Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol.11, no 1, lundi 10 janvier 2011

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

Bonne Année 2011 !

L'équipe du Secrétariat gouvernemental à la diversité culturelle offre à tous ses abonnés au Bulletin des nouvelles et à ses lecteurs ses Meilleurs Voeux pour l'Année 2011. Nous vous remercions pour votre présence tout au long de l'année qui vient de se terminer !

Il nous fait plaisir, aujourd'hui, de vous offrir le premier numéro de 2011 du Bulletin de nouvelles sur la diversité des expressions culturelles. Nous sommes heureux de vous compter à nouveau parmi nos lecteurs !

L'équipe du Secrétariat à la diversité culturelle

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en oeuvre de la Convention. Il a tenu depuis six rencontres, quatre ordinaires et deux extraordinaires.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l'adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l'élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 116 Parties (115 États et la Communauté européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en oeuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Négociation d'un Accord économique et commercial global Canada/UE : les parlementaires canadiens font preuve de vigilance en vue d'obtenir l'exemption culturelle

Des débats récents entre les parlementaires canadiens ont fait ressortir la volonté des élus de protéger les politiques culturelles du Canada dans le cadre des négociations devant mener à l'Accord économique et commercial global Canada/Union européenne (AECG). Nous présentons ici quelques extraits qui témoignent de la teneur des échanges intervenus à la Chambre des communes (Ottawa, Canada) le 14 décembre dernier.

La députée de St-Bruno—St-Hubert, Mme Carole Lavallée, s'est d'abord adressée au ministre du Commerce international, M. Peter Van Loan, en ces termes : « Le Canada et l'Union européenne ont été parmi les premiers à soutenir puis à ratifier la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Ne devraient-ils pas donner l'exemple et s'entendre […] pour exempter complètement la culture de l'accord commercial qu'ils sont en train de négocier et inclure dans le préambule de l'accord une référence à la convention de l'UNESCO comme cadre juridique à partir duquel on pourrait situer l'exemption culturelle ? ».

La réponse du ministre Van Loan ne s'est pas fait attendre : « Le député a tout à fait raison. Le Canada et l'Union européenne s'intéressent tous les deux à la convention de l'UNESCO sur la protection de la culture. […] Je crois que les deux parties sont sur la même longueur d'onde et qu'elles tiennent toutes les deux à assurer la protection de la culture, ce qui, à mon avis, devrait être la base de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne ».

Puis, faisant écho aux propos du ministre, le député de Kelowa-Lake Country, M. Ron Cannan est intervenu afin de préciser la position gouvernementale.

« Le Canada et l'Union européenne ont aussi collaboré étroitement, à titre de chefs de file, à l'élaboration et à la promotion de la convention de l'UNESCO. Le Canada et l'Union européenne partagent tous deux le même engagement continu envers les principes de la convention de l'UNESCO, notamment la nécessité de préserver la marge de manoeuvre nécessaire pour adopter des politiques propices aux priorités culturelles et de favoriser des échanges culturels qui favorisent la diversité des expressions culturelles.

En ce qui a trait à la culture dans le cadre des négociations du libre-échange avec l'Union européenne, le gouvernement demeure résolu à défendre l'intérêt culturel du Canada. Voilà pourquoi il exclura ces secteurs des obligations commerciales. Nous sommes convaincus que l'Union européenne comprendra la raison pour laquelle nous devons adopter une telle approche puisqu'elle a démontré un respect de longue date envers le besoin des pays d'être en mesure d'élaborer et de mettre en oeuvre des politiques culturelles. […].

Tout au long des négociations avec l'Union européenne, le gouvernement du Canada ne cessera de collaborer avec les gouvernements des provinces et territoires dans le but d'en arriver à un résultat qui permettra au Canada et à l'Union européenne de continuer d'atteindre leurs objectifs en matière de politique culturelle nationale relativement à leurs industries culturelles » de poursuivre le député ministériel.

Ces propos ont de plus été corroborés par le secrétaire parlementaire du ministre du Commerce international, M. Gerald Keddy qui a déclaré: « On inclut une exemption culturelle dans tous les accords de libre-échange du Canada, sans exception, afin de permettre une marge de manoeuvre suffisante pour pouvoir poursuivre des politiques intérieures. Cela est conforme à l'objectif premier du Canada, qui se trouve dans tous les accords commerciaux et se trouvera un jour dans l'accord économique et commercial global entre le Canada et l'Union européenne ».

La députée de St-Bruno—St-Hubert a par ailleurs adressé au ministre du Commerce international six questions en lien avec certains enjeux de cette négociation (pleine exemption culturelle, intégrité de la Convention, accords de coopération joints à l'AECG …). Ces sujets seront débattus le 31 janvier 2011 en comité parlementaire (Comité permanent du patrimoine canadien). Le Bulletin fera état de ces échanges en février prochain.

Le texte intégral des débats du 14 décembre dernier est accessible dans le site du Parlement du Canada.

Source :

Haut de la page

Appel à candidatures : Assistance technique pour renforcer la gouvernance de la culture dans les pays en développement

L'UNESCO lance un appel à candidatures international dans le cadre du projet d'assistance technique UE/UNESCO visant à consolider le système de gouvernance de la culture dans les pays en développement. Le 31 janvier 2011 (minuit, heure de Paris) est la date limite pour soumettre des candidatures.

Ce projet commun contribue directement à la mise en oeuvre de la Convention 2005 et à pour but de renforcer le rôle que joue la culture comme vecteur de développement durable et de réduction de la pauvreté.

Trente experts de renom seront sélectionnés par le biais de cet appel et constitueront une « banque d'expertise », regroupant des profils avec différentes expériences et provenant de régions géographiques diverses, avec des compétences et expertises variées, relatives à la gouvernance de la culture.

Les pays bénéficiaires feront la sélection d'un ou plusieurs experts de cette banque d'expertise pour exécuter des missions d'assistance technique conçues pour renforcer les capacités humaines et techniques dans ces pays, au niveau national et local.

Sont recherchés des professionnels avec 10 années d'expérience minimum (7 ans pour les candidats provenant de pays bénéficiaires), spécialisés dans les domaines de :

  • l'élaboration et la mise en oeuvre de politiques culturelles ; et/ou
  • le développement des secteurs d'activités culturelles et le développement de politiques dans les pays en développement ; et/ou
  • la coopération internationale dans le domaine de la culture.

Sont éligibles les nationaux de pays ayant ratifié la Convention 2005. La participation d'experts provenant de pays en développement sera fortement encouragée. Pour en savoir davantage sur cet appel, veuillez consulter le site de l'UNESCO.

Source :

Haut de la page

L'Union européenne et l'Inde engagent un dialogue consacré à la culture

L'Union européenne et l'Inde ont signé, en décembre dernier, une déclaration commune prônant le renforcement des relations entre les populations indienne et européenne par le dialogue dans le domaine culturel.

« La déclaration commune a été signée par le directeur général de la DG Éducation et Culture de la Commission européenne, Jan Truszczyński, et par le secrétaire du ministère indien de la culture, Jawhar Sircar.

La signature de cette déclaration marque l'ouverture officielle d'un dialogue consacré à la culture entre la Commission européenne et le gouvernement indien. Elle atteste que la culture acquiert de plus en plus d'importance dans les relations internationales, en particulier depuis l'adoption, en 2005, de la convention de l'Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, à laquelle l'Union européenne et l'Inde sont parties.

Depuis 2007, la Commission (par la voie du programme Culture de l'Union) a consacré deux millions d'euros au soutien de cinq initiatives réalisées en commun avec l'Inde. Le projet "Spice", qui a réuni le Centre Attakalari des arts corporels, établi à Bangalore, et des professionnels des arts européens, faisait partie des initiatives soutenues. Le programme Culture a également soutenu, dans le domaine de l'architecture, le projet "2050 – Cultures of Living", qui a permis à l'Académie Darpana des arts du spectacle, à l'École Srishti d'art, de design et de technologie et à des partenaires originaires de huit pays européens d'avoir un échange de vues sur le design et les technologies » de préciser le communiqué.

Source :

Haut de la page

La Fondation européenne de la culture lance l'initiative Tandem en vue de rapprocher les professionnels de la culture de l'UE, de l'Ukraine et de la Moldavie

La Fondation européenne de la culture a lancé récemment, avec ses partenaires, une nouvelle initiative nommée Tandem. Cette initiative vise à établir de nouveaux réseaux et partenariats, à long terme, entre les professionnels de la culture des pays de l'Union européenne et ceux de l'Ukraine et de la Moldavie.

Tandem est une occasion de se familiariser avec l'environnement et le fonctionnement des organismes d'un autre pays et d'en apprendre davantage sur la scène culturelle d'une nouvelle ville, région ou nation. L'initiative favorise la création de partenariats – de tandems – afin d'encourager les idées de projets et l'organisation d'activités de 2011 à 2012 et au-delà.

La date limite pour déposer les candidatures est le 15 février 2011. Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site de la Fondation culturelle européenne.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Fonds international pour la diversité culturelle : la liste des 31 projets approuvés est publiée par l'UNESCO

La quatrième session ordinaire du Comité intergouvernemental pour la protection et la promotion de la diversité culturelle a approuvé récemment le financement de 31 projets par le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC), dans le cadre de la phase pilote du Fonds. L'UNESCO rappelle que plus de 250 demandes ont été reçues par l'UNESCO durant son premier appel à candidatures lancé en mars 2010.

La décision du Comité intergouvernemental a été prise en tenant compte des recommandations du Panel d'experts, basée sur les critères d'évaluation présents dans les Orientations sur l'utilisation des ressources du Fonds. Le Comité a également décidé de limiter les contributions aux projets approuvés à US$ 100.000. La liste des projets approuvés est maintenant en ligne.

Source :

Haut de la page

Décisions prises lors de la 4e session ordinaire du Comité intergouvernemental

L'UNESCO rend disponible dans son site le document faisant état des décisions prises lors de la 4e session ordinaire du Comité intergouvernemental. Cette session s'est tenue à Paris, du 29 novembre au 3 décembre 2010. Le document est disponible en français et en anglais.

Source :

Haut de la page

Bases et propositions pour une (para)diplomatie catalane à l'UNESCO. L'importance de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

Le chercheur Martí Petit, directeur de recherche au Conseil de l'Audiovisuel de Catalogne vient de faire paraître l'article intitulé Bases et propositions pour une (para)diplomatie catalane à l'UNESCO. L'importance de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

« Le XXIe siècle offre à la Catalogne de grandes possibilités de consolider sa présence internationale. D'abord, la mondialisation affaiblit graduellement le rôle des États-nations et le monopole qu'ils détiennent sur les relations internationales depuis l'avènement de l'État moderne. Ensuite, le nouveau Statut d'autonomie constitue un outil de taille (bien qu'il ne soit pas indispensable, comme on l'explique plus loin) pour agir dans certaines sphères sur la scène internationale, notamment les articles 193 à 200 du Statut, qui comprennent le titre V, chapitre III, intitulé "Activités à l'étranger du gouvernement catalan". »

La Catalogne joue entre autres un rôle important au sein de l'UNESCO, ce qui lui ouvre une multitude de possibilités. En effet, l'UNESCO permet la participation d'entités ne se qualifiant pas strictement en tant qu'État, mais dont les sphères d'activité sont liées à la culture (organismes intergouvernementaux, ONG, collectivités locales et gouvernements régionaux, etc.). Dans ce contexte favorable, la Convention pour la diversité culturelle représente une plateforme idéale pour l'exploration de nouvelles avenues de participation à la gouvernance de la mondialisation pour les gouvernements sous-centraux » précise le résumé de l'article.

L'article est disponible en catalan et en anglais dans le site du Centre UNESCO de Catalogne.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Bruxelles accueillera en février 2011 la conférence « Culture en mouvement » et une réunion de consultation sur le Programme Culture

La Commission européenne (CE) organise la 3e conférence « Culture en mouvement » les 15 et 16 février prochain à Bruxelles. Cet événement permettra de se questionner sur la plus value qu'apporte la coopération culturelle transnationale appuyée par l'UE et de s'interroger sur ce que le financement européen permet au secteur culturel d'accomplir.

En session plénière, les participants exploreront comment les projets contribuent à la promotion de la diversité culturelle et linguistique de l'Union européenne et au patrimoine. Par ailleurs, l'examen de certains projets financés par le programme Culture 2007-2013, par le projet pilote pour la mobilité des artistes et par d'autres programmes de l'UE contribuera à démontrer comment le financement fait une différence à l'échelle européenne et comment la culture joue un rôle significatif en facilitant une croissance intelligente, durable et inclusive et en amenant un support aux autres politiques de l'UE.

Pour cette occasion, la Conférence se joint au Stakeholder Consultation Meeting qui portera sur le programme de l'UE dans le secteur de la culture post-2013 et où les participants seront invités à discuter des recommandations et des propositions soumises lors d'une consultation en ligne concernant le prochain Programme Culture. Pour avoir plus d'informations sur cette conférence, nous vous invitons à visiter le site Web de la Commission européenne.

Source :

Haut de la page

À la présidence du Conseil de l'UE, la Hongrie entend apporter son soutien à la sauvegarde de la diversité culturelle

Assurant la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne (UE), la Hongrie entend apporter son soutien à la sauvegarde de la diversité culturelle. Pour atteindre cet objectif, elle estime que l'encouragement des activités des organisations civiles et du volontariat est un élément clé de la réussite.

« En rapport avec la mise en oeuvre de la Stratégie Europe 2020, la présidence hongroise a pour objectif d'identifier les domaines et les moyens où la culture est susceptible de contribuer à la réalisation des objectifs européens de croissance économique » indique le site de l'UE.

Par ailleurs, on peut lire que la présidence hongroise sera sous le signe de la mobilité. « La Hongrie entend promouvoir l'identification des facteurs freinant la mobilité des artistes et d'autres acteurs de la vie culturelle et la mise en place d'un système informatique susceptible de faciliter leur mobilité. En matière de collections de musées, la manifestation phare de la présidence hongroise sera la série de formations et de conférences organisées au Musée des Beaux Arts dans le cadre du projet Mobilité des Collections 2.0 destinée aux spécialistes en charge des questions de la mobilité des collections ».

Source :

Haut de la page

« Voyager pour apprendre les métiers d'art » : un nouveau programme de l'UNESCO et de la Fondation Culture & Diversité

L'UNESCO et La Fondation Culture & Diversité viennent de lancer le programme « Voyager pour apprendre les métiers d'art », qui a pour objectif d'encourager des jeunes ayant choisi une carrière dans la filière des métiers d'art et de contribuer à la pérennité des savoir-faire en tant qu'expressions de la diversité culturelle et source de créativité.

La première phase du projet qui est déjà en cours et qui s'échelonnera jusqu'en avril 2011 verra des étudiantes des Écoles Supérieures d'Arts Appliqués Boulle et Duperré de France effectuer un voyage d'études, en Inde, au Vietnam et en Argentine, auprès d'entreprises spécialisées dans la broderie, la céramique, le tissage et les accessoires de mode. La seconde phase du projet, qui se déroulera ultérieurement, verra la participation de candidats(e)s de pays d'Afrique, d'Amérique latine et de la région arabe. Pour connaître tous les détails concernant ce projet, nous vous invitons à consulter les sites de l'UNESCO et de la Fondation Culture & Diversité.

Sources :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Quand l'Afrique fait vibrer les Amériques

« Plus que tout autre phénomène culturel, la musique s'est déplacée d'un continent à l'autre, où elle a été adoptée, métissée et transformée au fil du temps ». Tel est le propos de l'exposition RIFF. Quand l'Afrique fait vibrer les Amériques présentée par le Musée de la civilisation (Québec, Canada) jusqu'au 13 mars 2011. Cette exposition est inspirée de Music in Motion du Museum Volkenkunde, Leiden, Pays-Bas.

Le RIFF est, en jazz comme en musique pop, une courte formule rythmique ou mélodique qui se répète. « Quand un djembé angolais, un cor camerounais, un xylophone gabonais côtoient la trompette de Louis Armstrong, l'orgue de Gerry Boulet ou la guitare de Jimi Hendrix, on comprend toute l'influence de la culture musicale africaine sur les musiques populaires de notre époque tant en Amérique du Nord qu'en Amérique du Sud. […] Jumelant histoire, ethnologie et... musique, RIFF. Quand l'Afrique fait vibrer les Amériques raconte, en sons et en images, un fabuleux volet de l'histoire de la musique, mais aussi de l'histoire sociale de l'Amérique à partir de l'esclavage, de l'affranchissement et de l'affirmation des Noirs aux États-Unis et ailleurs dans les Amériques » précise le communiqué de presse.

Ceux et celles qui souhaitent découvrir ou revenir sur le contenu de l'exposition, explorer divers concepts sonores et même composer des RIFFS sont invités à consulter le site dédié à cette exposition (disponible en français et en anglais).

Sources :

Haut de la page