Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol.10, no 7, lundi 3 mai 2010

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l’occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il  a tenu depuis cinq rencontres, trois ordinaires et deux extraordinaires. La quatrième session ordinaire se tiendra en décembre 2010.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s’est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l’adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l’élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d’écrire ces lignes, 111 Parties (110 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Le Canada et la Colombie signent un protocole d'entente visant à accroître la coopération et les échanges culturels

Le Canada et la Colombie ont signé le 22 avril un protocole d'entente visant à accroître la coopération et les échanges culturels.

Selon le ministre d'État canadien des Affaires étrangères (Amériques) Peter Kent, « l'entente de coopération culturelle donnera lieu à la mise en commun de connaissances et de pratiques exemplaires dans une perspective de promotion et de protection de la diversité des expressions culturelles. Elle permettra de mettre en place des mesures destinées à soutenir les artistes et à diffuser des produits et des services culturels. »

Le communiqué précise par ailleurs que dès 2010, le Canada et la Colombie travailleront de façon étroite à l'élaboration d'un plan d'action qui comprendra des gestes concrets de coopération et d'échanges culturels visant à mettre en œuvre le protocole.

« Les deux pays pourront accroître leur collaboration en matière de radiodiffusion et de cinéma, de promotion des cultures et des langues autochtones, de développement social par la culture, de protection du patrimoine culturel et de mise en commun des connaissances spécialisées entre les organismes nationaux de conservation.

Ce programme de coopération contribue à promouvoir et à mettre en œuvre la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO, principalement en ce qui a trait au respect des dispositions liées à la coopération internationale ».

Source :

Haut de la page

La revue Développement Durable et Territoires appelle les contributions sur le thème « Culture et développement durable : vers quel ordre social? »

La revue Développement Durable et Territoires lance un appel à contributions sur le thème « Culture et développement durable : vers quel ordre social ? ». La date limite d’envoi des résumés/propositions de contributions est le 31 mai 2010.

Le texte présentant la démarche précise que l’appel à contributions « porte sur les définitions de la culture, l’identification des acteurs culturels et l’intégration de la culture dans une démarche territoriale de développement durable. De quelle(s) culture(s) s’agit-il ? Qui sont les dépositaires de la culture ? Quelles sont les étapes pour son intégration aux politiques de développement durable ? Qu’implique la création d’indicateurs culturels parmi les indicateurs de développement durable ? Quelles sont les conséquences de l’instrumentalisation idéologique de la culture tant sur l’action publique que sur les attitudes et les comportements des individus ? »

Développement Durable et Territoires se présente comme « une revue scientifique qui propose une approche interdisciplinaire du développement durable à l'échelle du territoire. En proposant une conception élargie de la notion d'environnement, la revue entend contribuer à la réflexion sur les formes et les finalités des logiques du développement dans nos sociétés contemporaines. »

Cette revue est une émanation du Réseau Développement Durable et Territoires Fragiles. Ce réseau réunit une vingtaine de chercheurs en sciences humaines et sociales, issus des différentes universités de la région Nord-Pas-de-Calais (France).

Source :

Haut de la page

La Commission européenne lance une consultation publique sur l’avenir des industries culturelles et créatives

La Commission européenne (CE) a lancé le 27 avril une consultation publique en ligne concernant les industries culturelles et créatives d’Europe. Cette consultation est liée à un nouveau livre vert qui souligne la nécessité d’améliorer l’accès au financement, en particulier pour les petites entreprises, afin de permettre au secteur de la culture et de la création de prospérer et de contribuer à une croissance durable et ouverte à tous.

«Les industries culturelles et créatives d’Europe ne sont pas seulement essentielles à la diversité culturelle de notre continent, elles constituent aussi l’un de nos secteurs économiques les plus dynamiques. Elles peuvent vraiment aider l’Europe à sortir de la crise», a expliqué Androulla Vassiliou, la commissaire européenne à l’éducation, à la culture, au multilinguisme et à la jeunesse.

Le communiqué de la CE précise que : « Le secteur de la culture et de la création, qui englobe les arts du spectacle, les arts visuels, le patrimoine culturel, les films, la télévision et la radio, la musique, l’édition, les jeux vidéo, les nouveaux médias, l’architecture, le design, la création de mode et la publicité, fournit des emplois de qualité à cinq millions de personnes dans l’Union européenne.

Il représente 2,6 % du PIB européen, c’est-à-dire plus que beaucoup d’industries manufacturières. Les industries culturelles et créatives connaissent également une croissance plus rapide que la plupart des secteurs de l’économie.

La numérisation et la mondialisation ouvrent de nouveaux marchés, en particulier aux petites entreprises. Toutefois, ces entreprises rencontrent souvent des obstacles qui les empêchent d’exploiter tout leur potentiel. Cette consultation publique encouragera les parties intéressées et d’autres acteurs à se pencher sur certaines questions, telles que:

Comment faciliter l’accès au financement pour les petites entreprises et les microentreprises dont le seul atout est la créativité?

Comment l’Union européenne peut-elle aider à assurer une combinaison adaptée de compétences créatives et de compétences managériales dans ce secteur?

Comment stimuler l’innovation et l’expérimentation et encourager notamment un usage plus large des technologies de l’information et de la communication? »

La consultation publique durera jusqu’à la fin du mois de juillet. Des informations détaillées sont disponibles dans les 23 langues officielles de l’Union européenne. Pour plus d’information, veuillez consulter le site de la Commission européenne .

Source :

Haut de la page

Publications récentes

CapsulesMonde, avril 2010

L’édition d’avril du bulletin CapsulesMonde propose plusieurs synthèses d’ouvrages d’intérêt. En ce qui concerne la mondialisation et la culture, les sujets suivants sont abordés :

  • International ― L’art, registre des relations internationales des États Politiques publiques
  • Canada - Québec ― Le soutien financier aux arts: quel modèle favoriser?
  • Unesco ― Vers le développement de politiques linguistiques appropriées pour l’Internet Nouvelles technologies
  • États-Unis ― De l’usage équitable d’œuvres protégées à l’ère numérique

Le bulletin CapsulesMonde est publié en français par le Laboratoire d’étude sur les politiques publiques et la mondialisation (LEPPM) de l’École nationale d’administration publique.

Source :

Haut de la page

Les politiques publiques de la culture en France (Que sais-je?)

Les Presses universitaires de France publient, dans la collection Que sais-je?, le livre Les politiques publiques de la culture en France. L’éditeur présente cette publication en ces termes : « Au cours des dernières décennies, les politiques culturelles de l’État et des collectivités territoriales ont connu une forte montée en puissance financière et institutionnelle, stimulée par le volontarisme du ministère de la Culture comme par l’attrait croissant des thèmes de l’art et de la culture auprès des collectivités territoriales. Cet ouvrage met à plat les objectifs poursuivis par les pouvoirs publics en la matière et montre le chemin parcouru par les autorités. Il s’interroge également sur les résultats obtenus, bien que l’évaluation en soit difficile. L’auteur plaide enfin pour une continuité du soutien public et une clarification des compétences. »

L’auteur, Pierre Moulinier, est ancien chargé d’études et de recherche au ministère de la Culture et de la Communication de France.

Pour consulter la table des matières, veuillez visiter le site des Presses universitaires de France.

Source :

Haut de la page

Deux ouvrages récents consacrés à la politique culturelle en Turquie

La Fondation européenne de la culture (FEC) présente dans son site web deux ouvrages récents consacrés à la politique culturelle en Turquie.

« Le recueil d’essais Introduction to Cultural Policy in Turkey est décrit comme un ouvrage novateur qui fait la lumière sur un sujet qui s’impose sans cesse davantage dans le programme national turc.

Les auteurs de spécialisation aussi profonde que diversifiée présentent la réalité actuelle des politiques culturelles de la Turquie et soumettent une analyse critique tant de leur élaboration que de leur mise en œuvre.

Publié par les Presses de l’Université Bilgi à Istanbul avec le soutien de la Fondation européen de la culture et de la Chrest Foundation, ce recueil paraît à une période de transformation profonde des politiques culturelles et de leur administration.

Par ailleurs, la toute première édition du Cultural Policy & Management Yearbook in Turkey se consacre aux "politiques et aux villes culturelles". En cette année où Istanbul est sacrée capitale européenne de la culture, cet ouvrage arrive à point nommé avec l’objectif ambitieux d’orienter la recherche sur les politiques culturelles vers des paysages urbains et des horizons culturels méconnus.

Décrit comme un incontournable pour les décideurs, les gestionnaires, les chercheurs, les étudiants, les artistes et autres intervenants qui ont à cœur les arts et la culture turque ainsi que leur intégration à l’Europe, cet annuaire est publié […] par les Presses de l’Université Bilgi d’Istanbul et la Boekman Foundation, dans le cadre de notre projet Matra en Turquie » précise la FEC.

Ces deux ouvrages sont publiés en turc et en anglais. Pour en savoir davantage sur ces publications, veuillez consulter le site de la Fondation européenne de la culture .

Source :

Haut de la page

Synthèse du rapport de la mission « Crise et relance de la fiction française »

La mission de réflexion sur la relance de la fiction française a remis récemment son rapport au ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand. Cette mission avait été confiée au Club Galilée en septembre dernier. Dans le rapport intitulé Crise et relance de la fiction française, on peut lire que :

« La crise actuelle de la fiction française est aujourd’hui sensible, et elle prend essentiellement deux formes : crise éditoriale et crise financière.

Premier élément factuel: la crise est éditoriale. Le palmarès annuel des 100 meilleures audiences en télévision mettait à l’honneur il y a 10 ans une majorité de fictions françaises, il y en avait déjà moins il y a 5 ans, elles en sont peu nombreuses en 2009.

Le public le montre bien en se détournant des séries françaises, et lorsqu’on arrive à capter un certain public celui-ci est vieillissant et cela se fait sur des suites de séries ou des prolongations d’anciennes ou de très anciennes séries. […]

Deuxième élément factuel : la crise est financière. Cela ressort nettement des contributions des industries techniques, mais également des analyses présentées par les spécialistes de l’économie du secteur audiovisuel, les évolutions du marché de la télévision affectent directement les moyens de financement traditionnels des producteurs de fiction. Sans parler d’un changement complet de modèle économique, il est nécessaire de concevoir une adaptation profonde du modèle économique qui sous-tend en France le financement de la fiction. »

La mission propose deux grandes séries d’orientations et 18 mesures principales. Une synthèse est disponible dans le site du ministère de la Culture et de la Communication de France.

Le ministre Frédéric Mitterrand a annoncé, à l'occasion de l'inauguration du 47ème Marché International des Programmes TV à Cannes, des mesures pour relancer la fiction française,.de même que le lancement de la mission Prospective sur la télévision en 2015.

 

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

L’UNESCO rappelle la nécessité de protéger la créativité et de lutter contre la piraterie

A l’occasion de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, le 23 avril, l’UNESCO a rappelé la nécessité de protéger la créativité et de lutter efficacement contre la piraterie.

« Afin de fournir des informations sur les politiques nationales contre la piraterie, l’UNESCO a créé récemment un Observatoire mondial de lutte contre la piraterie. Cette plateforme permet d’accéder gratuitement et  en ligne à des informations relatives aux politiques et mesures de lutte contre la piraterie mises en œuvre par les États membres de l’UNESCO » peut-on  lire dans le site web de l’organisme.

Le 23 avril marquait également le début des célébrations organisées par Ljubljana (Slovénie), Capitale mondiale du livre 2010. Durant cette période, la capitale slovène prévoit d’organiser pas moins de 300 événements afin d’encourager la lecture, contribuer au développement du goût de la lecture, favoriser l’accès au livre et présenter au public différents genres littéraires et littératures du monde. Dans son message la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova rappelle que : 

« La libre circulation est également une condition indispensable pour que chacun puisse avoir accès au livre. La traduction joue évidemment un rôle considérable dans la passation de tous les savoirs qu’offre le livre. Mais il faut aussi des politiques éditoriales innovantes qui répondent aux besoins et aux aspirations de tout être humain.

Face aux nouvelles formes que prend le livre, face aux transformations dans sa conception, sa production et dans l’accès à son contenu, il est urgent de rappeler qu’il ne peut y avoir de développement du livre sans respect du droit d’auteur. Cela est d’autant plus vrai à l’heure où la numérisation expose encore plus le livre à des risques d’utilisation illicite. […]

À l’occasion de la quinzième édition de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, j’invite l’ensemble des partenaires, des communautés et des réseaux de l’UNESCO à se mobiliser pour faire respecter le droit d’auteur, et pour assurer au livre la place qui lui revient dans les sphères sociale, éducative et culturelle.

Les livres sont à la fois des œuvres d’art, de science, et des vecteurs d’idées. Ils concrétisent magnifiquement les diversités créatrices. Ils mènent à la connaissance universelle et participent au dialogue entre les cultures. »

Source :

Haut de la page

La rencontre U40 des Amériques se tiendra à Montréal, du 19 au 21 mai

La Coalition pour la diversité culturelle publie dans son site un appel à la participation à la rencontre U40 des Amériques, qui se tiendra à Montréal du 19 au 21 mai 2010.

Trois grands thèmes feront l’objet de conférences et d’ateliers :

  • La reconnaissance de la diversité culturelle dans le développement durable
  • La promotion de la vision de la Convention de 2005 de l’UNESCO dans les autres forums internationaux
  • Les politiques culturelles à l’ère du numérique

« Les trois conférences sont ouvertes aux experts en politiques culturelles en mi-carrière, aux jeunes professionnels des arts et de la culture, aux juristes, aux étudiants de 2e ou 3e cycle, aux doctorants, aux autres professionnels qualifiés et aux citoyens intéressés » indique la Coalition.

Pour connaître davantage les objectifs et le programme de l’événement, veuillez consulter le site de la Coalition pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Les gagnants du Commonwealth Writer’s Prize 2010 sont honorés

La Commonwealth Foundation a récemment fait connaître les noms des écrivains se méritant le Commonwealth Writer’s Prize 2010. Le jury international a décerné le prix du meilleur livre à l’écrivain Rana Dasgupta (Royaume-Uni) pour Solo. Le prix du meilleur premier livre a pour sa part été remis à l’écrivaine Glenda Guest (Australie) pour Siddon Rock.

Le Commonwealth Writer’s Prize existe depuis 1987. il est sous la responsabilité de la Commonwealth Foundation, une organisation qui aide les organisations de la société civile à promouvoir la démocratie, le développement et la compréhension culturelle au sein des pays du Commonwealth. Le Commonwealth Writer’s Prize est également supporté par la Macquarie Group Foundation.

Pour en savoir davantage sur les récipiendaires de ce prix et leurs œuvres, nous vous invitons à consulter le site de la Commonwealth Foundation.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Festival du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi 2010

Le portail Sudplanète nous propose un entretien avec le réalisateur burundais Léonce Ngabo, président du Festival du Cinéma et de l'Audiovisuel du Burundi 2010, communément appelé le FESTICAB. Né de l'envie de faire découvrir le cinéma burundais et africain, ce festival s’est déroulé à Bujumbura du 23 au 30 avril 2010. Pour sa deuxième édition, le FESTICAB proposait 35 films de longs-métrages, courts-métrages, documentaires et séries télévisées provenant de plus de quinze pays africains.

S’ouvrant à l’international, le FESTICAB a cette année développé des partenariats avec le Festival Panafricain du Cinéma et de l'Audiovisuel de Ouagadougou (FESPACO), le Festival International du Film d'Amour (FIFA) de Mons, le Festival International du Film (FIF) d'Amiens et le Festival International du Film du Kenya (KIFF).

Léonce Ngabo décrit en ces mots les enjeux auxquels font face, sur le continent africain, les festivals comme le FESTICAB : « Avant tout, la mobilisation des publics et des décideurs politiques locaux pour s'engager à soutenir et à promouvoir le 7ème art dans une région où le cinéma est encore embryonnaire. Il s'agit aussi du renforcement des capacités et de développer une industrie cinématographique burundaise dans le cadre de la nouvelle entité politique et économique régionale la communauté East-Africaine (East African Community). »

Source :

Haut de la page