Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 14, no 2, lundi 3 février 2014

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en oeuvre de la Convention. Il a tenu depuis huit rencontres, six ordinaires et deux extraordinaires.

La quatrième session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris du 11 au 13 juin 2013, a permis l'approbation des directives opérationnelles régissant l'utilisation de l'emblème de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ainsi que les Orientations révisées sur l'utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle. Au total, douze articles de la Convention comportent maintenant des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 134 Parties (133 États et l'Union européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en oeuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Publications récentes

Synthèse du séminaire sur la mise en oeuvre de la Convention de 2005 de l'UNESCO

En septembre 2013 se tenait à Montréal un séminaire de réflexion sur le bilan de la mise en oeuvre de la Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles. Le thème du séminaire de réflexion était : « Convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles : à la hauteur des attentes ou déception? ». La Coalition pour la diversité culturelle, organisatrice de l'événement, vient de publier la synthèse finale et le rapport de l'activité.

Lors du séminaire, des ateliers ont eu lieu afin de réfléchir, d'échanger et de recommander des pistes d'action sur la mise en oeuvre de la Convention. Un des ateliers portait sur la question de la diversité des expressions culturelles et les accords commerciaux, et le second traitait des enjeux liés au numérique et à l'exemption culturelle. Finalement, un troisième atelier s'est déroulé sur le thème de la gouvernance et des relations avec les citoyens.

Ce séminaire était le premier d'une série qui réunira des académiciens, des membres des administrations publiques et politiques, et d'autres membres de la société civile. Le second séminaire sera organisé par le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) et la Coalition pour la diversité culturelle. Il portera sur « l'articulation commerce-culture à l'ère du numérique » et aura lieu le 14 mars 2014. Des informations plus détaillées sur ce séminaire suivront dans un prochain bulletin.

Nous vous invitons à consulter la synthèse finale, contenant les principaux constats et pistes d'action, ainsi que le rapport d'activité sur le site Internet de la Coalition pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Publication d'une étude sur l'impact économique des industries créatives dans les Amériques

Réalisée par l'Oxford Economics, pour le compte de l'Organisation des États américains (OÉA), la Banque interaméricaine de développement (BID) et le British Council, cette étude porte sur l'impact des industries créatives sur l'économie des pays d'Amérique. Le document a été présenté dans le cadre du 6e Sommet mondial sur les arts et la culture qui s'est tenu à Santiago, Chili, du 13 au 16 janvier 2014.

Selon les données du rapport, la valeur des exportations mondiales en biens et services culturels en 2011 représentait 640 milliards de dollars, dont 14 % provenaient des Amériques. Le rapport s'appuie sur des données tirées de 34 pays en Amérique et prend à titre de référence 10 pays d'autres régions du monde. L'étude a notamment permis d'observer les variations qui existent entre les pays quant à la contribution du secteur culturel au PIB. Par exemple, le secteur créatif contribue à 2 % du PIB au Chili alors que celui-ci représente 10 % du PIB brésilien ou états-unien.

Lors de la présentation du rapport au Sommet, les trois organisations ont entre autres mentionné l'importance du secteur créatif sur le développement économique. Les organisations ont aussi rappelé l'importance d'harmoniser les mécanismes de politiques afin de les rendre plus rigoureux et d'assurer par le fait même la prise en compte des besoins du secteur créatif.

Nous vous invitons à consulter le rapport sur le site Internet de l'Organisation des États américains.

Source :

Haut de la page

Publication d'un rapport sur l'industrie créative du Royaume-Uni

La Confédération des industries britanniques (Confederation of British Industries) a lancé un rapport intitulé « Nation créative ». Cette étude examine des mécanismes qui pourraient être mis en place pour assurer le succès de l'industrie créative. Ces mécanismes reposent entre autres sur une collaboration entre les gouvernements du Royaume-Uni et les industries du pays.

Le rapport fait mention de certaines données qui démontrent l'importance des industries culturelles pour l'économie nationale. Par exemple, la musique génère des profits de 3,5 milliards de livres par année et plus de 100 000 emplois au Royaume-Uni. Au total, l'industrie créative du Royaume-Uni a une valeur ajoutée de 71,4 milliards de livres pour l'économie du pays.

La CBI formule dans ce rapport de nombreuses propositions, dont des mécanismes veillant à ce que les entreprises culturelles aient accès au financement nécessaire. Le groupe mentionne également l'importance pour l'industrie de s'adapter aux changements technologiques, par exemple en développant des plateformes web afin de diffuser les produits culturels. Une autre suggestion faite par le groupe est de favoriser le secteur créatif par la mise en place de systèmes d'apprentissage et d'aide à l'exportation et à l'expansion.

Nous vous invitons à consulter le rapport sur le site Internet de la CBI.

La Confédération des industries britanniques (Confederation of Bristish Industries) est une organisation représentant plus de 240 000 compagnies de toutes les tailles et oeuvrant dans plusieurs secteurs tels que le créatif et les communications. La mission de l'organisation est de faire la promotion sur la scène nationale et internationale des conditions favorisant le succès des entreprises du Royaume-Uni.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Conférence : « Quelle fiscalité pour les biens et services culturels et audiovisuels à l'ère du numérique? »

Le 11 février 2014, au Parlement européen à Bruxelles, se tiendra une conférence organisée par les Coalitions européennes pour la diversité culturelle. Cette conférence a pour thème : « Quelle fiscalité pour les biens et services culturels et audiovisuels à l'ère du numérique? » Les défis posés par le numérique sur le secteur culturel seront à l'ordre du jour de cette conférence.

Le premier débat au programme portera sur l'intégration des multinationales du domaine numérique à la fiscalité et à l'économie créative. Par la suite, la nature de la fiscalité du secteur culturel sera traitée en se demandant si ce type de fiscalité est le plus approprié.

Nous vous invitons à consulter le site Internet du FICDC afin de consulter les détails de la conférence. 

Les Coalitions européennes pour la diversité culturelle sont un réseau informel d'associations nationales pour la diversité culturelle. Ce réseau est composé de la Coalition française à la diversité culturelle, ainsi que celle d'Allemagne, de Suisse et de Belgique, pour ne nommer que celles-ci. Elles se rencontrent deux fois par année et tendent vers une politique européenne plus favorable à la culture et la diversité des expressions culturelles. Pour obtenir plus de renseignements sur les Coalitions européennes à la diversité culturelle, veuillez consulter le site Internet de la Coalition française pour la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

La fondation Asie-Europe (ASEF) supporte sept projets

Pour faire suite à l'appel de candidature de juin 2013 de la fondation Asie-Europe (ASEF), celle-ci a choisi d'appuyer sept projets dans deux de leurs programmes, soit Rencontres Créatives et Réseaux ASEF Créatifs, pour l'année 2014.

Ainsi, quatre projets ont reçu l'appui d'ASEF dans le cadre du programme Rencontres Créatives. Ce programme mise sur les collaborations artistiques entre les organisations culturelles d'Asie et d'Europe. Parmi les projets retenus en 2014, il y aura tout d'abord une table ronde à Helsinki afin d'encourager le dialogue entre les professionnels de l'industrie créative. ASEF a également choisi d'appuyer un atelier réunissant des réalisateurs européens et asiatiques ayant des films en développement. Finalement, deux projets multidisciplinaires de résidences artistiques seront facilités par l'implication de l'ASEF. 

Dans le cadre du programme Réseaux ASEF Créatifs, trois projets ont été sélectionnés. Ce programme élaboré en 2013 prend en compte l'importance du réseautage afin de tisser des liens entre l'Asie et l'Europe dans le domaine culturel. En ce sens, l'ASEF appuiera d'une part, les démarches de plusieurs organisations dans la création d'un réseau d'experts sur la question de l'héritage culturel, et d'autre part, dans l'organisation d'une série d'activités afin de développer les aptitudes des administrateurs du secteur culturel. Finalement, l'ASEF apporte son soutien au Asia-Europe Creative Residency Network, qui organisera la mise sur pied d'un comité pour le programme de résidences artistiques afin de faciliter les échanges entre l'Europe et l'Asie.

La fondation Asie-Europe (ASEF) est une organisation faisant la promotion des liens entre l'Europe et l'Asie par les échanges culturels, intellectuels, et la mobilité d'individus. Depuis sa création en 1997, l'ASEF a mis en place plus de 600 projets regroupant près de 17 000 participants. Pour atteindre son but, l'organisation s'intéresse autant aux questions de gouvernance, de culture ou de développement durable.

Nous vous invitons à consulter le site Internet de la fondation Asie-Europe pour obtenir plus de détails sur leurs activités.
 
Source :

Haut de la page

Un Fonds pour des échanges à l'international

Un Fonds pour des échanges à l'international (le International Opportunities Fund) fait partie de la stratégie culturelle du Wales Arts International (WAI). Le WAI procure notamment des conseils et du soutien aux artistes et organismes artistiques du pays de Galles. L'organisation travaille dans l'objectif de faire rayonner les arts à l'international à travers des collaborations, des projets, des réseaux et la communication. Ce Fonds a donc été créé par l'organisation pour financer les résidences d'artistes qui présentent des oeuvres à l'extérieur du pays et ainsi développer et faire accroître les arts du pays de Galles.

Une évaluation de ce Fonds a été produite par On the Move (OTM). Le but de cette évaluation était principalement d'identifier l'impact de ce Fonds sur la mobilité des professionnels. Programme en vigueur depuis 8 ans, aux fins de l'évaluation ce sont les quatre dernières années qui ont été retenues. Durant ces années, 193 voyages dans 68 pays différents ont reçu un financement couvrant en moyenne 45 % du coût total du projet. L'étude a par ailleurs permis d'observer que les projets financés bénéficiaient aux artistes, non seulement en vivant l'expérience à l'étranger, mais également par le partage de leurs expériences avec les autres professionnels de la culture du pays de Galles. Il a également été possible d'observer un impact à long terme sur le développement professionnel des artistes.

Nous vous invitons à consulter l'étude sur le site Internet de On the Move.

On the Move (OTM) est un réseau d'information sur la mobilité culturelle. Il oeuvre à l'échelle mondiale par l'entremise de ses trente-sept organisations membres. Ces organisations sont actives dans divers domaines, principalement dans les arts de la scène.

Sources :

Haut de la page

Le Conseil national de la culture et des arts du Mexique annonce un nouveau programme

u Conseil national de la culture et des arts (Conaculta) du Mexique a présenté un nouveau programme pour 2013-2015 qui se développe en cinq stratégies. Le programme a comme principaux buts de favoriser l'équité en matière d'accès à la culture, de prendre en compte l'utilisation des technologies et également de stimuler les créateurs mexicains.

Le premier point de ce programme s'oriente vers la prise en compte de l'équité et de l'inclusion sociale dans l'ensemble des actions culturelles. En ce sens, il a été évoqué que la culture doit chercher à soutenir le gouvernement dans ses actions visant à favoriser le développement, la sécurité et la prévention sociale. Parmi ses autres points, le programme prévoit d'une part la protection du patrimoine et des infrastructures via des zones archéologiques et des musées, et propose d'actualiser ses infrastructures en intégrant la technologie aux diverses formes d'expressions. Cela va de pair avec le troisième point du programme qui mise sur l'utilisation des technologies afin de favoriser l'accès universel à la culture. Le plan reconnaît également l'importance de la culture pour l'économie mexicaine, justifiant ainsi des actions publiques pour soutenir le secteur. Finalement, les échanges culturels seront mis de l'avant, entre autres par la participation à divers forums internationaux.

Le Conseil national pour la culture et les arts (Conaculta) a été créé afin de coordonner les politiques, les organismes et les ministères à caractère culturel et artistique. Il soutient, parraine et fait la promotion des événements qui favorisent l'art et la culture. Il cherche à assurer une pleine liberté aux créateurs et encourage les expressions artistiques des différentes régions et des groupes sociaux dans le pays afin de promouvoir, de préserver et d'enrichir les actifs artistiques, culturels et historiques du patrimoine.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Appel à propositions dans le cadre de « Cartographier la culture : communautés, sites et histoires »

Dans la cadre de la Conférence internationale « Cartographier la culture : communautés, sites et histoires » qui se tiendra du 28 au 30 mai 2014, un appel à propositions est lancé. Le sujet de la conférence est la cartographie culturelle qui peut se définir comme l'identification et la documentation des ressources culturelles. Ainsi, en identifiant les éléments culturels, les communautés peuvent mettre en place des projets utilisant ces ressources. L'intérêt premier de prendre part à un tel exercice est de permettre aux communautés de reconnaître et d'encourager la diversité culturelle pour leur développement économique, social et régional.

Les thèmes centraux de cette conférence internationale sont notamment la cartographie de la culture comme un agent d'engagement communautaire, un outil de développement des politiques locales et comme un ensemble de processus et méthodologies. L'événement prendra la forme de panels, symposiums et de présentations artistiques en lien avec la thématique.

La conférence qui aura lieu à Coimbra au Portugal est organisée par le Centre des Sciences sociales, un centre d'études d'état associé à l'Université de Coimbra. Les organisateurs offrent la possibilité aux personnes intéressées de présenter des projets personnels, et également de participer à des panels ou des ateliers.

Nous vous invitons à consulter l'appel à proposition en cliquant ici.

Source :

Haut de la page