Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 8, no 26, lundi 25 août 2008

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Le Comité intergouvernemental a tenu une première réunion, ordinaire, à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007, et une seconde, extraordinaire, à Paris, France, du 24 au 27 juin 2008. D’autres rencontres du Comité auront lieu d’ici la prochaine Conférence des Parties, prévue aux environs du mois de juin 2009, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 89 États ont ratifié ce traité. Nous tenons à souligner que, le 16 juillet 2008, la Suisse a déposé son instrument de ratification auprès de l’UNESCO et figure désormais au nombre des États Parties à la Convention.

Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Message du directeur général de l’UNESCO à l'occasion de la Journée internationale des peuples autochtones

Le 9 août 2008, dans son message à l'occasion de la Journée internationale des peuples autochtones, le directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, a entre autres fait valoir que la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones « reconnaît la place importante que les cultures autochtones occupent dans le monde ainsi que leur contribution essentielle à la richesse de notre diversité culturelle, laquelle constitue, selon les termes de son préambule, “le patrimoine commun de l’humanité” ».

Enchaînant, le Directeur général déclarait : « En adoptant cette Déclaration appelée à faire date, les Nations Unies ont accompli un pas en avant considérable, au sein du cadre plus général des droits de l’homme, dans la protection et la promotion des droits des peuples autochtones en matière de culture, de langues et d’éducation et ont envoyé un signal clair à cet égard à la communauté internationale. » M. Matsuura estime « [qu’]il incombe désormais aux Nations Unies, et en particulier à l’UNESCO en sa qualité d’institution spécialisée des Nations Unies dans les domaines de la culture, de la science, de l’éducation et de la communication, de faire en sorte que ce message soit largement diffusé, compris et surtout, traduit en politiques concrètes qui permettent aux peuples autochtones de prendre part pleinement et équitablement à la vie nationale et internationale ».

De fait, a tenu à préciser M. Matsuura, « cette nouvelle Déclaration fait écho aux principes déjà affirmés dans la Déclaration universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle (2001) ainsi que dans des conventions portant sur des domaines connexes, en particulier la Convention du patrimoine mondial de 1972, la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003, et la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de 2005 ». M. Matsuura estime que chacun de ces textes « consacre le rôle clé que jouent les peuples autochtones en tant que gardiens de la diversité culturelle et de la biodiversité ». Toutefois, ajoute-t-il, « en cherchant à promouvoir et à protéger les cultures autochtones, ces instruments normatifs reconnaissent également la vulnérabilité de nombre de ces cultures, ainsi que la situation spécifique des peuples autochtones sur le plan matériel, environnemental et spirituel, leurs visions du monde et la relation étroite qu’ils entretiennent avec la terre et les ressources naturelles au sein de notre monde en mutation rapide ».

Nous vous invitons à lire la version intégrale du message de M. Matsuura en vous rendant sur le site Internet de l’UNESCO.

Haut de la page

Réunion informelle des ministres de la Culture et de l’Audiovisuel de l’Union européenne les 21 et 22 juillet 2008 au Château de Versailles

La ministre de la Culture et de la Communication de France, Mme Christine Albanel, a réuni les 21 et 22 juillet à Versailles ses homologues de l’Union européenne. La ministre a rappelé les quatre axes qu’elle souhaitait développer pendant la Présidence française pour promouvoir la dimension culturelle du projet européen :

  • valoriser et protéger le patrimoine européen et promouvoir son accès ;
  • protéger et encourager la création et la diffusion culturelle à l’ère du numérique ;
  • promouvoir le dialogue interculturel et la diversité culturelle et linguistique ;
  • valoriser la contribution de l’architecture au développement durable.

Le communiqué de presse du ministère de la Culture et de la Communication de France souligne que la première journée a été consacrée aux moyens de valoriser le patrimoine européen et d’en promouvoir l’accès, tout particulièrement à destination des jeunes. Les Ministres de la Culture ont notamment évoqué le projet de « Label du Patrimoine européen ». Cette initiative, initiée par une quinzaine de pays européens en 2007, « vise à mettre en valeur certains biens ou certains lieux (monuments, sites naturels ou urbains, et lieux de mémoire) emblématiques de l’histoire européenne ».

Lors de la rencontre, il a été convenu de lancer les travaux au sein des instances communautaires « en vue d’en faire un projet à 27  (…), ce qui permettra de donner aux citoyens européens une conscience plus tangible de leur héritage commun ». Cette action pourra aussi « contribuer à l’attractivité et au développement économique des territoires de l’Union ». Plusieurs ministres ont insisté sur l’intérêt de faciliter l’accès de ces sites aux jeunes.

Également, les Ministres de l’audiovisuel ont abordé la révision du cadre réglementaire communautaire des communications électroniques (« Paquet télécom »). Ils ont rappelé « la nécessité de préserver à cette occasion l’équilibre entre impératifs d'optimisation économique et les objectifs d’intérêt général tels que le pluralisme des médias, la diversité culturelle et linguistique ou l’aménagement du territoire. » Au total, souligne le communiqué, les ministres en charge de l’audiovisuel « ont souhaité appeler, sur ces différents points, l’attention de leurs collègues en charge des télécommunications, ainsi que celle des députés européens et de la Commission, sur la nécessité de prendre en compte les spécificités et les objectifs du secteur audiovisuel dans la révision du “Paquet télécom” ».

La protection du droit d’auteur et des droits voisins sur les réseaux numériques a également été évoquée par les ministres. Entre autres, il a été souligné « qu’il était capital d’améliorer l’information des consommateurs sur les droits d’auteur attachés aux œuvres diffusées en ligne et de les sensibiliser aux conséquences du piratage sur la création et la diversité culturelle ». De plus, ajoute le communiqué, l’ensemble des acteurs – de la Culture comme des réseaux de communication – « doivent s’associer dans la lutte contre le piratage et pour le développement d’une offre légale plus attractive pour le consommateur ».

« L’importance du modèle européen du service public audiovisuel a été réaffirmée ainsi que la nécessité de préserver la subsidiarité dans ce domaine, c’est-à-dire la possibilité pour les États membres de garantir les moyens de développement du service public de l’audiovisuel ».

Le communiqué rappelle enfin que les ministres se réuniront à nouveau à Bruxelles le 20 novembre 2008 à l’occasion du Conseil « Éducation, Jeunesse et Culture », et adopteront des conclusions, notamment sur le « Label du Patrimoine européen » et sur le développement et la protection contre le piratage des contenus créatifs en ligne.

Pour prendre connaissance de l’ensemble des résultats de cette rencontre des ministres de la Culture et de l’Audiovisuel de l'Union européenne, nous vous invitons à consulter l'article, le dossier et le communiqué de presse diffusé sur le site Internet du ministère de la Culture et de la Communication de France.

Haut de la page

Entretien du Secrétaire général de la Francophonie avec le Président de l'Union des Comores

Le 21 juillet 2008, le Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, s'est entretenu avec le Président de l'Union des Comores, M. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi.

Le communiqué de presse précise, qu’au cours de leur entretien, le Président Sambi a entre autres « lancé un appel à la mobilisation de l’OIF et de ses États et gouvernements membres pour développer l’enseignement de la langue française aux Comores ». Il a ensuite sollicité l’accompagnement de l’OIF pour la préparation de la prochaine conférence intercomorienne ainsi qu’un appui pour la modernisation et la réforme de la Justice.

Également, précise le communiqué, le Président Sambi a annoncé au Secrétaire général de la Francophonie « qu’il s’engageait personnellement à faire en sorte que la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles adoptée à l’UNESCO soit ratifiée dans les meilleurs délais possibles ».

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Mise en ligne des versions espagnole et arabe de l'étude « La Convention sur la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO : un instrument culturel au carrefour du droit et de la politique », du professeur Ivan Bernier

L'étude intitulée « La Convention sur la diversité des expressions culturelles de l’UNESCO : un instrument culturel au carrefour du droit et de la politique », réalisée par le professeur Ivan Bernier, est maintenant disponible sur notre site web en quatre langues (français, anglais, espagnol et arabe).

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Le Conseil de l’Europe partenaire du festival du film de Sarajevo

Le Conseil de l'Europe signale que, pour la toute première fois, il a été partenaire du festival du film de Sarajevo (15 au 23 août) – et qu’il a parrainé le prix « Cœur de Sarajevo », destiné au meilleur film. Cette année, ce prix a été attribué au film croate « Buick Riviera », du réalisateur Goran Rušinović.

Le communiqué de presse émis à cet effet précise que, depuis 1988, le Fonds européen de soutien à la coproduction et à la diffusion des œuvres de création cinématographiques et audiovisuelles, plus connu sous le nom d’Eurimages, promeut l’industrie cinématographique européenne dans le giron Conseil de l’Europe, en encourageant la production et la distribution de films et en favorisant la coopération entre professionnels. La Bosnie-Herzégovine est devenue membre d’Eurimages en 2005.

« Le Conseil de l’Europe, qui est très actif en Europe du Sud-Est, a naturellement choisi le festival du film de Sarajevo, point de rencontre de l’industrie cinématographique régionale, pour promouvoir ses activités en tenant compte des objectifs communs : éduquer par le cinéma, soutenir la création artistique et la liberté d’expression à travers la réalisation de films et promouvoir les valeurs de diversité culturelle et de respect mutuel de l'Organisation. »

Pour en savoir plus, consultez le site du festival : www.sff.ba

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Colloque international – « Nouvelles frontières de l'économie de la culture : des industries culturelles aux industries créatives ? »

Dans le cadre de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, le ministère de la Culture et de la Communication de France organise un colloque international sur le thème : « Nouvelles frontières de l'économie de la culture : des industries culturelles aux industries créatives ? ». L’événement aura lieu les 2 et 3 octobre 2008, au Musée du quai Branly, à Paris. L’entrée est libre dans la limite des places disponibles. L’inscription est obligatoire.

Les organisateurs précisent que les 3es Journées d’économie de la culture croiseront analyses économiques européennes et échanges de stratégies d’entreprises, en prise directe avec la statistique culturelle européenne réalisée par Eurostat et le Groupe d’experts sur la Maximisation du potentiel des industries culturelles et créatives, en particulier des petites et moyennes entreprises (PME), auprès de la Commission européenne.

Selon l’information obtenue, ces Journées européennes et prospectives présenteront les mutations du champ culturel et de la communication, ses lignes de force, les nouvelles bases intellectuelles et pratiques de la politique industrielle de la culture : création et relation aux patrimoines, réflexion sur les objectifs d’intervention publique comme des régulations. Elles réuniront des personnalités françaises et européennes du monde économique et de la culture autour d’exposés et de tables rondes qui devraient parvenir à des propositions destinées à orienter les politiques culturelles européennes.

Pour plus d’information : http://www.jec-culture.org

Haut de la page