Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 11, no 16, lundi 3 octobre 2011

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Communiqués, discours, déclarations

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en œuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours !

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en œuvre de la Convention. Il a tenu depuis six rencontres, quatre ordinaires et deux extraordinaires.

La troisième session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris les 14 et 15 juin 2011, a permis l'approbation des directives opérationnelles relatives à trois articles de la Convention et celles à propos des mesures destinées à assurer la visibilité et la promotion de la Convention. Au total, douze articles de la Convention comportent maintenant des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 118 Parties (117 États et la Communauté européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en œuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion ! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Communiqués, discours, déclarations

Culture et négociations commerciales Canada-UE : une réponse du commissaire européen au commerce Karel De Gucht

Le 26 juillet 2011, Mme Helga Trüpel et Mme Petra Kammerevert, eurodéputées allemandes, ont interrogé, via le mécanisme parlementaire des questions écrites, le commissaire européen au commerce, M. Karel De Gucht, relativement aux négociations commerciales en cours de l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne (UE).

Leurs questions portaient notamment sur le traitement réservé au secteur culturel dans cet accord et plus généralement, sur la conciliation entre la politique commerciale de la Commission européenne et ses engagements culturels en vertu de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Le 13 septembre 2011, le commissaire européen au commerce a offert une réponse commune aux deux parlementaires, affirmant notamment au sujet de la diversité des expressions culturelles ce qui suit :

[…]
« La diversité culturelle est une question qui est importante à la fois pour l'UE et le Canada. Les deux parties considèrent qu'il est important de promouvoir la diversité culturelle, tout en garantissant en même temps que l'AECG Canada-UE soit un accord ambitieux, offrant un niveau profond d'intégration économique ».

À une question de Mme Trüpel à savoir si l'Union européenne et le Canada ont une conception différente de certains services culturels et de leur classement, M. De Gucht précise « qu'à ce stade des négociations, la Commission n'est pas en mesure d'indiquer s'il y a des divergences de vues [entre Canadiens et Européens] sur les services culturels et leur classement ».

Selon la Coalition française pour la diversité culturelle, cette réponse « n'apporte pas de précision sur l'acceptation par les Européens de l'exclusion horizontale des services culturels et audiovisuels [mieux connue sous le nom d'exemption culturelle générale] habituellement défendue par les Canadiens dans leurs négociations bilatérales ».

Pour consulter les questions de Mme Kammerevert et de Mme Trüpel ainsi que la réponse de M. De Gucht, veuillez consulter le site Internet de la Coalition française pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Entrevue avec Ivan Bernier : Portée de la résolution sur l'article 21

Le professeur Ivan Bernier est considéré comme un des pères de la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. Il a écrit de nombreuses analyses sur la mise en œuvre de cette dernière et sa relation avec les instruments internationaux de commerce.

Étant retraité depuis peu, il a partagé avec la Coalition canadienne pour la diversité culturelle, son analyse de la résolution sur l'article 21 adoptée par la Conférence des Parties en juin 2011.

Pour rappel, dans la Résolution 3.CP 11, « [la Conférence des Parties] demande au Secrétariat, dans le cadre de la mise en œuvre de la Section V de la Convention sur les relations avec les autres instruments, de répertorier, en rapport avec l'article 21, les cas où la Convention est invoquée et utilisée dans d'autres enceintes internationales, et de les porter à la connaissance du Comité pour examen à chaque session ordinaire. »

Entre autres choses, M. Bernier se dit satisfait du libellé de cette résolution:

[…]
« L'exercice qui va être lancé est préférable à ce qu'aurait pu donner une tentative d'élaborer dès maintenant des directives opérationnelles. L'obligation de s'entendre sur des directives aurait pu mener à des résultats décevants puisque pour éviter des débats houleux sur certains sujets on aurait couru le risque de s'en tenir à des généralités trop évasives pour donner des résultats concrets ou pour permettre un vrai dialogue sur des questions importantes. Comme les Parties seront libres de présenter ce qu'elles croient être de bonnes pratiques, elles seront assurément moins réticentes à exposer leurs points de vue. »

Avec cet exercice, le professeur Bernier envisage notamment les possibilités suivantes pour les Parties et la société civile:

[…]
« Si une Partie identifie comme bonne pratique le fait de prendre des mesures dans le cadre de négociations commerciales pour préserver sa capacité d'élaborer ou de mettre en œuvre sa politique culturelle, elle sera à l'aise de le faire parce que personne n'y verra une pratique de portée universelle qu'on tente d'imposer à toutes les Parties […] Ainsi compris, cet exercice rejoint l'objectif fondamental des directives opérationnelles qui est de faciliter la mise en œuvre de la Convention. »

[…]
« Le fait d'accorder de telles réserves ou exemptions à des partenaires signataires de la Convention qui en font la demande dans le cadre de négociations des accords de commerce est assurément une pratique qui devrait être reconnue par toutes, car elle est en ligne droite avec les droits réciproques qu'ont reconnus les Parties en ratifiant la Convention. »

[…]
« Cet exercice ne peut pas se limiter qu'aux échanges entre les Parties. La société civile doit pouvoir aussi s'exprimer. Les Coalitions, en premier lieu, doivent faire état de leurs propres points de vue, soit en rédigeant des documents, soit en s'exprimant lors des sessions du Comité intergouvernemental. »

Pour lire l'intégral de l'entrevue avec le professeur Bernier, veuillez consulter le site Internet de la Coalition canadienne pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Nouvelle mesure d’aide du CALQ à la coproduction internationale pour les arts et les lettres

Le 29 septembre 2011, la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, Mme Christine St-Pierre, a annoncé la mise en œuvre d’une nouvelle mesure d’aide à la coproduction internationale destinée aux organismes artistiques et littéraires québécois par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ).

« Cette mesure [permettra aux organismes québécois] de disposer d'un levier financier qui stimulera l'investissement monétaire de coproducteurs établis à l'extérieur du Québec, car le CALQ accordera des subventions de contrepartie qui s'ajouteront au financement de ces coproducteurs », a déclaré la ministre St-Pierre.

Les modalités de cette mesure sont adaptées à deux grands ensembles artistiques : la Mesure d'aide à la coproduction en arts de la scène et en arts multidisciplinaires est destinée aux organismes de création et de production en théâtre, en danse, en musique, en arts du cirque ou en arts multidisciplinaires qui souhaitent réaliser une production québécoise originale en collaboration avec un ou plusieurs partenaires hors Québec et la Mesure d'aide à la coproduction en arts médiatiques, en arts visuels, en littérature, en métiers d'art et en recherche architecturale s'adresse aux organismes qui souhaitent réaliser une production, une performance ou une exposition originale en collaboration avec un ou plusieurs partenaires hors Québec.

Bien que cette mesure nationale soit destinée aux organismes du Québec, elle constitue une bonne pratique au sens de l’article 12 de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles traitant de la coopération internationale puisqu’elle favorise notamment les coproductions internationales. En effet, cette mesure contribuera aux échanges de réciprocité entre le Québec, le reste du Canada et les pays étrangers.

Tous les détails figurent sur le site Internet du CALQ.

Source :

Haut de la page

Publications récentes

Accords bilatéraux et diversité culturelle, vol. 6, no 8

Dans son édition du 3 octobre 2011, le bulletin Accords bilatéraux et diversité culturelle nous propose les sujets d'intérêt suivants :

Politique commerciale

  • Accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada : de fortes inquiétudes sur les positions peu précises de la Commission européenne

Enjeux numériques

  • Contrefaçon : entente possible entre Google et trois éditeurs français

Industrie audiovisuelle

  • Des mesures publiques en faveur de l’industrie cinématographique : France, Irlande, Allemagne, Argentine
  • Exportation des programmes audiovisuels français : Un essor considérable

Actualités

  • Publications récentes
  • Conférences-Forums

Accords bilatéraux et diversité culturelle est réalisé par le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) pour l'Organisation internationale de la Francophonie.

Source :

Haut de la page

Les « Statistiques culturelles » d'Eurostat, deuxième édition

Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne (UE), a publié la deuxième édition de son livre de poche « Statistiques culturelles ». Cet ouvrage dresse le bilan, faits et chiffres à l'appui, de la participation culturelle, de l'emploi et de la situation économique des secteurs culturels, du commerce extérieur de biens culturels et des dépenses des ménages consacrées à la culture des 27 pays membres de l'UE, des 4 pays membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE) et des pays candidats à l'adhésion à l'UE.

Pour télécharger l'édition 2011 de cette publication, disponible en anglais uniquement, veuillez consulter le site Internet de la Commission européenne.

Sources :

Haut de la page

Statistiques culturelles de Singapour 2011

Le ministère de l'Information, des Communications et des Arts de Singapour vient de publier les Statistiques culturelles de Singapour 2011.

L'objectif de cette publication est de fournir une mise à jour sur les arts et le secteur culturel à Singapour, et cela, par une analyse des statistiques culturelles des dernières années de cette cité-État. Les sujets examinés dans ce document incluent les arts et performances culturelles de divers genres (danse, musique, théâtre et arts littéraires), les activités liées au patrimoine ainsi que l'utilisation des services de bibliothèque.

Pour télécharger cette publication, veuillez consulter le site Internet de la Fédération internationale de conseils des arts et agences culturelles (FICAAC).

Source :

Haut de la page

Politiques culturelles en Australie

L'ouvrage Politiques culturelles en Australie  (Cultural Policies in Australia) dresse le profil des politiques artistiques et culturelles dans toutes les sphères du gouvernement australien. Il retrace l'évolution des organismes culturels fédéraux et de ceux des États ainsi que des politiques relatives à toutes les formes d'art, aux médias publics et commerciaux, aux affaires autochtones, au patrimoine, à l'éducation, à la formation et à l'économie.

Politiques culturelles en Australie aborde en outre de grandes initiatives politiques mises en œuvre dans le domaine culturel telles que la politique culturelle du Commonwealth de 1994, la « Nation créative » (« Creative Nation »), et présente sommairement de grandes enquêtes, notamment celles sur l'importation parallèle de livres, les principaux arts de la scène ainsi que les arts visuels et l'artisanat contemporains.

Le profil des politiques culturelles de l'Australie sera intégré à WorldCP, une base de données centrale en ligne des profils des politiques culturelles nationales, inspirée du renommé Compendium des politiques et tendances culturelles en Europe qui regroupe les profils de 42 pays, soit 41 d'Europe et le Canada.

Pour consulter l'ouvrage en question, veuillez visiter le site Internet du Conseil australien pour les Arts (Australia Council for the Arts).

Source:

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Rencontre de cinéastes de l'Afrique, des Caraïbes et de leurs diasporas

La première Rencontre de cinéastes de l'Afrique, des Caraïbes et de leurs diasporas a eu lieu à La Havane (Cuba) pendant la Présentation itinérante du cinéma des Caraïbes, du 12 au 16 septembre 2011.

D'importants films comme « Drum » de la réalisatrice sud-africaine Zola Maseko, « Ramata » du congolais Leandre-Alain Baker, « Bamako » du mauritanien-français Abderrahmana Sissako et « Un homme qui crie » du tchadien Mahamat-Saleh Haroun, ont été présentés aux participants des Caraïbes ainsi qu'au grand public cubain.

Cette rencontre a été une bonne occasion pour renforcer les liens et la coopération cinématographique entre les deux régions. En outre, elle a contribué à un partage d'information, d'expertise et à l'établissement de réseaux avec les cinéastes et les institutions africaines, afin de développer des plateformes subrégionales et en coordination avec les réseaux existants en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Cette rencontre constituait également la première opportunité pour lancer la mise en œuvre du projet UNESCO « Caméras de la Diversité » («Cámaras de la Diversidad ») à travers l'Afrique, un projet qui était auparavant mené en Amérique latine et dans les Caraïbes. En soi, le projet « Caméras de la Diversité » constitue une bonne pratique au regard de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en termes de coopération internationale puisque depuis 2005, il a contribué à renforcer les politiques institutionnelles et légales, les capacités des communautés indigènes et afro-descendantes dans les domaines de la production et de la gestion et à diffuser leur production par voie numérique.

Source:

Haut de la page

« Cultural Box » : une vidéothèque virtuelle sur la gestion de la culture et les politiques culturelles

Vidéothèque virtuelle spécialisée dans la gestion de la culture et les politiques culturelles, « Cultural Box » a été conçue par le Programme de gestion et des politiques culturelles de l'Université de Barcelone. Son objectif est de mettre à la disposition des professionnels de la culture, un volumineux catalogue de vidéos en ligne.

Chaque mois, « Cultural Box » recommande une sélection de vidéos sur la gestion de la culture et les politiques culturelles provenant du monde entier. Elle présente actuellement des vidéos en anglais, en espagnol, en catalan, en italien et en français. Les professionnels de la culture du monde entier sont invités à envoyer leurs recommandations et leurs liens.

Cette ressource diffusée en libre-accès aux professionnels, aux étudiants ou aux experts qui s'intéressent au sujet est un exemple de bonnes pratiques en termes de partage d'information, d'échange et d'expertise dans le domaine culturel, au sens de l'article 12 (coopération internationale) de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.

Sources :

Haut de la page

Bourses pour artistes UNESCO-Aschberg : Appel à candidatures

L'appel à candidatures pour les Bourses UNESCO-Aschberg est maintenant ouvert. Pour l'année 2012, le Programme offre des bourses dans les domaines suivants : la création littéraire, la musique et les arts visuels.

Le Programme des Bourses UNESCO-Aschberg s'inscrit, depuis 1994, dans une stratégie de l'UNESCO d'encouragement à la diversité culturelle et au dialogue interculturel. Son objectif est d'offrir de nouvelles expériences à de jeunes artistes et de les aider à compléter leur formation dans des pays dont ils ne sont pas originaires.

Le Programme propose des résidences dans le monde entier pour les jeunes artistes âgés entre 25 et 35 ans. Il vise ainsi à promouvoir la créativité, les échanges culturels et à donner la possibilité aux artistes de s'enrichir au contact d'autres cultures. Ces expériences de résidences exercent un rôle de catalyseur pour le développement des expressions artistiques de toutes les cultures du monde.

Au regard de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, ce programme constitue une bonne pratique en termes de coopération pour le développement (article 14), puisqu'il accorde la priorité aux artistes et aux institutions des pays en développement, dans le but d'accroître la coopération Nord-Sud et Sud-Sud.

Afin d'accéder à l'appel à candidatures (lequel varie selon l'institution de résidence choisie par l'artiste) et pour obtenir de plus amples informations à propos du Programme, veuillez consulter le site Internet de l'UNESCO.

Source :

Haut de la page

Conférence « Rayonnement des Arts » : Inscription

L'inscription à la Conférence « Rayonnement des Arts » (Conference Radius of Art »), qui aura lieu à Berlin (Allemagne) les 8 et 9 février 2012, a débuté.

Organisée par la Fondation Heinrich Böll, cette conférence internationale a pour objectif d'offrir un lieu de dialogue, d'échange d'idées et d'expériences entre des acteurs clés au sein des secteurs culturel, académique et politique de l'Allemagne, de l'Union européenne et de l'international. Cette rencontre constitue donc en soi une bonne pratique en matière de coopération internationale (Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, article 12), puisqu'elle permettra de renforcer et d'élargir les structures et réseaux existants, d'initier des partenariats à long terme entre les organisations internationales et allemandes et de lancer des processus d'apprentissage en commun.

Des thèmes comme la participation à des projets d'art dans l'espace public, l'art comme outil de transformation sociale ainsi que la nouvelle alliance entre esthétique et durabilité seront au menu de cette rencontre.

La conférence se conclura par une discussion au sujet des types de réformes structurelles qui sont nécessaires au niveau national, à l'égard de la Convention pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles de l'UNESCO, afin que les projets de développement culturel de même que les projets controversés d'art public reçoivent la reconnaissance qu'ils méritent dans l'esprit de la coopération internationale.

Pour obtenir plus d'informations à propos de cet événement et pour accéder au formulaire d'inscription, veuillez consulter le site Internet de la Conférence « Rayonnement des Arts ».

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Conférence conjointe des pays nordiques 2011

La conférence conjointe des pays nordiques édition 2011 intitulée : « L'avenir de la recherche sur le développement : explorer les perspectives nordiques » aura lieu à Copenhague (Danemark) les 24 et 25 novembre prochain.

Parmi les ateliers offerts au cours de cette conférence, un se concentrera plus spécifiquement sur le thème « Culture et développement : le rôle et la signification du développement culturel durable dans le développement de la recherche et de la pratique ».

Cet atelier conviera les participants à un débat autour d'enjeux, dont les suivants : définitions de la culture et de la durabilité culturelle dans le cadre des politiques liées au développement et à la culture dans les pays nordiques et à l'échelle internationale; rôle de la politique culturelle internationale et des industries culturelles/créatives dans le contexte du développement; droits culturels, diversité et développement durable.

Pour plus de renseignements concernant cette conférence, veuillez consulter le site Internet de L'Association des chercheurs en développement du Danemark (The Association of Development Researchers in Denmark-FAU).

Source:

Haut de la page