Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 9, no 31, mardi 13 octobre 2009

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l’occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il  a tenu quatre rencontres au cours des deux dernières années. La troisième session ordinaire du Comité intergouvernemental se tiendra au Siège de l'UNESCO à Paris du 7 au 11 décembre 2009.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s’est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l’adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l’élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d’écrire ces lignes, 103 Parties (102 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Nous tenons à souligner trois adhésions récentes. En effet, l'Australie a déposé son instrument d'adhésion auprès de l'UNESCO le 18 septembre, alors que la République dominicaine le faisait le 24 du même mois, et Saint-Vincent-et-les-Grenadines le 25. Tous trois figurent désormais au nombre des États Parties à la Convention. 

Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

La Gouverneure générale du Canada souligne « l’extrême pertinence de la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de l’expression de la diversité des expressions culturelles »

Invitée à prendre la parole devant le Conseil exécutif de l’UNESCO et lors de l’ouverture de l’exposition Cultures et Développements qui se tient à Paris dans le cadre de la Conférence générale de l’UNESCO, la Gouverneure générale du Canada, la très honorable Michaëlle Jean, a réaffirmé le rôle décisif du dialogue des cultures dans la promotion de la paix et de la démocratisation. Nous reproduisons ici un bref extrait de son allocution.

«Où va le monde, sommes-nous tentés de nous demander? […] Quand la concentration des réseaux de distribution devient le prétexte à l’instauration d’une "monoculture", selon la formule percutante de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss?

Dans un monde où nos sorts sont irrévocablement liés, méfions-nous des dérives que peut entraîner une logique commerciale sans garde-fous, où seul le "chacun pour soi" et "pour son clan" dicterait les règles.

Méfions-nous car les défis de l’heure concernent l’ensemble des citoyennes et des citoyens du monde et des cultures dont ils sont porteurs. Nous n’avons d’autre choix que de prendre acte de la situation et d’élargir par conséquent notre conception de la responsabilité citoyenne. Et de donner à la notion de liberté et à notre sens de la fraternité des contours de plus en plus larges. Notre liberté ne peut plus se définir exclusivement en fonction d’intérêts individuels, mais contenir le plus grand nombre. C’est, à mon sens, la beauté et l’extrême pertinence de la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, dont le Canada a été et demeure un ardent défenseur, et qui pose le premier jalon décisif d’une reconnaissance du droit culturel international.

Dès lors que la culture ne se réduit pas à une marchandise comme les autres et se trouve intimement liée à l’essor des singularités qui nourrissent le patrimoine de l’humanité, il importe de ne pas la mettre aux enchères et de donner à tous les pays les moyens d’affirmation et d’émancipation de leurs modes d’expression, non pas à l’exclusion des autres, mais en résonnance avec eux.  Je suis fière de saluer en cette enceinte les efforts remarquables et historiques de l’UNESCO en ce sens ».

 

Le texte intégral de cette allocution est disponible dans le site du Gouverneur général du Canada.

Source :

Haut de la page

Appel à candidatures pour les Bourses pour artistes UNESCO-Aschberg 2010

L’appel à candidatures pour les Bourses pour artistes UNESCO-Aschberg 2010 est en cours. « En tant qu’un instrument de mise en œuvre de Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, le programme vise à encourager la mobilité des jeunes artistes et à favoriser la créativité et la diversité culturelle grâce à des séjours dans des résidences d’artistes à l’étranger. Il reconnaît l'importante contribution des artistes dans le processus créatif et leur rôle central qui est de nourrir la diversité des expressions culturelles.  Les bourses de résidence artistique sont offertes dans des institutions à travers le monde dans les trois domaines suivants: les arts visuels, la création littéraire et la musique », précise l’UNESCO dans son site Web.

Pour consulter la liste des bourses offertes pour 2010 et connaître la liste des bourses offertes, veuillez consulter le site de l’UNESCO.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

La Coalition canadienne pour la diversité culturelle réaffirme en éditorial l’importance de promouvoir les objectifs de la Convention dans d’autres enceintes internationales

La Coalition canadienne pour la diversité culturelle publie le numéro d’octobre du bulletin Coalitions en mouvement. Cette édition prend la forme d’un éditorial de 7 pages consacré aux décisions de la Conférence des Parties de juin dernier relativement à la mise en œuvre des articles 20 et 21de la Convention.

Dans cet éditorial, la Coalition s’interroge d’une part sur le silence de la Conférence relativement à la mise en œuvre de l’article 21 de la Convention; d’autre part, après avoir commenté divers arguments invoqués pour expliquer ce silence, la Coalition exprime le souhait que le Comité intergouvernemental se saisisse bientôt de la question de la promotion des objectifs et principes de la Convention dans d’autres enceintes internationales, comme le lui permet et l'interpelle, selon elle, l’article 23.6 (e).

Le texte complet est disponible en français, anglais et espagnol dans le site de la Coalition pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Pour le livre. Rapport sur l'économie du livre et son avenir

Le 10 août 1981 était votée en France une loi qui limitait la concurrence sur le prix de vente du livre afin « de protéger le métier de libraire, de soutenir la diversité de la création et de favoriser la lecture ». En 2009, Hervé Gaymard, ancien ministre et député de Savoie a remis son rapport : Pour le livre. Rapport sur l'économie du livre et son avenir. Aujourd'hui, une version remaniée, destinée au grand public, est disponible. A l'occasion de cette publication, l’auteur a présenté son travail au ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, le 30 septembre dernier. 

« Une large consultation des professionnels du secteur en France et dans 24 pays a permis de mettre en évidence les effets bénéfiques de cette loi, est-il précisé dans le site du Ministère. Au terme de leur enquête, l'auteur et ses collaborateurs proposent également une série de mesures pour donner plus de dynamisme encore à la politique du livre en France. […]

Le Conseil du livre a été installé le 30 juin 2008. Les 24 membres ont notamment débattu des suites à donner à plusieurs décisions contentieuses et initiatives parlementaires, visant à remettre en cause la loi du 10 août 1981 sur le prix unique du livre. C’est alors que le ministère de la culture et de la communication avait confié à Hervé Gaymard la direction d'un groupe de travail sur le bilan de la loi, qui demeure un élément déterminant pour la régulation de l'industrie et du commerce du livre ».

Pour le livre. Rapport sur l'économie du livre et son avenir est publié par les Éditions Gallimard / La documentation française.

Source :

Haut de la page

Conseil de l’Europe : Recommandation du Comité des Ministres sur les politiques cinématographiques nationales et la diversité des expressions culturelles

Le Conseil de l’Europe publie la Recommandation CM/Rec(2009)7 du Comité des Ministres aux États membres sur les politiques cinématographiques nationales et la diversité des expressions culturelles. En préambule de ce texte, il est mentionné, entre autres considérations, que :

« Le Comité des Ministres, en vertu de l’article 15.b du Statut du Conseil de l’Europe,

[…] Considérant la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (Paris, 20 octobre 2005), qui reconnaît la diversité culturelle comme une caractéristique inhérente à l’humanité et qui vise à renforcer la création, la production, la diffusion, la distribution et la jouissance des expressions culturelles ; […]

Affirmant, dans l’esprit de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, que le cinéma a une double nature, économique et culturelle, si bien qu’il n’est ni possible ni souhaitable d'établir une distinction entre films culturels et films commerciaux; […]

Recommande aux gouvernements des États membres :
a. d’utiliser tous les moyens dont ils disposent, conformément à leur constitution et en fonction de leur situation nationale, régionale ou locale, pour tenir compte des principes et mettre en œuvre les mesures figurant dans l'annexe à la présente recommandation pour l’élaboration de politiques cinématographiques ;

b. de porter, par les voies nationales appropriées, la présente recommandation à l'attention des instances publiques et privées compétentes de leur pays ;

c. d’utiliser les outils d’information qui existent au sein du Conseil de l’Europe en matière de politique culturelle, notamment les transferts de connaissances et les échanges de bonnes pratiques, pour donner suite à la présente recommandation ;

d. de renforcer l’impact positif de la Convention européenne sur la coproduction cinématographique, en réexaminant cet instrument en vue de promouvoir la coopération transnationale dans ce secteur, afin de garantir son efficacité à long terme ;

e. de coopérer dans le cadre du Conseil de l’Europe et, si nécessaire, avec d’autres organisations internationales poursuivant des buts et objectifs communs dans le domaine culturel, en particulier audiovisuel […] ».
Le document intégral, incluant l’annexe à la Recommandation, est accessible dans le site du Conseil de l’Europe.  

Source :

Haut de la page

Accords bilatéraux et diversité culturelle

L’édition du 5 octobre du Bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle comporte plusieurs articles d’intérêt. En voici le sommaire :

  • Politique commerciale américaine : Orientations floues
  • Google Book Search : Considérations commerciales, enjeux politiques et répercussions culturelles
  • La diversité culturelle et le défi numérique
  • Le Royaume-Uni prépare une loi contre le piratage
  • UNESCO : Bokova élue directrice générale
  • Indonésie : Loi cinématographique controversée

Le bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle est réalisé par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation pour l’Organisation internationale de la Francophonie

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

L’écrivain togolais Kossi Efoui reçoit le Prix des cinq continents de la Francophonie

Le Jury du Prix des cinq continents de la Francophonie, réuni à Paris le 28 septembre, a désigné son lauréat 2009 : l’écrivain togolais Kossi Efoui, pour son roman Solo d’un revenant, publié aux éditions Le Seuil. Son trophée lui sera remis le 24 octobre à Beyrouth (Liban) à l’occasion du Salon du livre. Kossi Efoui est né au Togo en 1962. Il y fait des études de philosophie avant de se tourner vers le théâtre. Il est l’auteur d’une douzaine de pièces jouées sur les scènes européennes et africaines.

« Créé en 2001 par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le Prix des cinq continents consacre un roman d’un écrivain témoignant d’une expérience culturelle spécifique enrichissant la langue française. »

« Accueillant tout auteur d’expression française quelle que soit sa maturité littéraire, le Prix des cinq continents de la Francophonie met en valeur l’expression de la diversité culturelle et éditoriale de la langue française sur les cinq continents » précise l’OIF dans son site Web.

Source :

Haut de la page

Accès à la diversité musicale – Troisième Forum mondial de la Musique

Le Conseil international de la musique (CIM) organisera son troisième Forum Mondial de la Musique ainsi que sa 33e Assemblée Générale à Tunis, du 17 au 22 octobre, avec pour thème l’accès à la diversité musicale.

Le site de l’UNESCO indique que cet événement « mettra l’accent sur cinq sujets que le CIM considère être d’une importance primordiale pour le monde de la musique:

  • La diversité culturelle : où en sommes-nous ?
  • Politiques culturelles : une approche internationale
  • Créativité et innovation dans la distribution de la musique
  • L’éducation musicale : du travail de plaidoyer à la mise en œuvre de politiques
  • Le public change : défis pour la musique savante à travers le monde ».  

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Le Festival du film francophone de Namur présente sa 24e édition

La 24e édition du Festival international du film francophone (FIFF) de Namur s’est tenue en Belgique du 2 au 9 octobre.

Au programme de cette semaine de fête du cinéma : un panorama des productions courts et longs métrages de l’année, en fiction comme en animation et en documentaire, des expositions, animations musicales, émissions radio et de télé, ateliers d’écriture et rencontres professionnelles.

L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) rappelle dans son site Web « qu’elle est partenaire du FIFF depuis sa création, en 1988. Elle soutient la participation au festival de réalisateurs et producteurs francophones du Sud, pour assurer la visibilité de leurs films, et accompagne les nouveaux projets de jeunes réalisateurs à travers le Forum francophone de la production– dont la 6e édition s’est déroulée du 2 au 5 octobre. »

Sources :

Haut de la page

La Promenade Internationale de la Poésie présente 100 poèmes en 21 langues le long du Saint-Laurent

Dans le cadre du Festival international de la poésie de Trois-Rivières (Québec, Canada), la Promenade Internationale de la Poésie a été inaugurée tout récemment. Unique au monde, cette promenade située le long du magestueux fleuve Saint-Laurent présente cent poèmes en 21 langues écrits par des auteurs provenant d’une quarantaine de pays.

Créé en 1984, le Festival se tient chaque année au début du mois d’octobre. L’édition 2009 se tenait du 2 au 11 de ce mois. Le site dédié à cet événement indique que:

« Le Festival c’est plus de 400 activités qui se déroulent sur 10 jours d’affilée;

C’est plus de 80 lieux différents—cafés, bars, restaurants, galeries d’art, salles de spectacle,   musées, bibliothèques et églises ;

C’est plus de 100 poètes, émerveillés par l’écoute et l’accueil des Trifluviens et des    touristes, qui proviennent d’au moins 30 pays situés sur 5 continents. Depuis sa fondation, plus de 85 pays y ont délégué des poètes, des éditeurs, des journalistes et des passionnés de poésie;

C’est plus de 40 000 participants, dont 10 000 jeunes;
Le Festival permet des accords de traduction et de coédition, le recrutement de poètes québécois et d’ailleurs pour les maisons d’édition et les événements de poésie du Québec ou de l’étranger ».

Source :

Haut de la page