Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol.10, no 18, lundi 1 novembre 2010

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en oeuvre de la Convention. Il a tenu depuis cinq rencontres, trois ordinaires et deux extraordinaires. La quatrième session ordinaire se tiendra du 29 novembre au 3 décembre 2010.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l'adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l'élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 116 Parties (115 États et la Communauté européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Nous tenons à souligner que le 28 septembre dernier, la République démocratique du Congo a déposé son instrument de ratification auprès de l'UNESCO et figure désormais au nombre des États Parties à la Convention.

Bien que les travaux de mise en oeuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Déclaration de Montreux : les Chefs d'État et de gouvernement appellent à la ratification et la mise en oeuvre de la Convention

Dans leur Déclaration finale adoptée à l'issue du XIIIe Sommet de la Francophonie, qui s'est tenu à Montreux (Suisse) les 23 et 24 octobre, les chefs d'État et de gouvernement des pays ayant le français en partage ont réitéré leur volonté de « promouvoir la diversité culturelle et le multilinguisme ».

« Nous affirmons l'importance de la contribution de la culture au développement social et économique de nos pays. Dans ce contexte, nous réitérons notre appel à la ratification universelle et à la mise en oeuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO. Nous demandons à l'OIF et aux opérateurs de renforcer l'accompagnement des pays francophones du Sud qui s'engagent dans le développement de leurs politiques nationales en matière de culture et qui travaillent à l'émergence d'industries culturelles sur leur territoire.

Nous demandons à l'OIF et aux opérateurs de se donner une politique de promotion du français qui intègre et mette en synergie les actions de l'OIF, des opérateurs et de leurs réseaux, en vue de son adoption lors du XIVe Sommet de la Francophonie. À cet égard, l'OIF organisera, en collaboration avec le gouvernement du Québec, un Forum mondial de la langue française au printemps 2012. [...]

Nous réaffirmons notre attachement à la chaîne multilatérale francophone TV5, à son rôle essentiel pour l'apprentissage et le rayonnement international du français. À cet effet, nous entendons faciliter la diffusion et l'accessibilité de TV5, vecteur de la diversité culturelle » ont entre autres affirmé les chefs d'État et de gouvernement.

La Déclaration de Montreux, les trois allocutions prononcées par le Secrétaire général de la Francophonie, M. Abdou Diouf, de même que les neuf résolutions adoptées lors du Sommet sont accessibles dans le site de l'Organisation internationale de la Francophonie et dans celui du Sommet.

Sources :

Haut de la page

Fonds francophone des inforoutes : 19e appel à projets

L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) annonce le lancement du 19e appel à projets du Fonds francophone des inforoutes. La date limite pour le dépôt des dossiers est le 4 mars 2011.

« Pour améliorer la présence du français dans l'univers numérique et répondre aux besoins des pays en développement, l'Organisation internationale de la Francophonie soutient la production de contenus et d'applications numériques au moyen du Fonds francophone des inforoutes.

Ce Fonds a pour mission de promouvoir les TIC dans les pays du Sud et d'Europe centrale et orientale en finançant, à la suite d'appels à projets, des initiatives multilatérales de production de contenus francophones s'inscrivant dans les grandes orientations de la Francophonie. Les contributions financières du Fonds prennent la forme de subventions » précise l'OIF.

Tous les documents et les informations nécessaires à la constitution d'un dossier de candidature peuvent être demandés auprès de l'OIF ou consultés dans le site de cette organisation.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

L'UNESCO met en ligne les documents relatifs à la 4e session ordinaire du Comité intergouvernemental

L'UNESCO rend disponibles, dans son site, les documents suivants en vue de la 4e session ordinaire du Comité intergouvernemental qui se tiendra du 29 novembre au 3 décembre à Paris :

Documents de travail

  • Adoption de l'ordre du jour
  • Adoption du compte rendu détaillé de la troisième session ordinaire du Comité
  • État d'avancement des ratifications de la Convention, démarches entreprises et actions menées en 2009-2010
  • Étude de faisabilité et de coûts pour la réalisation d'un emblème de la Convention
  • Pertinence et faisabilité de la nomination des personnalités publiques chargées de promouvoir la Convention
  • Projet de directives opérationnelles relatives au partage de l'information et transparence (article 9 de la Convention)
  • Projet de directives opérationnelles relatives à l'échange, l'analyse et la diffusion de l'information (article 19 de la Convention)
  • Projet de directives opérationnelles relatives à l'éducation et la sensibilisation du public (article 10 de la Convention)
  • Mise en oeuvre du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)
  • Stratégie de financement du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)
  • Documents à approuver par la troisième session de la Conférence des Parties
  • Rapport du Comité sur ses activités et décisions à la Conférence des Parties
  • Mise en oeuvre et suivi de la Convention par le Comité : état des lieux
  • Date de la prochaine session du Comité
  • Élection des membres du Bureau de la cinquième session ordinaire du Comité

Documents d'information

  • Calendrier provisoire
  • Liste provisoire des participants
  • Projet de cadre des rapports périodiques sur les mesures pour protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles
  • Stratégie de ratification : Résumé des réponses des Parties et des organisations de la société civile
  • Collecte de l'information, données et bonnes pratiques : mécanismes et outils existants

Source :

Haut de la page

Capsules Monde, octobre 2010

Le plus récent numéro du bulletin Capsules Monde nous propose les sujets suivants, en ce qui concerne la mondialisation et la culture.

Tendances

  • Union Européenne - Favoriser l'accès des jeunes à la culture

Politiques publiques

  • Europe - Pour une vie culturelle prospère

Politiques et institutions

  • International - Les campagnes de promotion des arts : réussites et leçons

Gestion du pluralisme culturel

  • États-Unis - Des cultures en mutation

Capsules Monde et disponible en français dans le site du Laboratoire d'étude sur les politiques publiques et la mondialisation (LEPPM).

Source :

Haut de la page

C-News, octobre 2010

L'édition d'octobre du bulletin C-News publié par le réseau Culturelink aborde une vingtaine de sujets sous les rubriques suivantes : appels de projets ou de présentations, programmes éducatifs et bourses, conférences internationales et festivals, nouveaux livres et publications.

C-News est disponible dans le site de Culturelink.

Source :

Haut de la page

Implementing the UNESCO Convention of 2005 in the European Union (version longue de l'étude destinée au Parlement européen)

Le Bulletin de nouvelles sur la diversité culturelle relatait, dans son édition du 21 septembre dernier, la parution de la version courte (document de 124 pages, disponible en plusieurs langues) de l'étude intitulée La mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles dans l'Union européenne, publiée sous la direction de Germann Avocats.

On y présentait ainsi cet ouvrage : « La présente étude décrit l'état d'avancement de la mise en oeuvre de la Convention de l'UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Axée principalement sur les domaines où l'on attend de l'Union européenne qu'elle joue un rôle de leadership et de coordination, cette étude vise à fournir des idées et des orientations à long terme pour la mise en oeuvre de la Convention. À cette fin, elle analyse les obligations définies par ce traité. Elle évalue différentes pratiques de mise en oeuvre de la convention de l'UNESCO d'un point de vue juridique et pratique et identifie les difficultés et les mesures à prendre pour réaliser les objectifs de cet instrument ».

Nous tenons à informer nos lecteurs que la version longue de cette étude est également disponible. Ce document en anglais de 334 pages contient une analyse plus détaillée des thèmes abordés sous la forme de document de travail. Cette version longue, la version courte multilingue, de même que les réponses à l'enquête menée auprès des différentes parties prenantes privées et publiques au sein et en dehors de l'Union européenne peuvent être téléchargées à partir du site diversitystudy.eu

Source :

Haut de la page

Actes du symposium « La gestion des risques dans le financement de la culture »

L'UNESCO publie, dans son site Web, les Actes du symposium « La gestion des risques dans le financement de la culture ».

Rappelons qu'en avril 2010, l'UNESCO a convié des experts des domaines de la finance, du développement, de la recherche et de la culture, à l'occasion du symposium sur « La gestion des risques dans le financement de la  ». L'objectif de cet événement portait sur l'échange d'idées en vue de formuler des approches et des stratégies innovantes pour favoriser le financement de la culture dans les pays en développement.

« Ce symposium de deux jours, organisé au Siège de l'Organisation avec le soutien du gouvernement d'Espagne, fait partie d'une série d'événements proposés par le Secteur de la culture de l'UNESCO afin de faire avancer l'agenda « Culture et développement » au niveau international.

La culture est un puissant facteur de développement, en particulier pour la réalisation des Objectifs du Millénaire : à seulement cinq ans de la date butoir de leur réalisation, l'année 2010 offre à la communauté internationale l'opportunité de placer la culture de manière plus centrale dans les projets et politiques de développement.

Cette publication rassemble les présentations des experts et des participants invités, et restitue les échanges d'idées et d'expériences les plus fructueux. Elle inclut par ailleurs les messages clés du symposium et de la discussion en ligne qui l'a précédé, ainsi que les perspectives qui en sont issues » indique l'UNESCO.

Le document est disponible en français dans le site de l'UNESCO.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Un programme de partenariat UE/UNESCO pour renforcer le système de gouvernance de la culture dans les pays en développement

L'UNESCO fait état d'un nouveau programme financé par l'Union européenne et visant à apporter une assistance technique pour la gouvernance de la culture. Soixante-neuf pays en développement reconnus par le programme européen de « Développement humain et social », et ayant ratifié la Convention de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles sont considérés comme des pays bénéficiaires.

« À travers ce programme, les capacités humaines et institutionnelles des pays en développement seront renforcées. Cela devrait avoir pour conséquence la conception et/ou la mise en oeuvre de politiques abordant le rôle de la culture dans le développement économique et social, en particulier par le biais des industries culturelles. Il est également attendu que cela contribuera à créer un environnement propice à la production et à la distribution des activités, biens et services culturels » peut-on lire dans la fiche descriptive de ce programme.

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site de l'UNESCO.

Source :

Haut de la page

Danse l'Afrique danse à Bamako

Culturesfrance rappelle que la prochaine édition de la biennale Danse l'Afrique danse se déroule à Bamako du 29 octobre au 5 novembre 2010. Après plusieurs éditions à Madagascar, Luanda, Paris et Tunis, cette huitième édition s'installe maintenant au Mali.

Initiateur de la manifestation, Culturesfrance associe Donko Seko à la mise en oeuvre de l'édition 2010 de la biennale. Donko Seko est une structure active sur la scène malienne aux plans de la formation, de la création et de la diffusion artistique. 

Le concours chorégraphique, pierre angulaire de la manifestation mettra à l'honneur à Bamako dix compagnies et dix solos retenus parmi 150 dossiers.

Source :

Haut de la page

Jeunes musiciens du monde : favoriser l'épanouissement des jeunes en préservant les musiques traditionnelles

L'organisme Jeunes musiciens du monde contribue à l'épanouissement des jeunes de milieux populaires en développant des écoles de musique gratuites, axées sur le patrimoine. Fondée au Québec, cette organisation a commencé ses activités en 2001 à Dharwad en Inde.

« Jeunes musiciens du monde a été mis sur pied avec le souci de venir en aide à la jeunesse et de préserver les musiques du monde. Cet organisme travaille à la fondation et à l'administration d'écoles de musique traditionnelle [...]. Ces écoles, toutes gratuites, visent à permettre à des jeunes de s'intégrer dans une sphère d'activité qui les stimule et leur procure confiance et estime. Elles apportent aux jeunes l'opportunité de s'investir dans une activité agissant comme un vecteur de développement personnel.

Ultimement, Jeunes musiciens du monde aspire à produire des musiciens accomplis et veut ainsi contribuer à faire connaître et à valoriser les traditions musicales des pays où de tels projets s'établissent. En ce sens, l'organisation agit en faveur de la conservation et du rayonnement d'un patrimoine musical mondial qui reste fragile. Ainsi, le travail de Jeunes musiciens du monde s'inscrit dans une démarche que l'on peut qualifier d'écologie musicale » peut-on lire dans le site Web de l'organisme.

Jeunes musiciens du monde accueille des jeunes de milieux défavorisés. Au Canada ses écoles se situent dans les villes de Québec et de Montréal, de même qu'au sein de la communauté autochtone de Kitcisakik en Abitibi-Témiscamingue. En Inde, cet organisme dirige la Kalkeri Sangeet Vidyalaya (école de Kalkeri), dans l'état du Karnataka. De plus, des contacts ont été établis avec divers individus ou organismes afin de faire vivre, éventuellement, d'autres écoles de musique au Mali, au Brésil et chez les Premières Nations du Québec.

Pour en savoir davantage sur ce projet, nous vous invitons à visiter le site de Jeunes musiciens du monde.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Le Festival international Quimera 2010 : une scène pour favoriser l'expression de la jeunesse

Le Festival international Quimera au Mexique, dans sa 19e édition qui s'est tenu du 15 au 24 octobre, a offert 281 activités culturelles dans 14 forums en laissant la scène à la création et à l'expression des jeunes.

La municipalité de Metepec, avec l'appui de l'Institut mexicain de la culture et Conaculta (Consejo nacional para la cultura y las artes), a offert une programmation diversifiée comprenant notamment musique, peinture, photographie, sculpture et gastronomie.

Lilia Patricia Fierro, directrice du secteur Éducation et Culture de la municipalité de Metepec, rappelle qu'à l'intérieur de la programmation où différents genres musicaux alternatifs se côtoient, il y a une place réservée, entre autres, aux graffitis afin d'inviter les jeunes à exprimer et libérer leur créativité pour leur permettre de réveiller une conscience collective vers des thèmes de toutes sortes.

« Metepec ouvre ses portes pour faire découvrir les traditions, le folklore et les talents des hommes et femmes dans une fête multicolore, où les manifestations artistiques rencontrent l'art populaire, pièce angulaire de l'identité des peuples latino- » précise CONACULTA.

Source :

Haut de la page