Son œuvre en tant que critique littéraire, fort originale, est mondialement reconnue. Grand défenseur du dialogue interculturel, il a su promouvoir des valeurs comme la promotion de la femme, le respect de l’autre, la diversité créatrice et la tolérance. »

L’écrivain, poète et orientaliste portugais Adalberto Alves – de son vrai nom José Adalberto Coelho Alves – préside actuellement le Centro de Estudos Luso-Arabes de Silves. « Son oeuvre a inspiré de nombreux auteurs espagnols et portugais et il a contribué grandement à la divulgation de l’histoire et de la culture arabes durant la période du Portugal islamique (Gharb al-Andalus), écrit l’UNESCO ». Il travaille actuellement à un dictionnaire des mots portugais d’origine arabe. Il a été président de la Commission d’installation de la Fundação da Memória Arabe, vice-président de l’Instituto Luso-Arabe-Português para a Cooperação et membre du Conseil d’administration de la Fundação Portuguesa da Herança Arabe-Islâmica.

L’UNESCO indique que le Prix Sharjah – doté de 30000 dollars pour chaque lauréat grâce à des fonds offerts par le gouvernement de l’Émirat de Sharjah - a été proposé par le Sheikh Sultan Bin Mohamed Al-Qassimi et approuvé par le Conseil exécutif de l’UNESCO en 1998. Il vise à distinguer des personnalités, groupes ou institutions ayant contribué de manière significative au développement, à la diffusion et à la promotion de la culture arabe dans le monde, ainsi qu’à la préservation et à la revitalisation du patrimoine culturel immatériel arabe.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Table ronde – Littérature et langues minoritaires : les Amériques, Québec (Canada)

L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), en association avec la revue Riveneuve Continents et le Centre de la francophonie des Amériques, organise une table ronde intitulée « Littérature et langues minoritaires: les Amériques », le 16 octobre 2008. L’événement aura lieu à 10 h au Théâtre Périscope, dans la ville de Québec (Canada). Des écrivains et des spécialistes en provenance de différentes régions des Amériques se réuniront en public pour aborder les questions relatives aux littératures en langues minoritaires dans le monde contemporain : leur situation, leur rôle, leur signification et leur avenir.

La table ronde est organisée en marge du XIIe Sommet de la Francophonie (17-19 octobre 2008 à Québec).

La table ronde sera suivie de deux autres activités littéraires. La première : « Je thème, concours universitaire d’écriture sur une mélodie de Philippe B. ». Au sujet de ce concours, l’AUF écrit : « C’est dans l’atmosphère musicale d’une mélodie composée par l’artiste québécois Philippe B., que des participants de la Francophonie ont été invités à écrire le texte d’une chanson reflétant leurs visions du futur ». Le communiqué indique que la grande gagnante du concours, Farah Abdel Sater de l’Université Saint-Joseph (Liban), sera présentée au public et quelques textes gagnants seront interprétés par Bernard Sauvat sur la musique de Philippe B. Le concours a été organisé par l’Agence universitaire de la Francophonie et Les Correspondances du Monde, en partenariat avec le réseau culturel du Ministère des Affaires étrangères de France.

Ensuite, l’organisme « Le Printemps des poètes » (un centre de ressources pour la poésie et une manifestation internationale) prendra racine au Québec.

Pour clôturer l’événement, un cocktail déjeunatoire sera offert à l’occasion du lancement du sixième numéro de la revue Riveneuve Continents intitulé Québecs2008, une publication des éditions Riveneuve. Une trentaine d’auteurs ont contribué à ce numéro et plusieurs seront présents pour l’événement, quelques-uns participant d’ailleurs à la table ronde.

Source :

Haut de la page

« Etoiles et Toiles du cinéma européen » – 9e édition du festival dédié au patrimoine des cinémas d’Europe

La 9e édition du festival « Etoiles et Toiles du cinéma européen » se déroule du 7 au 28 octobre 2008 au cinéma Odyssée à Strasbourg. Fruit d’une collaboration étroite entre le cinéma Odyssée et le Fonds Eurimages du Conseil de l’Europe, le festival présentera durant cette période 12 longs métrages - dont un film d’animation pour les enfants (voir le programme complet).

Le Conseil de l’Europe souligne que deux récompenses Odyssée - Conseil de l’Europe - l’une pour la « Création artistique », l’autre pour les « Droits de l’Homme » - seront décernées par un jury composé de sept ambassadeurs, Représentants permanents de leurs pays auprès du Conseil de l’Europe, et de deux membres du Secrétariat général de l’Organisation. Ces distinctions seront remises lors d’une cérémonie qui aura lieu le 22 octobre 2008 à partir de 20 heures au Cinéma Odyssée, 3 rue des Francs Bourgeois à Strasbourg.

Pour en apprendre davantage, consulter le communiqué de presse du Conseil de l’Europe.

Haut de la page

WOMEX 08 – The world music expo, Séville (Espagne)

L’Alliance globale pour la diversité culturelle nous informe que la 14e édition du WOMEX, « le plus important marché international des musiques du monde », se tiendra à Séville (Espagne), du 29 octobre au 2 novembre 2008. Au programme : conférences, vitrines, « masters classes », marché du film.

L’Alliance globale précise, qu’une fois de plus, elle sera présente afin de rencontrer nombre de ses partenaires du secteur de la musique et de participer à la présentation du BEMA (Bureau export de la musique africaine).

Le WOMEX s’est également associé au projet « Promouvoir la musique africaine dans les marchés régionaux et internationaux » porté par le BEMA dans le cadre de l'Alliance globale. Le communiqué de presse de l’Alliance précise que, suite aux formations destinées à aiguiser les compétences des producteurs en matière de gestion de carrières d’artistes, marketing et exportation de la musique organisées au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Burkina Faso, dix professionnels sélectionnés participent au WOMEX 2008. « Un expert international leur offrira un suivi et une formation spécifiques avant, pendant et après l’événement afin qu’ils puissent en tirer pleinement parti, ajoute l’Alliance globale.»

En outre, précise l’Alliance globale, les principaux défis auxquels le BEMA doit faire face pour atteindre ses objectifs et les moyens mis en œuvre pour y parvenir seront présentés dans le cadre d'une « Conférence WOMEX » programmée le vendredi 31 octobre. « Il s’agit ainsi de susciter de nouvelles synergies entre opérateurs publics, privées et de la société civile autour du BEMA afin de promouvoir, d’une part, l’émergence d’un secteur de la musique structuré dans la région et, d’autre part, la circulation de biens et services culturels ouest-africains sur la scène internationale, signale enfin l’Alliance globale. »

Pour de plus amples détails sur le WOMEX veuillez visiter le site : www.womex.com

Source :

Haut de la page