Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 9, no 12, lundi 6 avril 2009

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention.

Le Comité intergouvernemental a tenu jusqu’ici deux rencontres ordinaires, l’une à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007 et l’autre à Paris, France, du 8 au 12 décembre 2008. À ces rencontres s’ajoutent deux séances extraordinaires du Comité. La première a eu lieu à Paris, du 24 au 27 juin 2008, et la deuxième, dans cette même ville, du 23 au 25 mars 2009. La seconde Conférence des Parties doit avoir lieu au mois de juin prochain, au Siège de l’UNESCO, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 97 Parties (96 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Colloque international et tables rondes virtuelles sur le thème « Humaniser le commerce »

Le projet Gouvernance globale du travail (GGT), développé par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM) et l’Institut d’études internationales de Montréal (IEIM) de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) est entré dans une quatrième phase, donnant lieu à la tenue d’un cycle de tables rondes virtuelles (du 14 mars au 17 avril 2009) et à un colloque international, « Humaniser le commerce II » qui se tiendra à Montréal les 27 et 28 avril prochain.

Rappelons qu’en 2008, les participants au premier colloque international « Humaniser le commerce » se sont penchés sur les liens entre commerce international et promotion des droits des travailleurs en comparant et en analysant les accords commerciaux bilatéraux comprenant des clauses sur le travail.

« Cette année, précise-t-on dans le site consacré à cet événement, le colloque " Humaniser le commerce II " propose de débattre des trajectoires permettant d’atteindre un modèle multilatéral de gouvernance du lien commerce-travail. En rassemblant des universitaires et des représentants des gouvernements, des ONGs, des syndicats et du secteur privé, les tables rondes virtuelles et le colloque " Humaniser le commerce II " viseront à faire émerger des réponses autour de trois thèmes centraux, et au sein de différents forums.

Le mécontentement est croissant quant au fait que la mondialisation, la croissance et les gains de productivité n’aient pas mené à de plus hauts niveaux d’emploi, de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. La lutte contre le chômage ainsi que le respect de normes du travail exigeantes sont des conditions nécessaires au développement de relations commerciales harmonieuses et au bon fonctionnement du système économique mondial. L’écart entre les outils de gouvernance mis en place pour favoriser la mondialisation économique et ceux visant à protéger les droits travailleurs et à améliorer leurs conditions de vie doit être comblé. Ceci est d’autant plus important dans le contexte de la crise économique actuelle et des risques de politiques protectionnistes. »

Les tables rondes virtuelles portent sur les thèmes suivants : vers un modèle multilatéral « praticable »; vers une application «crédible» des accords ; vers une plus grande cohérence politique.

Pour connaître les modalités d’inscription à ce colloque ou pour prendre part aux tables rondes virtuelles , nous vous référons au site Internet de l’événement.

Source :

Haut de la page

Appel à candidatures pour le Prix international José Martí de l'UNESCO

Le Secteur des sciences sociales et humaines de l’UNESCO lance un appel à candidatures pour le Prix international José Martí dont la date limite est fixée au 10 avril 2009. Ce prix vise à souligner une contribution importante à l’unité et à l’intégration des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, ainsi qu’à la préservation de leurs identités, traditions culturelles et valeurs historiques.

« Institué en 1994, par le Conseil exécutif de l'UNESCO, à l'initiative de Cuba, le Prix international José Martí est doté d'une somme de 5 000 $ US financée par le Gouvernement cubain. Les États membres ou Membres associés de l’UNESCO, ainsi que les organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales et les fondations qui entretiennent des relations officielles avec l'UNESCO et dont les activités s’inscrivent dans le domaine du Prix, sont invités à proposer la candidature d'une personne physique ou morale, précise l’UNESCO dans son site Internet.

Dès sa prime jeunesse (La Havane, 28 janvier 1853 - Dos Ríos, 19 mai 1895), José Martí milita, en actes et en écrits, pour l'indépendance de Cuba, l'unité des pays d'Amérique latine et des Caraïbes et l'idéal de la concorde universelle. Ses idées lui valurent d'être emprisonné, torturé et exilé en Espagne, où il fréquenta les Universités de Madrid et de Saragosse. Pèlerin par la force des choses, il parcourut l'Europe, les États-Unis d'Amérique et l'Amérique latine. Premier journaliste d'Amérique latine à travailler comme correspondant de presse, il fonda plusieurs périodiques et revues. Les 28 volumes de son œuvre illustrent les multiples facettes de l'activité intellectuelle hors pair de celui qui fut poète, éducateur, diplomate, tribun et idéologue de la révolution. José Martí fit le sacrifice de sa vie pendant la guerre d'indépendance de 1895 ».

Pour toute information supplémentaire, voir le site de l’UNESCO.

Source :

Haut de la page

Le Secrétaire général de la Francophonie et son homologue du Commonwealth discutent de leurs grandes priorités pour le développement des pays du Sud

Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, a reçu récemment, à Paris, Son Excellence Monsieur Kamalesh SHARMA, Secrétaire général du Commonwealth, dans le cadre des rencontres régulières entre les Secrétaires généraux des deux Organisations.

Lors de cette première rencontre depuis l’entrée en fonction du Secrétaire général Kamalesh Sharma en avril 2008, les deux hommes se sont engagés à contribuer au renforcement de la collaboration existant entre ces deux organisations.

« Le Commonwealth et la Francophonie, souligne-t-on dans le site de l’OIF, partagent en effet une vision commune des grandes priorités pour le développement des pays du Sud, notamment en matière de paix, de démocratie et d’État de Droit, de développement durable et solidaire ainsi qu’en matière d’éducation et de formation.

Cette rencontre a été l’occasion d’un échange sur la collaboration entre les deux Organisations dans le domaine de la coopération au développement, en particulier le projet de " Renforcement des capacités en formulation, négociation et mise en œuvre de politiques commerciales " mis en œuvre en partenariat avec la Commission européenne. De nouvelles pistes de coopération ont été évoquées dans les domaines de la gouvernance, de l’économie et du développement, de l’environnement et de la jeunesse.

Les deux Secrétaires généraux ont largement évoqué l’impact de la crise économique mondiale sur les pays les moins avancés, notamment en Afrique. Ils ont convenu de conjuguer leurs efforts en vue de contribuer à la résolution des grands problèmes de l’heure dans une approche universelle et inclusive ».

Source :

Haut de la page

Publications récentes

L’OMC publie le rapport d’un groupe spécial ayant examiné la plainte des États-Unis dans l’affaire “Chine — Mesures affectant la protection et le respect des droits de propriété intellectuelle”

L’Organisation mondiale du Commerce (OMC) publie, dans son site, le rapport d’un groupe spécial qui avait examiné la plainte des États-Unis dans l’affaire “Chine — Mesures affectant la protection et le respect des droits de propriété intellectuelle” (Affaire DS362).

Tel que relaté dans l’édition du 1er octobre 2007 du Bulletin, le 10 avril 2007, les États-Unis demandaient à l’OMC l'ouverture de consultations avec la Chine dans ce dossier. Cette demande de consultations portait sur certaines mesures relatives à la protection et au respect des droits de propriété intellectuelle en Chine. « Les quatre questions au sujet desquelles les États-Unis demandaient l'ouverture de consultations concernaient :

  • les seuils qui doivent être atteints pour que certains actes de contrefaçon de marques et de piratage du droit d'auteur fassent l'objet de procédures pénales et de peines;
  • les marchandises portant atteinte aux droits de propriété intellectuelle qui sont confisquées par les autorités douanières chinoises, en particulier la mise hors circuit de ces marchandises après l'élimination de leurs éléments portant atteinte aux droits;
  • le champ d'application des procédures pénales et des peines dans le cas de la reproduction non autorisée ou de la distribution non autorisée d'œuvres protégées par le droit d'auteur; et
  • le refus d'assurer la protection et le respect du droit d'auteur et des droits connexes pour les œuvres créatives d'auteurs, les enregistrements sonores et les exécutions qui n'ont pas été autorisés en vue de la publication ou de la distribution en Chine. »

Le 13 août 2007, les États-Unis demandaient l’établissement d’un groupe spécial ayant pour mandat d’examiner cette plainte. Le 13 décembre 2007, le Directeur général de l’OMC arrêtait la composition du Groupe spécial.

Le rapport du Groupe spécial, de même que le Résumé de l’affaire et le document consacré aux constatations et conclusions sont disponibles dans le site Internet de l’OMC.

Source :

Haut de la page

Publication des décisions adoptées lors de la 2e session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

L’UNESCO donne accès, dans son site Internet, à certains documents relatifs à la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental qui s’est tenue à Paris du 23 au 25 mars dernier. Le document faisant état des décisions adoptées lors de cette session et la liste des participants s’ajoutent maintenant au Rapport oral, au discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture, et aux divers documents de travail.

Source :

Haut de la page

Tendances de la télévision européenne : la fiction américaine largement dominante mais en recul, selon l’Observatoire européen de l’audiovisuel

La fiction américaine reste largement dominante sur les écrans européens de télévision mais accuse un recul. Il s’agit d’une des nombreuses tendances mises en évidence dans le volume 2 de l’Annuaire de l’Observatoire européen de l’audiovisuel « Tendances du marché européen de la télévision » qui vient de paraître.

Ce volume propose « une vision synthétique du paysage télévisuel européen dans le contexte du système audiovisuel mondial : analyse économique des différentes familles d’entreprises de télévision, financement de la radio-télévision en Europe, développement de la télévision numérique et des réseaux large bande, offre de services de médias audiovisuels (télévision, vidéo à la demande, télévision de rattrapage, tendances de l’audience, tendances de la programmation audiovisuelle, chiffre d’affaires des entreprises de production audiovisuelle) », précise le communiqué de presse.

Les deux autres volumes de cette série (La télévision dans 36 États, Cinéma et vidéo) ont été publiés précédemment par l’Observatoire. Pour en savoir davantage sur le contenu de ces études qui sont disponibles en français, en anglais et en allemand, nous vous invitons à visiter le site de l’Observatoire européen de l’audiovisuel.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

EVE, un nouvel outil facilitant la diffusion et le partage des bonnes pratiques

La Commission européenne présente EVE, une plateforme électronique permettant la diffusion et la valorisation des projets et des programmes mis en œuvre par la DG Éducation et culture.

EVE est un nouvel outil mis à disposition des bénéficiaires de projets des programmes « Apprentissage tout au long de la vie », « Culture », « Jeunesse en action » et « Citoyenneté », afin que ceux-ci puissent avoir une visibilité sur le site de l'Union européenne.

« Dès son lancement, des projets financés par le passé ont été introduits dans la plateforme. Ainsi, EVE contient déjà des centaines de projets financés dans le cadre des programmes 2000-2006 de l'éducation et de la culture (…) nous indique la Commission européenne. EVE s'enrichira de nombreuses informations au fur et à mesure de l'avancement des projets et de l'introduction des résultats par les coordinateurs de projets ».

Le site de la Commission précise que la plateforme EVE comporte de nombreux avantages :

  • elle est un outil promotionnel pour les coordinateurs de projets financés par la DG Éducation et culture de la Commission européenne;
  • elle offre un point d'accès unique aux résultats des projets, avec une quantité d'informations utiles sur les projets financés dans le cadre des différents programmes;
  • elle présente des avantages multiples pour les acteurs concernés par les projets financés et leurs résultats: meilleure visibilité des projets, meilleure exploitation et diffusion des résultats, source riche d'informations, outil performant de mise en réseau ».

Pour avoir accès à toute l’information sur cet outil qui favorise le partage des bonnes pratiques, veuillez visiter le site Internet de la Commission européenne.

Source :

Haut de la page