Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 8, no 39, lundi 24 novembre 2008

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Le Comité intergouvernemental a tenu une première réunion, ordinaire, à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007, et une seconde, extraordinaire, à Paris, France, du 24 au 27 juin 2008. D’autres rencontres du Comité auront lieu d’ici la prochaine Conférence des Parties, prévue aux environs du mois de juin 2009, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 93 États ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Réunion du 20 novembre du Conseil des ministres en charge de la Culture et de l'Audiovisuel de l'Union européenne

Le 20 novembre 2008, à Bruxelles, la ministre de la Culture et de la Communication de France, Mme Christine Albanel, a présidé le Conseil des ministres en charge de la Culture et de l’Audiovisuel de l’Union européenne. Ce Conseil a permis l’adoption par les ministres de plusieurs textes importants négociés par la présidence française lors de ces derniers mois.

Le communiqué de presse diffusé par le ministère français de la Culture et de la Communication souligne, entre autres, que « (…) les ministres soutiendront et assureront la pérennité et le développement du projet de Bibliothèque numérique européenne ». Ce projet, lancé le 20 novembre à la suite du Conseil, en présence du Président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, rend déjà accessible à tous (sur www.europeana.eu) 2 millions de documents, aussi bien livres, qu’archives écrites et audiovisuelles, et collections des musées européens. Ce portail « (…) témoigne de la capacité de l’Europe à se mobiliser afin de mettre les nouvelles technologies au service de la culture, et défendre concrètement la diversité culturelle et linguistique », précise le communiqué.

Les ministres ont également adopté le projet de label du patrimoine européen, « une initiative française, dont la vocation est de mettre en valeur la dimension européenne des sites qui bénéficieront de ce label, afin de renforcer le sentiment d’appartenance des citoyens européens à une identité européenne partagée ».

Le communiqué note que les ministres ont en outre adopté des conclusions sur la promotion du dialogue interculturel et de la diversité culturelle et linguistique dans les relations extérieures de l’Union européenne, « dont l’objectif est de renforcer le rôle de la culture dans les relations avec les pays tiers et la diffusion à l’international des biens et services culturels et audiovisuels européens ».

Soulignant ensuite que « le multilinguisme est également une dimension importante de la diversité culturelle », le communiqué de presse écrit : « C’est pourquoi les ministres en charge de la Culture ont insisté sur la dimension proprement culturelle du multilinguisme, à la suite des États généraux du multilinguisme tenus le 26 septembre dernier à Paris. » « Ils ont souhaité que, dans le cadre de la stratégie européenne en faveur du multilinguisme qui sera adoptée demain en conseil des ministres en charge de l’éducation, les États membres soient invités, avec le soutien de la Commission, à coordonner et renforcer leurs actions en faveur de la traduction, du surtitrage des œuvres du spectacle vivant et du sous-titrage des œuvres audiovisuelles et des films. » Une réflexion sera engagée sur la faisabilité d’un programme spécifique de soutien à la traduction, ajoute la nouvelle.

Nous vous invitons à lire le communiqué de presse du ministère de la Culture et de la Communication de France afin de prendre connaissance de l’ensemble des résultats de la récente rencontre du Conseil.

Haut de la page

La bibliothèque numérique européenne « Europeana » est maintenant en ligne

Europeana, la bibliothèque multimédia européenne en ligne, est accessible au public depuis le 20 novembre 2008. Le communiqué de presse de l’Union européenne précise qu’en se rendant sur www.europeana.eu, les internautes du monde entier ont maintenant accès à plus de deux millions de livres, de cartes géographiques, d’enregistrements, de photographies, de documents d'archives, de tableaux et de films en provenance des bibliothèques nationales et d'institutions culturelles des 27 États membres de l’UE. « Europeana offre de nouveaux moyens d'explorer le patrimoine européen : toute personne s'intéressant à la littérature, à l’art, aux sciences, à la politique, à l’histoire, à l’architecture, à la musique ou au cinéma pourra accéder gratuitement et rapidement aux plus grandes collections et aux plus grands chefs-d'œuvre européens dans une bibliothèque virtuelle unique, en passant par un portail disponible dans toutes les langues de l’Union européenne. »

« Ce n'est là toutefois qu'un début », ajoute l’Union européenne. En 2010, Europeana donnera accès à des millions d'œuvres « représentant la grande diversité culturelle de l’Europe » et comprendra des rubriques interactives telles que des communautés thématiques. Le communiqué ajoute que, de 2009 à 2011, environ 2 millions d'euros provenant de fonds communautaires y seront consacrés chaque année. L’Union européenne signale que la Commission envisage également de faire participer le secteur privé à l'expansion ultérieure de la bibliothèque numérique européenne. En septembre 2007, dans une résolution votée à une large majorité, le Parlement européen avait soutenu la création d'une bibliothèque numérique européenne, rappelle la nouvelle.

Le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a entre autres déclaré : « Avec Europeana, nous concilions l'avantage concurrentiel détenu par l'Europe dans les technologies de communication et de réseau avec la richesse de notre patrimoine culturel. Les Européens auront maintenant la possibilité d’accéder rapidement et facilement, sur un espace unique, aux formidables ressources de nos grandes collections. »

« Europeana nous fait voyager dans le temps, traverser les frontières et découvrir des idées nouvelles sur ce qu'est notre culture. Plus encore, elle reliera les gens à leur Histoire et, grâce aux pages et aux outils interactifs, elle créera un lien entre eux », a déclaré Mme Viviane Reding, membre de la Commission chargée de la société de l’information et des médias. « J'appelle maintenant les institutions culturelles, les maisons d’édition et les entreprises technologiques d’Europe à poursuivre l’approvisionnement d’Europeana en ressources au format numérique. Nous devrions faire d'Europeana un espace de participation interactive et de création à portée de clavier pour ceux qui veulent façonner leur propre contribution à la culture européenne et la partager avec d'autres. Mon objectif est qu'en 2010, Europeana comporte au moins dix millions de références. »

Source :

Haut de la page

Le Secrétaire général de la Francophonie s'entretient avec le Président du Togo

Le Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, s’est entretenu, le jeudi 20 novembre 2008, à Paris, avec M. Faure Gnassingbé, Président de la République du Togo. L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) signale, qu’au cours de leur entretien, le Secrétaire général a notamment tenu à souligner le rôle important que joue le Togo au sein de la Francophonie. Le communiqué de presse rappelle, qu’ensemble, « ils ont passé en revue l’excellente coopération entre l’OIF et le Togo, dans les différents domaines que sont la démocratie et les droits de l’Homme, l’éducation, la diversité culturelle et linguistique, le développement durable ».

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Rapports des experts sur le traitement préférentiel (Article 16 de la Convention) en vue de la deuxième session ordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

En prévision de la deuxième session ordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (8 au 12 décembre 2008), l’UNESCO vient de mettre en ligne les rapports des experts sur le traitement préférentiel (article 16 de la Convention).

Source :

Haut de la page

Conclusions du Conseil de l’Union européenne sur la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel dans les relations extérieures de l’Union et de ses États membres

À Bruxelles, le 20 novembre 2008, dans le cadre de la 2905e session du Conseil Éducation, Jeunesse et Culture, le Conseil de l’Union européenne a formulé ses conclusions sur la promotion de la diversité culturelle et du dialogue interculturel dans les relations extérieures de l’Union et de ses États membres. Ce document est disponible sur le site Internet du Conseil de l’Union européenne.

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

L'Organisation internationale de la Francophonie signe un accord avec la Lituanie — Français et langues partenaires

L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) signale qu’un accord pour le renforcement des capacités de travail en français de la Fonction publique lituanienne spécialisée dans le suivi des dossiers européens a été conclu, à Vilnius, le lundi 17 novembre 2008, au ministère des Affaires étrangères de Lituanie. Ce mémorandum concernera cinq cents fonctionnaires et diplomates lituaniens durant les trois prochaines années.

Le communiqué de presse indique que, depuis le XIe Sommet des chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie (Bucarest, 2006), l’OIF a obtenu de ses États « un engagement clair à faire progresser l’usage du français dans les organisations internationales et régionales ». Selon la nouvelle, au total, l’OIF a signé des accords de ce type avec quinze États européens.

L’OIF signale que le programme de coopération qu’elle met en place permet chaque année la formation au français de 13 000 diplomates et fonctionnaires dans quelque 25 capitales. Pour assurer ces formations, précise le communiqué, des accords-cadres et des partenariats ont été conclus avec les organismes de formation dans les capitales européennes : alliances et instituts culturels français, écoles nationales d’Administration, Instituts diplomatiques des ministères des Affaires étrangères et d'Institutions de formation à la fonction publique.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Colloque « Vers une nouvelle francophonie en Europe ? », Paris (France)

Le Cercle Richelieu Senghor de Paris, avec la participation et le soutien de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), organise un colloque sur le thème : « Vers une nouvelle francophonie en Europe ? ». L’Événement se déroulera le 1er décembre 2008, de 15 h à 19 h, au Palais du Luxembourg, Salle Gaston Monnerville, 15 ter, rue de Vaugirard, Paris.

En introduction au programme du colloque, les organisateurs écrivent : « Depuis les années 1990, de nombreux pays européens souhaitent rejoindre l’Organisation internationale de la Francophonie en tant que membres ou observateurs. Pourtant, la plupart de ces pays n’ont pas de liens particuliers avec la France ou la langue française. Plusieurs d’entre eux sont de nouveaux adhérents de l’Union européenne, mais certains en sont membres de longue date, d’autres n’en sont pas membres. Dans ces différents pays, cette demande de francophonie ne se traduit pas toujours par un développement marqué de l’apprentissage du français ou de son usage comme langue de communication internationale. »

« Comment s'explique l'intérêt de ces pays pour la Francophonie ? Quel est l'enjeu de ce mouvement pour le français, pour la Francophonie, pour la diversité culturelle ? Quelles conséquences pouvons-nous tirer de ces évolutions comme Français, Européens ou francophones ? »

Le programme précise que le colloque tentera d’apporter des réponses à ces trois questions en interrogeant des représentants des pays et des institutions concernés, des étudiants et des jeunes professionnels, des personnalités culturelles.

L’entrée est libre, mais l’inscription est obligatoire. Le formulaire d’inscription est disponible au bas de l’annonce du colloque sur le site Internet du Cercle Richelieu Senghor de Paris.

Le colloque sera suivi d’un dîner-débat avec les intervenants au restaurant du Sénat à 19 h 30. Frais de participation de 55 euros (membres du Cercle : 45 euros).

Sources :

Haut de la page

« 24h pour la diversité culturelle » – 1er Forum mondial sur la diversité culturelle en direct du Pic du Midi

L’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC) dirigé par Dominique Wolton et la Région Midi-Pyrénées, ont procédé au lancement de la première édition des « 24h pour la diversité culturelle », forum mondial, sur Internet, consacré au thème de la diversité culturelle. Se déroulant sur 24 heures en continu, du vendredi 21 novembre à 12 h au samedi 22 novembre à 12 h, en direct du Pic du Midi, l’événement est appelé à devenir un rendez-vous annuel, précise l’ISSC.

La formule retenue amenait les intervenants à se rassembler et à débattre par l’intermédiaire Internet sur les thèmes suivants :

  • Diversité culturelle et mondialisation
  • Les rapports entre identité et altérité/l’apport à l’Autre dans la construction des identités
  • La contribution des migrations dans l’histoire
  • Patrimoine, mémoire et diversité culturelle
  • Le rôle des médias dans la valorisation de la diversité culturelle
  • La responsabilité des intellectuels face à la mondialisation et à la diversité culturelle.

Le forum réunissait des intervenants issus de divers horizons (scientifiques, journalistes, acteurs culturels, acteurs institutionnels…), et en place dans différents pays (Algérie, Argentine, Brésil, Canada, Sénégal, Chine, etc.).

Source :

Haut de la page