Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 9, no 17, lundi 11 mai 2009

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

À l’occasion de la première Conférence des Parties à la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention.

Jusqu’ici, le Comité intergouvernemental a tenu deux rencontres ordinaires : l’une à Ottawa, Canada, du 10 au 13 décembre 2007 et l’autre à Paris, France, du 8 au 12 décembre 2008. Se sont ajoutées deux séances extraordinaires qui ont eu lieu à Paris du 24 au 27 juin 2008 et du 23 au 25 mars 2009. La seconde Conférence des Parties se tiendra du 15 au 18 juin prochain, au Siège de l’UNESCO, à Paris.

Au moment d’écrire ces lignes, 99 Parties (98 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Nous tenons à souligner que le 21 avril dernier, le Qatar a déposé son instrument d’adhésion auprès de l’UNESCO et figure désormais au nombre des États Parties à la Convention.
Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Les résultats d’une vaste enquête mondiale sur le cinéma confirment la place de trois poids lourds : l’Inde, le Nigéria et les États-Unis

Selon les résultats d'une enquête mondiale sur le cinéma menée par l'Institut de statistique de l'UNESCO (ISU), l'Inde demeure le premier producteur mondial de films. Mais le Nigeria, qui a déjà supplanté les États-Unis à la deuxième place, réduit maintenant l'écart qui le sépare de Bollywood.

Le communiqué de presse émis par l’UNESCO précise que : « D'après l'enquête, l'industrie cinématographique indienne de Bollywood a produit 1 091 films de long métrage en 2006 contre 872 productions (au format vidéo) pour l'industrie cinématographique nigériane, qu'on appelle souvent Nollywood. Quant aux États-Unis, ils ont produit 485 grands films.

Ces trois poids lourds du cinéma sont suivis par huit pays ayant produit plus de 100 films : Japon (417), Chine (330), France (203), Allemagne (174), Espagne (150), Italie (116), Corée du Sud (110) et Royaume-Uni (104).

Ces résultats et d'autres ont été recueillis dans le cadre d'une nouvelle enquête internationale lancée par l'ISU en 2007 avec le soutien financier du Gouvernement du Québec.

"Les films et productions vidéos illustrent clairement le fait que les industries culturelles — porteuses d’identités, de valeurs et de sens — peuvent ouvrir la voie au dialogue et à la compréhension entre les peuples, mais aussi à la croissance économique et au développement. Cette conviction sous-tend la Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle", a déclaré Koïchiro Matsuura, le directeur général de l’Organisation. "Et ces nouvelles données sur les films et productions vidéos sont autant de preuves supplémentaires de la nécessité de repenser la place que doit occuper la culture dans l’agenda politique international".

Au total, l'enquête a permis de recueillir des données provenant de 99 pays. Il est important de noter que les taux de réponse étaient limités, en particulier dans les pays africains où les statistiques culturelles restent relativement rares.

Malgré sa couverture limitée, l'enquête fournit un aperçu unique de la manière dont les différents pays et régions transforment les formes classiques de l'art et de l'industrie du cinéma, notamment au travers des formats vidéo et numériques.

La croissance exponentielle de Nollywood suscite énormément d'attention, en particulier dans les pays en développement qui cherchent une alternative aux modèles de production et de distribution cinématographiques américains et européens, très lourds en investissement. Tout d'abord, les réalisateurs nigérians passent par la vidéo plutôt que par le cinéma pour réduire leurs coûts de production. Et, comme le souligne l'enquête, le Nigeria ne dispose de quasiment aucune salle de cinéma classique : environ 99 % des projections se déroulent dans un cadre informel de type "cinéma vidéo".

Enfin, l'enquête ISU révèle une autre clé du succès nigérian : le multilinguisme. Environ 56 % des films de Nollywood sont produits dans des langues du Nigeria : le yoruba (31 %), l'haoussa (24 %) et l'igbo (1 %). L'anglais, utilisé dans 44 % des productions, demeure une langue importante, ce qui peut expliquer le succès des films nigérians à l'exportation.

L'enquête révèle également la grande diversité linguistique de la production cinématographique en Espagne et au Canada. En Espagne, près de 69 % des films ont été tournés en espagnol, 12 % en catalan, près de 9 % en anglais, 4 % en basque, près de 3 % en français et 4 % dans d'autres langues. Au Canada, en 2006, 67 % des films ont été produits en anglais et 31 % en français.

Malgré ces résultats, l'anglais reste la langue dominante du cinéma mondial. L'enquête révèle qu'au total, 36 % des films produits en 2006 ont été tournés en anglais.

Par ailleurs, les films américains représentent toujours la majorité écrasante des entrées en salles dans le monde entier. Il est important de noter que les résultats de l'enquête sont limités dans ce domaine. Néanmoins, lorsque l'on considère dans différents pays l'origine des 10 premiers films classés par nombre d'entrées […], une tendance très nette se dégage.

Selon l'enquête, les 10 films ayant totalisé le plus d'entrées en 2006 en Australie, en Bulgarie, au Canada, au Costa Rica, en Namibie, en Roumanie et en Slovénie ont tous été réalisés aux États-Unis. Toutefois, quelques exceptions notables sont à signaler.

Les productions bollywoodiennes remportent évidemment tous les suffrages en Inde. En France, sur les dix films les plus populaires au box-office, sept étaient français. Enfin, au Japon et au Maroc, la moitié des films les plus vus étaient des productions nationales.

L'enquête aborde également d'autres sujets : numérisation des films, types de cinémas disponibles dans une sélection de pays et informations relatives aux coproductions et aux réseaux de distribution. L'ISU a préparé un résumé analytique de ces données (disponible en anglais et en français). L'ensemble des résultats peut également être consulté sur le Centre de données en ligne de l'ISU. »

Source:

Haut de la page

L'UNESCO fête la diversité culturelle du 11 au 22 mai

« Le grand enjeu du XXIème siècle est de construire la diversité à partir des différences, c’est-à-dire de construire l’unité du genre humain non pas en réduisant, mais en cultivant sa complexité » nous rappelle l’UNESCO dans son site Internet.

« Jusqu’à présent, on a beaucoup tenté d’unifier la planète en la soumettant à un ordre simplifié, qu’il soit idéologique, impérialiste ou économique. Toutes ces formules ont manqué leur but et laissé des traces amères. Désormais, il s’agit de partir de l’infinie pluralité humaine pour construire une fraternité fondée sur la diversité.

La culture y aide énormément, en proposant à la fois des œuvres ou des sites de portée universelle en même temps qu’elle exalte les créations originales, qui par nature empêchent l’uniformité de prévaloir ».

Aussi, la culture est-elle au cœur du Festival de la Diversité que l’UNESCO organise à Paris et dans plusieurs régions du monde du 11 au 22 mai 2009, pour fêter la Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement.

Rappelons que suite à l’adoption de la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle en novembre 2001, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 21 mai, "Journée mondiale de la diversité culturelle pour le dialogue et le développement".

« La Journée offre une opportunité pour approfondir nos réflexions sur les valeurs de la diversité culturelle pour apprendre à mieux "vivre ensemble". C’est pourquoi l’UNESCO fait appel aux États membres et à la société civile pour célébrer cette Journée en y associant le plus grand nombre d’acteurs et de partenaires » est-il précisé dans le site Internet.

Pour consulter le programme du Festival et en savoir davantage sur la Journée mondiale, nous vous invitons à visiter le site internet de l’UNESCO.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Coalitions en mouvement, édition de mai 2009

L’édition de mai 2009 du bulletin Coalitions en mouvement est maintenant disponible. Au sommaire de ce numéro :

  • Le Comité intergouvernemental de la Convention termine la première phase de ses travaux de mise en œuvre
  • Les organisations culturelles de l’Asie-Pacifique se réunissent à Vancouver afin de débattre du potentiel de la Convention pour la région
  • La Convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle a été le point de mire d’un colloque à Istanbul
  • Nouveaux projets pour la Coalition suisse et la Coalition française

Coalitions en mouvement est disponible en français, en anglais et en espagnol dans le site de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle. Ce bulletin est publié par la Coalition canadienne pour la diversité culturelle en collaboration avec la Fédération internationale des Coalitions pour la diversité culturelle (FICDC).

Source :

Haut de la page

Migrations sans frontières, essais sur la libre circulation des personnes

Qu’arriverait-il si les contrôles aux frontières étaient supprimés et si les personnes pouvaient se déplacer librement à travers le monde ? Voilà la question à laquelle s’intéressent 13 essais, regroupés sous le titre Migrations sans frontières. Cet ouvrage vient d’être publié aux Éditions de l’UNESCO, sous la direction d’Antoine Pécoud et de Paul de Guchteneire. Pierre Sané en signe la préface.

« Le scénario Migrations sans frontières – parfois appelé frontières ouvertes – est de plus en plus étudié par les universitaires, les ONG et les politiques. Dans un monde globalisé, où les flux migratoires semblent échapper aux efforts de régulation des États, ce scénario est une idée hautement stimulante qui encourage une mise à plat des politiques et des pratiques actuelles de migration et qui soulève la question du droit à la mobilité.

Rassemblant les approches régionales de spécialistes des cinq continents, ce livre explore les différents aspects du scénario Migrations sans frontières, soulignant ses forces et ses faiblesses, et examine les convergences et les contradictions entre les différents points de vue sur la question » précise le site de l’UNESCO.

À l'heure où on se questionne sur la façon de favoriser la circulation des artistes, notamment ceux des pays en développement, ce livre, quoique plus large dans son approche, peut contribuer à la réflexion.

Cet ouvrage de 384 pages est disponible en français, en anglais et en espagnol. Pour plus de précisions, veuillez vous rendre dans le site des Éditions UNESCO.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Les institutions muséales d’une quarantaine de pays s’animeront, le 16 mai, lors de la Nuit européenne des Musées

À l’occasion de la Nuit européenne des Musées 2009, le public aura une fois de plus accès gratuitement aux trésors que recèlent ces institutions. Cette initiative du Conseil de l’Europe s’inscrit dans le cadre des célébrations de la Journée internationale des musées qui a lieu le 18 mai.

Le Secrétaire général du Conseil de l’Europe donne son appui à la Nuit européenne des Musées depuis 2006. Dans son site Internet, le Conseil de l’Europe diffuse un entretien avec le Secrétaire général, M Terry Davis, dans lequel celui-ci précise sa vision de la culture parmi les missions du Conseil et évoque le rôle des musées dans le champ culturel européen : « La culture occupe, dans notre action, une place particulière. Il ne s’agit plus seulement de favoriser la prise de conscience d’une identité européenne qui résulterait de la diversité des cultures et de leur imbrication. L’objectif est plutôt qu’à travers la conscience d’une multiple appartenance culturelle, marquant de plus en plus la société européenne, les individus et les groupes trouvent plus de raisons de vivre ensemble et de renforcer le lien social. Être ensemble et être soi-même. Il s’agit de bâtir une Europe tirant parti de ses diversités et offrant à chacun une possibilité de choix d’appartenances culturelles diverses selon ses origines ou ses désirs de reconnaissance, dans la limite bien entendu de leur compatibilité avec les valeurs fondamentales défendues par le Conseil de l’Europe. La culture est au cœur de tout projet démocratique. C’est la culture qui lui apporte un supplément d’âme et le rend possible. La publication du Livre blanc du Conseil de l’Europe sur le dialogue interculturel dresse un état des lieux des expériences en la matière et ouvre des perspectives pour l’orientation de politiques et de pratiques à mettre en œuvre.

[…] Loin de se borner à un rôle de conservatoire du savoir, de lieux de mémoire ou de commémoration, nombre de musées constituent aujourd’hui des laboratoires interactifs pour une meilleure compréhension des enjeux de la vie collective. Pour la cinquième année consécutive, le Conseil de l’Europe soutient et accorde son patronage à « La Nuit des musées ». Cette initiative européenne a pour objectif d’ouvrir gratuitement les musées du coucher du soleil jusqu'à une heure du matin, dans la plupart des 47 pays européens, membres de la Convention culturelle du Conseil de l’Europe ».

Sources :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Premier Forum pour les Industries culturelles UE-Chine

La Commission européenne et les autorités chinoises lancent conjointement un dialogue politique sur la culture et organisent le premier Forum sur les Industries culturelles UE-Chine qui se déroulera à Shenzhen (Chine) le 15 mai 2009.

Ce forum sera inauguré conjointement par Mme Odile Quintin, directeur général Éducation et Culture à la Commission européenne et par M. CAI WU, ministre chinois de la Culture.

L’édition 2009 du réputé Salon international de l'industrie culturelle chinoise, événement annuel qui se déroule à Shenzhen, sera le coup d’envoi de ce nouveau dialogue. Pour en savoir davantage, nous vous invitons à consulter le site de la Commission européenne.

Source :

Haut de la page

À la fin mai, Damas accueillera des chercheurs intéressés aux pratiques linguistiques et culturelles innovantes en situations francophones plurilingues

Le réseau des chercheurs Diversité des expressions culturelles et artistiques, et mondialisation publicise dans son site Internet la tenue des prochaines Journées scientifiques inter-réseaux. Celles-ci se tiendront à Damas, en Syrie, du 26 au 28 mai sous le thème Émergences et prise en compte de pratiques linguistiques et culturelles innovantes en situations francophones plurilingues.

« Ces journées devraient permettre de réunir et de confronter les travaux de chercheurs reconnus et de jeunes chercheurs (des rencontres doctorales pouvant être organisées autour des Journées) portant sur trois axes clés :

  • L’émergence de nouvelles variétés, normes et identités linguistiques "métissées" qui seront à cette occasion analysées en sociolinguistique, et leur prise en compte en termes de politique linguistique et de didactique des langues;
  • L’émergence de nouvelles compétences dites "plurilingues et interculturelles" notamment au regard de la didactique des langues, et leur prise en compte en termes d’expression culturelle et de relations interculturelles (y compris dans l’intercompréhension entre langues parentes);
  • L’émergence d’expressions culturelles centrées sur des "endonormes" innovantes, notamment en littérature francophone, et leur prise en compte en termes de didactique de la littérature (et de la littérature d’enfance) et de politique culturelle. »

Ces Journées se tiennent sous l’égide de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) en collaboration avec l’Université de Damas.

Source :

Haut de la page