Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 11, no 2, lundi 24 janvier 2011

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l’occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il a tenu depuis six rencontres, quatre ordinaires et deux extraordinaires.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s’est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l’adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l’élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d’écrire ces lignes, 116 Parties (115 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Appel de candidature pour l’édition 2011 de la Commonwealth Short Story Competition

L’appel de candidature pour l’édition 2011 de la Commonwealth Short Story Competition est lancé. Ce concours annuel vise la promotion de nouvelles créations littéraires destinées à la radio afin d’accroître la compréhension et l'appréciation des différentes cultures du Commonwealth et favoriser l’émergence de talents littéraires.

Ce concours est ouvert à tous les citoyens d’un pays du Commonwealth, écrivains professionnels et amateurs, âgés de 19 ans et plus.

Le concours s’accompagne de quatre prix régionaux de 500 £ et d’une bourse de 2 000 £, remise au grand lauréat. Cette année, deux prix spéciaux de 500 £ seront décernés, soit un pour la meilleure nouvelle pour enfants et l’autre pour la meilleure nouvelle abordant le thème du Commonwealth de cette année : « les femmes comme agentes de changement ».

La date limite d’inscription est le 1er mars 2011.

Pour plus d’informations au sujet des modalités du concours, consultez le site Internet de la Commonwealth Foundation.

Source :

Haut de la page

Appel à participer à la rédaction d’articles portant sur la politique culturelle en Asie

Culture360.org est à la recherche d'auteurs, d’analystes des politiques culturelles, de chercheurs, de gestionnaires des arts, d’artistes, de journalistes pour soumettre des articles portant sur le thème de la politique culturelle en Asie.

Le but de cet appel est d'améliorer la compréhension du secteur de la politique culturelle en Asie et de fournir un aperçu du contexte social et culturel des pays d’Asie suivants : Brunei, Cambodge, Japon, Laos, Malaisie, Mongolie, Myanmar, Pakistan, Philippines et Singapour. L’article sélectionné sera publié dans l’onglet Perspectives du site Internet de Culture360.org.

Le site de Culture360.org vise à rapprocher l'Asie et l'Europe et se présente comme une plateforme véhiculant des informations, facilitant le dialogue et la réflexion sur les arts et la culture.

La date limite d’inscription est le 28 février 2011.

Pour connaître tous les détails de participation, veuillez vous référer au site Internet de Culture360.org.

Source :

Haut de la page

Québec accueille la Conférence interparlementaire sur la diversité des expressions culturelles

Les 2 et 3 février prochain, des parlementaires de la Francophonie se rencontreront à Québec (Québec, Canada) à l'occasion de la Conférence interparlementaire sur la diversité des expressions culturelles (CIDEC 2011).

Présidents d'assemblée, parlementaires et experts effectueront à cette occasion un suivi de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. La Conférence est organisée par l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), en collaboration avec l'Assemblée nationale du Québec.

La journée du 2 février, organisée en collaboration avec l’UNESCO et l’OIF, comportera, des exposés introductifs portant sur le processus de mise en œuvre, sur les stratégies afin de promouvoir la ratification et sur la visibilité de la Convention. De plus, les thèmes suivants seront abordés :

  • La culture comme facteur de développement durable
  • Du droit international aux politiques nationales pour la diversité des expressions culturelles

La seconde journée, le 3 février, sera organisée en collaboration avec l’OIF. On y traitera du soutien aux artistes et à la création, de même que des industries culturelles dans l’espace francophone. Des études de cas dans les domaines suivants seront présentées :

  • Le secteur de la musique et des variétés
  • Le secteur des métiers d’art
  • Le secteur du livre
  • Le secteur du cinéma et de la télévision

Le programme de ces deux jours se clôturera par une synthèse des travaux et une déclaration finale. Le Bulletin rendra compte de cet événement dans sa prochaine édition.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Le bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle consacre une édition spéciale au 5e anniversaire de la Convention

Une édition spéciale du bulletin d’information Accords bilatéraux et diversité culturelle est présentée à l’occasion du 5e anniversaire de la Convention sur la diversité des expressions culturelles. Cette édition se consacre aux enjeux juridiques et politiques de sa mise en oeuvre. Elle aborde ces questions d’intérêt :

Les origines de la Convention sur la diversité des expressions culturelles

  • L’avènement de l’exception culturelle
  • L’appropriation de la diversité culturelle
  • La diffusion de la diversité culturelle
  • Vers l’adoption de la Convention sur la diversité des expressions culturelles

Les États-Unis: la voie bilatérale, un moyen politique pour contourner la Convention sur la diversité culturelle

Les questions de la mise en œuvre de la Convention

  • Le rapport entre l’OMC et la Convention: un enjeu délibérément ambivalent
  • Le Fonds international pour la diversité culturelle
  • Des mesures concrètes en faveur de la mise en œuvre de la Convention

Cette édition spéciale propose également une analyse où on peut lire que : « Depuis la conférence ministérielle de l’OMC à Seattle en 1999 jusqu’à l’adoption par l’UNESCO de la Convention internationale sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (octobre 2005) et son entrée en vigueur, une pluralité d’acteurs ont cherché à défendre la cause de la diversité culturelle, en soulignant l’importance des politiques culturelles pour la protection et la promotion de celle-ci. La diversité culturelle s’est au fur et à mesure érigée en valeur du droit international, construisant également un cadre normatif autour d’elle, censé être un mécanisme de régulation de l’interface "commerce-culture" à l’échelle internationale. D’une part, elle tient une place à part entière au sein de la Convention qui prescrit certains engagements aux acteurs de la scène internationale. D’autre part, en tant que cadre normatif, la Convention tend à structurer un contexte politique des échanges, en jouant sur la force des discours d’énonciation et de dénonciation, tout en engageant les acteurs au sein d’un processus de négociation argumentée. Dès lors, la dimension internationale est omniprésente dans l’interface "commerce-culture" et la bataille des normes autour de sa gestion se déroule largement à l’échelle internationale. »

Accords bilatéraux et diversité culturelle est publié en français par le Centre d'études et d'intégration sur la mondialisation (CEIM) pour le compte de l'Organisation internationale de la Francophonie.

Source :

Haut de la page

« Culture et développement : Actions et réalisations »

C’est sous l’impulsion de la Commission européenne et de la Présidence belge de l’Union européenne (UE), qu’est publié Culture et développement : Actions et réalisations qui porte sur la synergie entre la culture et le développement. Ce document a été rendu public en décembre dernier, dans le cadre des Journées européennes de Développement.

« La publication rassemble 24 actions de coopération entreprises dans le domaine culturel en faveur des pays en développement, parmi lesquelles une grande majorité sont des exemples de meilleures pratiques, c'est-à-dire des projets ayant un impact mesurable sur le développement socio-économique des communautés concernées; et les autres sont des exemples de projets prometteurs, intéressants par leur approche innovatrice, mais assez récents et dont les résultats sont encore à venir.

À ces derniers ont été ajoutées quelques actions entreprises au sein des États Membres de l'UE, afin de montrer comment les fonds provenant des instruments communautaires internes ont été investis dans des projets liés à la culture et comment ils ont pu donner des résultats très intéressants, surtout en termes de développement local et régional. En substance, les expériences présentées dans cette brochure ont pour objectif de mettre en évidence la contribution et l'impact positif de la culture sur le processus de développement », précise la brochure qui résume son contenu.

De plus, il est intéressant de constater que « les actions présentées dans ce document sont hétérogènes et couvrent une large zone géographique, allant de l'Amérique latine, en passant par la mer Méditerranée et le continent africain, jusqu’aux pays de l'Asie centrale et orientale. En rassemblant des exemples provenant de différentes régions du monde, qui s'appliquent à des secteurs divers d’activité, à des moyens d'intervention, des résultats, des objectifs ou des budgets différents, la présente publication illustre la diversité des possibilités de coopération dans le domaine culturel. Elle forme en effet un "corpus d’expériences" qui témoigne de l'incontestable "binôme" Culture et Développement, tout en mettant en lumière les futurs défis qui devraient être surmontés pour assurer des résultats tangibles en matière de coopération culturelle», note le communiqué émis à cet effet.

Notons que cette publication est le fruit d’un travail conjoint et de la collaboration entre la Commission européenne et les trois présidences successives de l’UE : la présidence espagnole, la présidence belge et la présidence hongroise.

Ce document est accessible en versions française, néerlandaise et anglaise sur le site Internet de Culture et création facteurs de développement.

Source :

Haut de la page

Inde - Contenus hybrides et modernité vernaculaire : fin de l'impérialisme culturel ?

Le bulletin CapsulesMonde nous présente, dans sa dernière édition, l’ouvrage intitulé Cultural imperialism or vernacular modernity? Hindi newspapers in a globalizing India par Taberez Ahmed Neyazi (Media Culture Society, Volume 32, no 6, novembre 2010).

« En Inde, la montée des médias en langue hindi, depuis la fin des années 90, et la présence croissante de contenus hybrides de nouvelles locales et internationales amènent à repenser le concept d'impérialisme culturel. L'article propose une nouvelle définition, celle de "modernité vernaculaire", selon laquelle les journaux locaux parviennent désormais à percer un marché jusqu'alors dominé par les publications anglaises et à offrir à leurs lecteurs des produits répondant à leurs propres valeurs culturelles. Tout en utilisant la technologie et la modernité occidentales, ces médias maintiennent un discours autochtone alternatif et réussissent à adapter les contenus internationaux pour éveiller l'intérêt des lecteurs locaux. L'auteur utilise l'exemple du Dainik Bhaskar, un journal hindi en plein essor, pour illustrer cette réussite » résume CapsulesMonde.

Source :

Haut de la page

Cinquante ans après. Culture, politique et politiques culturelles

Cinquante ans après. Culture, politique et politiques culturelles vient de paraître. Cet ouvrage de référence fait suite au colloque organisé en octobre 2009 pour les cinquante ans du Ministère de la Culture et de la Communication de France.

« À l’occasion du cinquantenaire de sa création, le ministère de la Culture − qui fut l’un des premiers en Europe – s’interroge sur son rôle aujourd’hui. Il le fait dans une perspective comparatiste et à la lumière de l’expérience de ses homologues dans différents pays développés, compte tenu d’une société de plus en plus mondialisée, de l’ambition européenne, des bouleversements technologiques et de l’élargissement du champ patrimonial » peut-on lire dans le site du Ministère.

L’ouvrage est publié aux éditions La documentation française, sous la direction d’Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, et de Maryvonne de Saint Pulgent, présidente du comité d’histoire du Ministère.

Source :

Haut de la page

Tendances et défis des politiques culturelles. Cas nationaux en perspective. France – Angleterre – États-Unis – Allemagne – Espagne – Belgique – Suisse – Suède – Québec – Pays de Galles et Écosse – Les organisations internationales

Cet ouvrage, sous la direction de Diane Saint-Pierre et de Claudine Audet, se consacre aux politiques culturelles de divers pays occidentaux, à leurs évolutions, parfois convergentes, parfois divergentes, selon les priorités nationales de l’heure et les enjeux en présence.

Parmi les questions abordées, notons : « De quelle façon les États interviennent-ils dans la vie artistique et culturelle ? Sur quels fondements s’appuie la légitimité de leurs actions ? Quels enjeux ont-ils dû relever au fil du temps en matière de politiques culturelles ? Quels sont les grands défis qui, de nos jours, accentuent cette nécessité, ressentie par les uns et fortement réclamée par les autres, de renouveler les interventions culturelles publiques ? ».

L’ouvrage pose aussi un regard sur la nature et l’étendue du rôle joué en ce domaine par de grandes organisations internationales. En effet, un chapitre intitulé : « Le rôle grandissant des organisations internationales dans le domaine de la culture : regard sur le Conseil de l’Europe, l’Organisation internationale de la Francophonie, l’UNESCO et l’Union européenne » traite de ces acteurs devenus incontournables en raison de la politisation et de l’internationalisation des enjeux en culture et de la convergence de grandes priorités qu’ils font valoir notamment auprès de leurs États membres.

Cet ouvrage est disponible en français aux Presses de l’Université Laval.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

L'IFACCA annonce la mise sur pied d'un projet de base de données internationale sur les politiques culturelles

L'IFACCA (International Federation of arts councils and culture agencies) a annoncé, lors de la quatrième séance ordinaire du Comité intergouvernemental de la Convention en décembre dernier, son intention de travailler avec divers partenaires à la mise sur pied d'une base de données internationale sur les politiques culturelles.

Pour ce faire, l'IFACCA collabore avec les fondateurs du Compendium Cultural Policies and Trends in Europe ainsi que les représentants du Conseil de l'Europe et du European Institute for Comparative Cultural Research (ERICarts). Le but recherché est de rendre disponibles des profils de politiques culturelles par pays, permettant ainsi la surveillance et l'analyse des tendances internationales liées aux aspects clés de ce domaine. Les données seraient accessibles sur Internet et mises à jour régulièrement. Le projet s'appuierait sur des partenariats établis entre diverses instances intergouvernementales régionales.

Un groupe directeur international, formé de représentants de divers partenaires, mène le projet et vise le lancement d'une version préliminaire dans le cadre du Sommet mondial des arts et de la culture à Melbourne, en octobre 2011.

Source :

Haut de la page

Une conférence organisée par l'EUobserver aura pour thème: «Diversité culturelle et Europe 2020 : Nuisance ou nécessité ?»

Une conférence organisée par l'EUobserver aura lieu à Bruxelles le 26 janvier prochain et réunira des parties prenantes, des législateurs et des experts des institutions de l'UE, des États membres et des universités intéressés, notamment, par les industries créatives en Europe.

Parmi les questions qui seront traitées :

  • Comment la diversité culturelle européenne contribuera-t-elle à la stratégie Europe 2020 ?
  • Comment est-il possible de créer un marché intérieur de produits créatifs tout en aidant la diversité culturelle à s'épanouir ?
  • Que devrait contenir la future directive de la Commission européenne concernant la gestion des droits collectifs ?

Pour avoir plus d'informations concernant cette conférence, veuillez consulter le site Internet Media-Diversity Institute.

Sources :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Diversité des expressions culturelles : des témoignages mobilisateurs sur vidéo

Nous portons à votre attention des documents vidéo qui présentent des points de vue intéressants et mobilisateurs en lien avec la Convention sur la diversité des expressions culturelles.

Le site de l’UNESCO nous propose une intervention de Monsieur Francesco Bandarin, sous-directeur général pour la Culture et Directeur du Centre du patrimoine mondial à l’UNESCO qui invite les États membres de l’UNESCO n’ayant pas encore ratifié la Convention sur la diversité des expressions culturelles à le faire. « Une augmentation des ratifications consolidera la légitimité de cet instrument novateur et démontrera plus efficacement les liens entre culture et développement », de noter M. Bandarin. L’objectif est d’atteindre 135 ratifications à la fin de 2013. Cette vidéo est disponible en français et en anglais sur le site de la Convention.

Par ailleurs, la Coalition canadienne pour la diversité culturelle présente les témoignages d’acteurs présents lors de la dernière session du Comité intergouvernemental : Jordi Pascual, coordonnateur de la Commission de la culture de Cités et gouvernements locaux unis (CGLU); Gilbert Laurin, président du premier et deuxième CIG et de la deuxième Conférence des Parties (2009), ancien ambassadeur du Canada auprès de l’UNESCO; Garry Neil, directeur du Réseau international pour la diversité culturelle (RIDC); Vera Lacoeuilhe, présidente du deuxième CIG extraordinaire et du troisième CIG (2009), ministre conseiller, déléguée permanente adjointe de Sainte-Lucie auprès de l’UNESCO; Anna Steinkamp, coordonnatrice du Réseau U40, Commission allemande pour l’UNESCO et Christine M. Merkel, chef de la division culture et communication, Commission allemande pour l’UNESCO; Nina Obuljen, présidente du quatrième CIG (2010), Secrétaire d’État pour la Culture en Croatie; Michel Audet, représentant du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO; Charles Vallerand, secrétaire général de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle et directeur général de la Coalition.

Sources :

Haut de la page