Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 9, no 6, lundi 23 février 2009

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Le Comité intergouvernemental a tenu une première réunion, ordinaire, à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007. Il s’est réuni à nouveau, cette fois en séance extraordinaire, à Paris, France, du 24 au 27 juin 2008. Enfin, la deuxième session ordinaire du Comité intergouvernemental a eu lieu à Paris, du 8 au 12 décembre 2008. Une autre rencontre du Comité aura lieu au mois de mars 2009, avant la Conférence des Parties prévue un peu plus tard, au mois de juin, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 95 États ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Prix des cinq continents de la Francophonie 2009 : les inscriptions se poursuivent

À lire dans le site Internet de l’Organisation internationale de la Francophonie, toute l’information concernant le Prix littéraire des cinq continents. Créé en 2001 par l'OIF, ce prix consacre un roman d’un écrivain témoignant d’une expérience culturelle spécifique enrichissant la langue française.

Accueillant tout auteur d’expression française quelle que soit sa maturité littéraire, le Prix des cinq continents de la Francophonie met en valeur l’expression de la diversité culturelle et éditoriale de la langue française au cœur des cinq continents.

Les inscriptions sont ouvertes aux romans publiés entre le 1er mars 2008 et le 1er mars 2009. Ces inscriptions doivent être faites par les Éditeurs au plus tard à la date limite de l'appel à propositions, soit le 31 mars 2009.

Le Prix des cinq continents de la Francophonie 2008 a été attribué à Hubert Haddad, écrivain franco-tunisien pour son roman Palestine (Éd. Zulma).

Pour en savoir davantage sur les modalités de participation à ce concours, nous vous suggérons de consulter le site de l’OIF.

Source :

Haut de la page

L'OIF célèbre les 40 ans du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou

Les 40 ans du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) seront célébrés du 28 février au 7 mars prochain en partenariat avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui se mobilise pour le cinéma africain de demain et invite les professionnels du cinéma et de la télévision des pays francophones du Sud à redécouvrir le programme « IMAGE ».

Le site Internet de l’OIF précise que « Clément Duhaime, Administrateur de l’OIF, interviendra lors de l’inauguration du Marché international du cinéma africain le samedi 28 février. A cette occasion, il présentera la politique de l’Image menée par la Francophonie et les réponses concrètes qu’elle a apportées aux engagements pris par le Secrétaire général S.E.M. Abdou Diouf lors de la dernière édition du FESPACO. A travers le Fonds francophone de production audiovisuelle du Sud, la Francophonie s’est imposée comme l’une des principales sources de financement des productions cinématographiques et télévisuelles des pays francophones en développement. Depuis sa création en 1988, à raison de 70 à 80 projets agréés par an, le Fonds a soutenu la production de plus de 1400 œuvres de cinéma et de télévision.

Afin de mieux exploiter le stock d’images accumulées en vingt ans d’existence du Fonds, l’OIF initie un nouveau projet de création de Catalogue numérisé des images du Sud à vocation professionnelle. Son objectif est de renforcer la diffusion des productions audiovisuelles du Sud en constituant sur Internet un catalogue homogène des œuvres existantes par la mise en ligne d’informations facilitant leur exploitation. Cet outil permettra également de favoriser les échanges entre les intervenants du secteur sur les questions de la profession, par le biais de communautés internet.

Avec son programme « IMAGE » l’Organisation internationale de la Francophonie contribue, par un soutien multiforme au secteur de l’audiovisuel, à la promotion de la diversité culturelle, de poursuivre le site de l’OIF. Des rencontres professionnelles seront organisées durant le festival afin de présenter l’ensemble des mesures d’accompagnement proposées. »

Source :

Haut de la page

Publications récentes

L’UNESCO diffuse plusieurs documents de travail en vue de la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

En vue de la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles qui se tiendra du 23 au 25 mars 2009 à Paris, l’UNESCO diffuse plusieurs documents dans son site Internet.

  • Adoption de l’ordre du jour
  • Adoption du compte rendu analytique de la deuxième session ordinaire du Comité
  • Documents à approuver par la deuxième session de la Conférence des Parties
  • Options de levée de fonds pour le Fonds international pour la diversité culturelle
  • Mesures visant à augmenter la visibilité et la promotion de la Convention
  • Rapport du Comité sur ses activités et décisions à la Conférence des Parties
  • Projet de Directives opérationnelles relatives à l’article 16 de la Convention

À ces documents de travail s’ajoutent les documents d’information suivants :

  • Calendrier provisoire
  • Liste des participants provisoire
  • Documents de référence relatifs à l’article 16 de la Convention
  • Réponses aux questionnaires concernant l’élaboration des directives opérationnelles relatives à l’article 16 de la Convention
  • Tableau des réponses des Parties et de la société civile au questionnaire relatif à l’article 16 de la Convention (question par question)
  • Réponses aux questionnaires concernant l’élaboration des directives opérationnelles relatives à l’article 16 de la Convention reçues après le délai requis : Burkina Faso, Norvège, Suisse, Tunisie.

Ces documents sont disponibles en français et en anglais dans le site de l’UNESCO

Source :

Haut de la page

L’UNESCO lance la nouvelle édition de son Atlas des langues en danger dans le monde

L’UNESCO a lancé le 19 février à Paris la version électronique de la nouvelle édition de son Atlas des langues en danger dans le monde. Le site de l’UNESCO précise que « l’Atlas, présenté à la veille de la Journée internationale de la langue maternelle (21 février), permet des recherches selon plusieurs critères et classe les 2 500 langues en danger répertoriées suivant cinq niveaux de vitalité différents : vulnérable, en danger, sérieusement en danger, en situation critique et éteinte (depuis 1950).

Certaines de ses données sont particulièrement inquiétantes : sur les quelque 6 000 langues existant dans le monde, plus de 200 langues se sont éteintes au cours des trois dernières générations, 538 sont en situation critique, 502 sérieusement en danger, 632 en danger et 607 vulnérables (...).

Comme l’a souligné le Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, « la disparition d’une langue aboutit à la disparition de nombreuses formes de patrimoine culturel immatériel, en particulier du précieux héritage que constituent les traditions et les expressions orales – des poèmes et légendes jusqu’aux proverbes et aux plaisanteries – de la communauté qui la parlait. La perte des langues se fait aussi au détriment du rapport que l’humanité entretient avec la biodiversité, car elles véhiculent de nombreuses connaissances sur la nature et l’univers ».

« De plus, peut-on lire dans le site, grâce à des politiques linguistiques favorables, plusieurs langues autochtones ont vu augmenter le nombre de leurs locuteurs. C’est le cas de l’aymara central et du quetchua au Pérou, du maori en Nouvelle-Zélande, du guarani au Paraguay et de plusieurs langues du Canada, des États-Unis et du Mexique. »

La version électronique de l’Atlas est disponible dans le site de l’UNESCO. La version papier de l’Atlas sera publiée au cours des prochains mois

Source :

Haut de la page

Parution d’une étude portant sur La création dans l’industrie du jeu vidéo

Le Département des études de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la Communication de France annonce la publication du document La création dans l’industrie du jeu vidéo.

« La filière du jeu vidéo, indique-t-on dans le site Internet du DEPS, a atteint une maturité dont témoignent une troisième génération de créateurs et l’apparition de nombreux studios de développement. La création joue un rôle essentiel dans cette filière pour permettre un renouvellement de la production de jeux qui tire parti de potentialités techniques en constant développement et de formes renouvelées de jouabilité. Or la création, par ses formes collectives d’organisation au sein des studios et du fait de ses coûts et de ses risques, peine à être reconnue au sein d’une industrie mondialisée où le poids des consoliers et des éditeurs est particulièrement important. Ce sont donc les formes de reconnaissance de cette création (statut, rémunération, organisation sociale, etc.) qui sont explorées dans la perspective de rendre pérenne sa vitalité et, partant, celle du secteur vidéo-ludique en France. »

Cette étude de 16 pages, rédigée par François Rouet, est disponible dans le site Internet du ministère de la Culture et de la Communication de France.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Sudplanete.net : un outil novateur de communication et d'information dévolu aux opérateurs culturels des pays du Sud

L'Alliance globale pour la diversité culturelle invite ses membres à utiliser Sudplanete.net, un outil novateur de communication et d'information dévolu aux opérateurs culturels des pays du Sud.

Développé par Africultures, membre de l'Alliance globale, ce portail de la diversité culturelle couvre 80 pays à ce jour. Disponible en anglais, français et portugais, il devra être traduit prochainement en espagnol et en arabe pour s'imposer internationalement comme une base de données de référence sur les créateurs et les créations culturelles du Sud.

« Portail de la deuxième génération de l'Internet, celle de l'interactivité, peut-on lire dans le site de l’Alliance globale, Sudplanete.net base son concept sur la mobilisation de tous les acteurs du secteur culturel pour offrir une vision globale de l'état des cultures du Sud et créer un outil de recherche performant en la matière. Sudplanete.net est bâti sur trois types de contenus : une base de données interactive de la création culturelle dans les pays du Sud référençant plus de 10 000 artistes et 12 000 événements, un agenda des festivals, salons et grands événements culturels recensant à ce jour plus de 600 festivals internationaux dans les pays du Sud, et une production éditoriale originale avec près de 150 articles en provenance d'auteurs des pays du Sud ou concernant ces pays. »

Pour en savoir davantage sur ce portail, nous vous invitons à consulter les sites Sudplanete.net et Alliance globale.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Le Mexique sera l’invité d’honneur au Salon du livre de Paris 2009

Le Mexique sera l’invité d’honneur dans le cadre du Salon du livre de Paris qui se tiendra du 13 au 18 mars prochain. Cet événement constitue pour la littérature mexicaine une vitrine de choix, puisqu’il regroupe des exposants et des représentants de la chaîne du livre provenant du monde entier.

Le site Internet de CONACULTA, le Conseil national pour la culture et les arts du Mexique, décrit en ces termes ce projet : « Il est important d’assister à cet événement, parce qu’il représente le livre sous toutes ses formes, par le biais de rencontres, de débats, de tables rondes, de comités de travail, de séances de lecture, ainsi qu’une grande richesse et une concentration de l’offre éditoriale. Les quelque 180 000 personnes qui participent au Salon du livre de Paris en apprécient la diversité, la richesse et la concentration de l’offre éditoriale. Il s’y présente également plus de 18 000 professionnels ayant des intérêts divers : libraires, bibliothécaires, distributeurs, éditeurs, auteurs, imprimeurs et gérants de production. Le public aura l’occasion d’assister aux rencontres du Bar des sciences, de visiter le Club Jeunesse, l’Escale BD et l’Espace Lectures de dem@in ; il pourra également observer d’autres pavillons d’intérêt général. »

Source :

Haut de la page