Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 9, no 24, lundi 29 juin 2009

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l’occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il  a tenu quatre rencontres au cours des deux dernières années.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s’est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l’adoption des directives opérationnelles concernant 9 articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l’élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d’écrire ces lignes, 99 Parties (98 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Le Commonwealth reconnaît le rôle de la culture dans le développement durable

La présidente du Commonwealth Group on Culture and Development, la baronne Lola Young, croit que les gouvernements, les organismes de développement et les mécènes devraient en faire davantage pour reconnaître le rôle de la culture dans une grande variété de processus de développement. C’est ce que rapporte la Commonwealth Foundation qui publie un texte concernant la première rencontre du nouveau Commonwealth Group on Culture and Developement, à Londres les 25 et 26 juin. Cette rencontre avait pour but de faire connaître aux gouvernements membres l’importante contribution que pourrait apporter la culture au développement humain durable et de préparer une déclaration à l’intention des chefs d’État et de gouvernement du Commonwealth.

Le Commonwealth Group on Culture and Developement est composé d’individus à l’expertise et à l’expérience variées, notamment Anna Feuchtwang, l’actuelle présidente du British NGOs for Overseas Development (BOND), Gregory Ch'oc, militant environnemental luttant pour les droits des autochtones au Belize, Letila Mitchell, secrétaire générale de la Pacific Arts Alliance et Éric Théroux, directeur général responsable des Affaires multilatérales et engagements internationaux au ministère des Relations internationales du Québec. Le groupe est sous l’égide de la Commonwealth Fondation.

La Commonwealth Foundation précise que « le point de départ du groupe est le nouveau rapport de recherche de la Fondation du Commonwealth, Putting Culture First. La déclaration tablera sur les fondements du rapport et traitera des questions concernant l’économie créative, les droits culturels et les méthodes de développement axées sur la culture. Cette déclaration, qui doit être énoncée en novembre prochain lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement du Commonwealth à Trinidad et Tobago, devrait aider les gouvernements et les mécènes à comprendre les divers liens entre la culture et le développement et à tenir compte du rôle important de la culture lors de discussions sur de futures politiques de développement ».

Source :

Haut de la page

Le programme de bourse de la Fondation Alter-Ciné accueille les candidatures des jeunes documentaristes d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine

La Fondation Alter-Ciné nous informe qu’elle accorde encore cette année  une bourse de 10 000 dollars canadiens comme contribution à la réalisation d’un projet de documentaire. Ce programme s’adresse à tous les jeunes cinéastes et vidéastes originaires et vivant dans un des pays d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique latine. Objectif : leur permettre de réaliser un documentaire axé sur la défense des droits et libertés, incluant les droits sociaux et économiques, les droits des femmes, les droits à la culture, à l’art, à la création.

La Fondation Alter-Ciné a été créée à la mémoire du cinéaste québécois Yvan Patry, décédé le 14 octobre 1999. Documentariste et cofondateur de la maison de production Alter-Ciné, Yvan Patry a réalisé plusieurs documentaires et reportages en Afrique, en Amérique latine et en Asie.

Dans son site Internet, Alter-Ciné indique que : « La Fondation soutient en particulier les documentaires qui ne craignent pas d’aller à contre-courant et de prendre parti pour les plus démunis, qui questionnent la réalité en laissant la parole à ceux qui ne l’ont pas, qui enrichissent notre compréhension du monde et qui permettent un débat et une réflexion sur la nécessité et les possibilités de le transformer dans une perspective de paix, de justice, d’égalité et de respect de la différence. »

Les candidatures peuvent être reçues jusqu’au 15 août. Pour en savoir davantage sur ce programme de bourse, nous vous invitons à consulter le site d’Alter-Ciné.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

L’Unesco publie le projet de compte-rendu détaillé de la 2e session extraordinaire du Comité intergouvernemental

L’Unesco rend disponible, dans son site Internet, le projet de compte rendu détaillé de la deuxième session extraordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles qui s’est tenue à Paris, du 23 au 25 mars 2009. Les membres du Comité peuvent soumettre leurs commentaires avant le 26 octobre 2009. Pour avoir accès à ce document, disponible en français et en anglais, nous vous invitons à vous rendre dans le site de l’UNESCO.

Source :

Haut de la page

Histoire de la télévision en Afrique noire francophone, des origines à nos jours

Les Éditions Karthala ont publié ce printemps Histoire de la télévision en Afrique noire francophone, des origines à nos jours par Tidiane DIOH, préfacé par Hervé Bourges. L’éditeur décrit cet ouvrage en ces termes : « Ce livre tente de raconter près de cinquante ans d'histoire de la télévision en Afrique noire francophone, sur un vaste ensemble géographique de plus de 10 millions de km², regroupant une population d'environ 217 millions d'habitants sur dix-sept États. A travers cette chronique, l'auteur a voulu raconter la singulière saga du petit écran en Afrique noire francophone à travers une triple expérience : celle du chercheur et de l'enseignant, celle du journaliste, enfin celle du fonctionnaire international en charge d'un Programme d'appui aux médias du Sud. »

Source :

Haut de la page

"Is There a European Culture?" par, D.W. Ellwood dans le Journal of Modern Italian Studies

Le bulletin Capsules Monde nous informe de la parution récente de l’article intitulé "Is There a European Culture ?", signé par D.W. Ellwood, dans le Journal of Modern Italian Studies (Vol. 14, No 1, Mars 2009).

Sous le titre "Union Européenne - Les fleurons culturels locaux comme porte-étendards de l’identité", Capsules Monde présente le texte de Ellwood en ces mots : « Cet article s’intéresse à la façon dont certaines industries culturelles locales en Europe ont permis aux citoyens de se raccrocher à leur identité nationale, en réaction au déferlement des produits culturels américains. Le cas de la BBC au Royaume-Uni est l’un des exemples cités par l’auteur afin d’illustrer une forme de protectionnisme culturel en réaction contre la mondialisation. La volonté des gouvernements de soutenir certains fleurons culturels, la radio et la télévision publiques ou encore le cinéma, s’est-elle mise en place afin de faire contrepoids aux États-Unis ou pour forger un sentiment nationaliste ? L’auteur soutient que, plus l’intégration régionale progresse, plus les caractéristiques culturelles et nationales des sociétés sont mises en valeur. L’Europe pourra-telle un jour parler d’une seule et même voix, mais dans toutes les langues ? ».

Le bulletin Capsules Monde est publié par le Laboratoire d’étude sur les politiques publiques et la mondialisation (LEPPM).

Source :

Haut de la page

Australie- Historique de la politique des arts

Le bulletin Observgo recense le document Commonwealth arts policy and administration et décrit ainsi cet ouvrage : «  Le présent document d’information trace l'historique de l’administration et de la politique des arts en Australie depuis la création de la fédération au début du XXe siècle. L’auteur rappelle les initiatives prises par les différents gouvernements depuis les années 1970 et examine la part octroyée aux arts dans le budget 2008 du gouvernement. Il souligne que les mesures adoptées par le gouvernement visent à augmenter la participation des jeunes dans les arts, mais que le budget ne renforce toujours pas le développement artistique en milieu scolaire ». Le document est disponible dans le site Internet de la bibliothèque du Parlement d’Australie.

Observgo est produit par l’Observatoire de l’administration publique.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Le photographe malien Malick Sidibé remporte le prix Photo España 2009

Le photographe malien Malick Sidibé a remporté récemment le prix Photo España Baume & Mercier 2009 pour ses qualités exceptionnelles de portraitiste. Dans son site, la publication Jeune Afrique indique que « réagissant à cette distinction, l'artiste s'est déclaré heureux d'avoir pu transmettre le message de l'Afrique au monde entier ».

Malick Sidibé, à travers les photos prises dans son studio durant les années 1950 et 1960, témoigne d’une période importante de l’histoire africaine. Il a déjà reçu le Lion d’Or de la Biennale de Venise, les prix Hasselblad (Suède) et de l’ICP (Centre international de la photographie, New-York).

Sources :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Des artistes des quatre coins du monde enflammeront le cœur de 1,7 million de festivaliers à Québec

Le Festival d’été de Québec (Canada) ouvre ses portes du 9 au 19 juillet. Cette année, le plus important déploiement artistique extérieur au Canada offre aux festivaliers plus de 300 spectacles pour tous les goûts.

Des centaines d’artistes de rock, de hip hop, de jazz, de classique et de musique du monde, entre autres, feront connaître leur art dans une atmosphère de fête. Les spectacles, présentés dans la rue comme sur une dizaine de scènes extérieures et intérieures, enflammeront le cœur de 1,7 million de festivaliers.

Pour sa 42e édition, le Festival accueillera des artistes provenant des quatre coins du monde. Vedettes internationales, exclusivités, spectacles inédits et découvertes seront au programme. Pour connaître davantage cet événement, nous vous invitons à visiter le site Internet du Festival d’été de Québec.

Source :

Haut de la page