Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 11, no 6, lundi 21 mars 2011

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l’occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d’élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il  a tenu depuis six rencontres, quatre ordinaires et deux extraordinaires.

La seconde session de la Conférence des Parties, qui s’est tenue à Paris les 15 et 16 juin 2009, a permis l’adoption des directives opérationnelles concernant neuf articles de la Convention. Le Comité intergouvernemental a été mandaté afin de poursuivre l’élaboration des directives opérationnelles.

Au moment d’écrire ces lignes, 116 Parties (115 États et la Communauté européenne en tant qu’organisation d’intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l’ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d’États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l’acceptent, l’approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Lancement du 2e appel à projets relatif au Fonds international pour la diversité culturelle

L’UNESCO annonce le lancement du 2e appel à projets pouvant être financés par le Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC). Les bénéficiaires du Fonds sont les pays en développement et les pays les moins avancés qui sont Parties à la Convention.

Remarquons que le Comité intergouvernemental a approuvé le financement de 31 projets par le FIDC, dans le cadre de la phase pilote du Fonds (plus de 250 demandes ont été reçues par l’UNESCO durant son premier appel à candidatures lancé en mars 2010).

La date limite pour appliquer est le 30 juin 2011.

Pour connaître toutes les exigences et modalités d’application ainsi que pour vérifier l’éligibilité à participer, nous vous invitons à consulter le site Internet de l’UNESCO.

Source :

Haut de la page

Retour sur la conférence de la Commission européenne soulignant le 5e anniversaire de l'adoption de la Convention de l'UNESCO

Le 8 décembre 2010, la Commission européenne, avec le soutien de la présidence de la Belgique au Conseil de l’UE, a organisé une conférence d’envergure soulignant le 5e anniversaire de l’adoption de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Parmi les thèmes abordés, notons la nécessité de prendre des actions pour assurer la mise en œuvre de la Convention et la reconnaissance grandissante du potentiel économique de la culture. Les intervenants ont insisté sur le besoin d’inclure systématiquement la culture dans les politiques et les instruments de développement afin d’optimiser son potentiel comme un outil de développement et de croissance durable.

Il est maintenant possible de consulter différents documents sur le site Internet de la CE, notamment: le discours d’ouverture de M. Francesco Bandarin, sous-Directeur général pour la culture et directeur du Centre du patrimoine mondial et le discours de Androulla Vassiliou, commissaire européenne responsable de l'éducation, de la culture, du multilinguisme et de la jeunesse. Il est également possible de visualiser une vidéo qui témoigne de l’atmosphère de la conférence.

Source :

Haut de la page

Nouvelles contributions au Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

L’Azerbaïdjan, la Chypre, la Finlande et la Norvège ont contribué récemment au Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC). Notons la contribution importante de la Norvège qui s’élève à 664 473,22 $ US. Quant à la Finlande (26 281, 20 $), elle en est à son 5e versement au Fonds.

Le Fonds international pour la diversité culturelle est un Fonds volontaire multi-donateurs qui a pour objectif de promouvoir la coopération pour le développement durable et la réduction de la pauvreté en vue de favoriser l’émergence d’un secteur culturel dynamique dans les pays en développement. Les ressources du FIDC proviennent des contributions volontaires des Parties ainsi que de celles d’autres États, d’organisations régionales ou internationales, d’organismes publics ou privés ou de personnes privées. La Conférence des Parties a recommandé que les Parties versent au Fonds des contributions annuelles d’un montant au moins égal à un pour cent de la contribution de leur pays au budget de l’UNESCO.

En date du 9 mars 2011, le montant total des contributions au Fonds s’élevait à 3 709 675,15 $ US.

Source :

Haut de la page

Appel pour participer à des formations à Singapour et à Izmir en Turquie pour de jeunes gestionnaires de festivals

Un appel est lancé pour réunir de jeunes gestionnaires de festivals provenant de différentes parties de monde afin qu’ils participent à des ateliers de formation qui auront lieu cette année à deux reprises, soit du 14 au 21 mai à Singapour et du 24 au 31 octobre à Izmir, en Turquie. Ces ateliers intensifs qui se dérouleront sur une semaine ont pour objectif de partager des expériences et des connaissances sur les arts, les artistes, les formules et les thèmes de festivals avec des créateurs de festivals. Ces ateliers vont rassembler 45 gestionnaires de festivals du monde, tels que Bernard Faivre d’Arcier, Rose Fenton, Goh Ching Lee, Hugo De Greef and Nele Hertling. La formule choisie comprend notamment des discussions de groupe ainsi que des études de cas.

La date limite d’inscription pour participer aux ateliers du mois d’octobre est le 7 avril 2011.

Pour avoir tous les renseignements concernant le dossier de candidature, consultez le site Internet de European Festivals Association.

Source :

Haut de la page

Appel à propositions pour la 37e Conférence annuelle Social Theory, Politics and the Arts (STPA)

C’est du 13 au 17 octobre prochain qu’aura lieu à l’Université du Kentucky Lexington (Etats-Unis) la 37e Conférence annuelle Social Theory, Politics and the Arts (STPA) intitulée « Politiques culturelles et administration des arts : évolution et continuité ».

Entre autres questions soulevées à la Conférence : « Comment les arts s’adapteront-ils à une nouvelle réalité? Comment les décisions de principe influenceront-elles les arts et les artistes? Quelles sont les solutions de rechange pour la communauté artistique? Comment les institutions artistiques et les artistes s’adapteront-ils à la nouvelle infrastructure? Comment définiront-ils la continuité au XXIe siècle? Comment ces tendances et ces forces s’esquissent-elles aux États-Unis et ailleurs? ».

Les propositions visant à aborder ce thème selon une variété de points de vue, soit dans le cadre d’une présentation individuelle, soit lors d’une discussion de groupe, sont particulièrement souhaitables. Les propositions traitant des questions plus générales touchant la politique culturelle, les intervenants du milieu, les arts et la création artistique seront aussi acceptées.

Le Social Theory, Politics and the Arts est un regroupement interdisciplinaire de chercheurs, de décideurs et d’étudiants qui se penche sur les tendances, les pratiques et les politiques touchant les arts dans le monde entier.

La date limite de présentation des propositions est le 22 avril 2011.

Source:

Haut de la page

Publications récentes

La Commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat français se penche sur la Convention de 2005

Le 10 mars dernier, l’ambassadrice et déléguée permanente de la France auprès de l'UNESCO, Mme Rama Yade, a été entendue devant la Commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat français au sujet de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Sous la présidence de M. Jacques Legendre, la Commission cherchait notamment à faire un bilan de la Convention et à questionner sur la stratégie poursuivie par l’UNESCO pour promouvoir la diversité des expressions culturelles. Voici quelques extraits des propos de Mme Yade:

« [...] Or cette Convention est en soi un succès. Elle représente en effet une avancée majeure sur les principes : elle a renouvelé la conception de la culture dans le champ international. [...] Les apports de cette Convention sont cependant plus profonds, et ils sont à ce point passés dans le sens commun que l'on en oublie que c'est elle qui les a gravés sur les tables de la loi internationale. Les biens et services culturels ne peuvent être considérés comme de simples marchandises — c'est ce à quoi renvoie maladroitement la formule d'exception culturelle. Les États ont donc le droit de conduire des politiques culturelles publiques, le marché ne garantissant pas l'allocation optimale des ressources dans le secteur de la culture. [...]

La Convention favorise la création d'industries et de réseaux culturels plus variés, face à une logique de concentration toujours plus grande. Comment faire ? Entre 2005 et 2010, les États parties se sont livrés à un exercice long et nécessaire consistant à rédiger des directives opérationnelles, c'est-à-dire des décrets d'application de la Convention. Ce travail de bénédictin a laissé croire à une éclipse passagère de la Convention. Il n'en est rien. Ses mécanismes opérationnels en faveur des pays en développement sont maintenant en place et commencent à fonctionner. Les renforcer est prioritaire. [...]

L'article 20 de la Convention a posé des principes clairs : « le soutien mutuel, la complémentarité et la non-subordination », cela en relation avec les autres instruments internationaux dont l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Je crois qu'il serait prématuré d'aller au-delà car les interprétations juridiques sont incertaines : nous ne savons pas comment serait arbitré un différend entre les règles de l'OMC et celles de la Convention. Certains pays sont parfois tentés, sous des pressions amicales, de renoncer à des droits qu'ils tiennent de la Convention sur la diversité des expressions culturelles lors de la conclusion d'accords bilatéraux de libre-échange. Les enjeux ne se limitent pas à l'interprétation du droit, ils concernent aussi l'économie, en particulier dans le domaine des biens audiovisuels, et la Convention peut être contournée, c'est le risque majeur.

Pour y faire face, l'Union européenne et la France ont adopté leur propre stratégie. Dans nos accords de coopération ou d'échanges culturels, partout où cela est possible, nous faisons référence à la Convention de 2005 et déclinons ses principes et normes. Ce sont dans ces accords bilatéraux, plus ponctuels, que la Convention prend son sens. [...]

Encore jeune, elle n'a pas porté tous ses fruits, et elle est encore riche de potentialités importantes. Soyons patients, laissons le temps au temps. Mais restons très actifs, à travers la francophonie notamment, tant pour veiller à la bonne mise en œuvre de la Convention que pour la renforcer face à d'autres instruments internationaux ».

Il est possible de lire le compte rendu intégral de l’audition de Mme Rama Yade sur le site Internet du Sénat français.

Source :

Haut de la page

Accords bilatéraux et diversité culturelle, édition du 7 mars 2011

Dans son édition du 7 mars, le bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle nous propose les sujets d’intérêt suivants :

Politique commerciale

  • Négociations de l’Accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada : l’exception culturelle menacée?

Industrie audiovisuelle

  • Restructuration du programme MEDIA : de sérieuses inquiétudes du monde cinématographique européen
  • Fréquentation cinématographique : résultats mitigés dans l’UE, aux États-Unis et au Québec
  • Livre blanc sur les droits et la rémunération des auteurs audiovisuels en Europe

Enjeux numériques

  • De nouvelles initiatives de Google
  • Offensive états-unienne contre le téléchargement illégal
  • L’économie du livre en restructuration
  • Le streaming vidéo : un marché en floraison

Publications

Le bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle est réalisé par le Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation pour l’Organisation internationale de la Francophonie.

Source :

Haut de la page

Blogueurs culturels européens interviewés

LabforCulture.org, une organisation partenaire du European Cultural Foundation, a, en 2009, questionné neuf blogueurs culturels européens provenant notamment de l’Espagne, de la Pologne, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de l’Autriche et des Pays-Bas. Les interviewés exerçant diverses professions dans le domaine culturel ont répondu à des questions portant entre autres, sur leur profil, leur motivation, le contenu de leurs blogues, le public cible et les modèles économiques sur lesquels ils s’appuient. Les réponses à toutes ces questions sont, depuis 2010, regroupées dans une publication intitulée Cultural Bloggers interviewed. Dans ce cadre, il est également possible d’accéder à une carte interactive de blogage culturel européen.

Pour télécharger la publication, veuillez consulter le site Internet de LabforCulture.org.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Colloque sur l'évolution des politiques culturelles du Québec depuis 50 ans

Dans le cadre du 50e anniversaire de la fondation du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine se tiendra les 4 et 5 avril prochain à HEC Montréal un colloque ayant pour thème principal : l’évolution des politiques culturelles du Québec depuis 50 ans.

Parmi les objectifs du colloque, notons celui d’établir une analyse comparative avec d’autres régions et pays sur l’évolution des politiques culturelles, particulièrement avec le Canada anglais, les États-Unis et les pays de la communauté européenne et traiter des enjeux de politique culturelle qui se posent au XXIe siècle. Il s’agira également de donner suite aux colloques « Pouvoirs publics et politiques culturelles : enjeux nationaux (HEC, 1991) », et « Colloque international sur les tendances et les défis des politiques culturelles dans les pays occidentaux (Québec, 2008) ».

Ce colloque s’adresse aux chercheurs et étudiants, représentants des agences et des pouvoirs publics, artistes et professionnels de la culture, associations professionnelles, conseils de la culture et regroupements.

Pour plus d’informations sur cet événement, vous pouvez consulter le site Internet HEC Montréal - Chaire de gestion des arts.

Source :

Haut de la page

Fonds de développement et d'échange culturel Danemark-Vietnam

Le Fonds de développement et d’échange culturel (CDEF) offre son soutien aux artistes contemporains et aux représentations culturelles au Vietnam, ainsi qu’aux activités d’échange culturel entre le Danemark et le Vietnam, qui ont pour but de mettre les deux cultures en présence et de favoriser l’inspiration, la collaboration et la compréhension entre les artistes et citoyens des deux pays. Ainsi, dans la mesure du possible, les artistes danois se produisant au Vietnam devraient mettre à contribution leurs homologues vietnamiens, et vice versa. S’il y a lieu, les performances données dans un pays pourraient être reprises dans l’autre pays.

Les organismes et les ressortissants danois et vietnamiens peuvent demander l’appui du CDEF pour leurs projets, et ce, deux ou trois fois par année. Les dates limites sont fixées au 15 juin et au 15 septembre 2011.

Source :

Haut de la page

Formation sur la promotion des arts et le réseautage en Afrique, à Bamako au Mali

Du 10 au 16 avril prochain aura lieu la 3e édition de l’école d’hiver d’Arterial Network (Third Winter School on Arts Advocacy and Networking) à Bamako au Mali. Cette formation a pour objectif « d’aider à construire et à consolider des réseaux durables d’artistes sur le continent africain en familiarisant les délégués à l’utilisation de boîtes à outils développées par Arterial (Plaidoyer pour les arts et mise en réseau, collecte de fonds, marketing des arts, politiques culturelles) » nous informe le site Internet de la Coalition pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

L'Association des cinémas parallèles du Québec : plus de 30 ans au service de la diversité des expressions culturelles

Depuis 1979, l’Association des cinémas parallèles du Québec (ACPQ) vise à rendre accessible, sur l’ensemble du vaste territoire québécois, un cinéma diversifié et de qualité. L’ACPQ concourt ainsi à promouvoir la diversité des expressions culturelles.

Le site Web de l’organisme rappelle que sa raison d’être est de « regrouper les organisations du cinéma non commercial du Québec dans le but de promouvoir auprès des Québécois la culture cinématographique et de développer une activité de loisir cinématographique diversifiée et de qualité ».

Parmi les membres de l’Association, plusieurs sont réunis sous la bannière RÉSEAU PLUS et reçoivent ainsi un soutien à la programmation. Le RÉSEAU PLUS, créé en 1992, est axé sur la diffusion de films d’auteur québécois et étrangers récents, en 35 mm ou en numérique selon les endroits. Il regroupe une quarantaine de salles qui forment un véritable circuit dans toutes les régions du Québec grâce à l’implication des gens du milieu. Gérées par des corporations sans but lucratif, ces salles sont situées, en général, dans des lieux de diffusion polyvalents (centres culturels, salles de spectacles, auditoriums).

Chaque salle offre annuellement une programmation soigneusement élaborée de 12 à 40 films d’auteur souvent primés ou remarqués lors de festivals internationaux, mais généralement peu diffusés en dehors des grands centres. Des courts métrages sont aussi à l’affiche et une place de choix est réservée aux cinéastes de la relève.

Par ailleurs, le programme L'OEIL CINÉMA (L’Outil pour l'Éducation à l'Image et au Langage CINÉMAtographiques) offre aux enseignants du secondaire l’accès gratuit à une banque de films et à du matériel pédagogique qui aborde nombre de thématiques cinématographiques.

L’ACPQ publie également la revue Ciné-Bulles qui se consacre avant tout au cinéma d’auteur.

Source :

Haut de la page

Rencontre interaméricaine du forum U40 à Toluca au Mexique

Du 19 au 22 mai prochain à Toluca au Mexique se tiendra la rencontre interaméricaine du groupe U40. Organisée par la mairie de Toluca en partenariat avec l’Université autonome de Mexico, cette rencontre mettra l’accent sur la mise en œuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles au niveau des villes et des communautés. Parmi les questions posées, remarquons notamment : Quelles politiques culturelles peuvent être proposées aux gouvernements locaux pour promouvoir les expressions culturelles locales? Quelles sont les mesures règlementaires qui peuvent être mises en place afin d’assurer un échange équitable de biens et services culturels aux autochtones et aux minorités? Quelles sont les activités ou projets que la société civile peut mettre en œuvre au bénéfice de la protection et de la promotion de la diversité des expressions culturelles au niveau local? Quelles activités peuvent être mises sur pied pour sensibiliser la communauté à l’importance de la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles?

Le programme U40 offre aux jeunes experts de la culture, des experts en politiques culturelles en mi-carrière, de jeunes professionnels de la culture, des juristes, ainsi que des étudiants de 2e ou 3e cycle, des doctorants et d’autres professionnels qualifiés de moins de 40 ans, l’opportunité de participer à un débat international sur la diversité culturelle et sur la mise en œuvre de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Le programme U40 a été initié par la Commission allemande pour l’UNESCO en 2007.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Festival South by Southwest 2011

Du 11 au 20 mars s’est tenu le Festival South by Southwest à Austin, Texas (États-Unis). Cet événement d’envergure internationale déploie une diversité d’expressions culturelles, en offrant des spectacles de musique, du cinéma et du multimédia interactif. Il est un des grands salons internationaux qui rend accessibles une vitrine et une plateforme de lancement pour la promotion et la diffusion de la création artistique de nouveaux créateurs. Notons qu’il s’agissait d’une première présence pour le Québec qui présentait une quarantaine de formations musicales, des films québécois et des réalisateurs ainsi qu’une dizaine d’entrepreneurs du secteur du multimédia interactif.

Sources :

Haut de la page