Diversité culturelle

Infolettre
sur la diversité des expressions culturelles

Vol. 14, no 3, lundi 3 mars 2014

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

DANS CE NUMÉRO :

Suivi de la Convention

Publications récentes

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Autres actualités d'intérêt



Suivi de la Convention

Les travaux de mise en oeuvre de la Convention sur la diversité des expressions culturelles sont en cours!

La Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles est entrée en vigueur le 18 mars 2007. À l'occasion de la première session de la Conférence des Parties à la Convention, tenue en juin 2007, le Comité intergouvernemental a reçu le mandat d'élaborer les directives opérationnelles nécessaires à la mise en oeuvre de la Convention. Il a tenu depuis neuf rencontres, sept ordinaires et deux extraordinaires.

La quatrième session de la Conférence des Parties, qui s'est tenue à Paris du 11 au 13 juin 2013, a permis l'approbation des directives opérationnelles régissant l'utilisation de l'emblème de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ainsi que les Orientations révisées sur l'utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle. Au total, douze articles de la Convention comportent maintenant des directives opérationnelles.

Au moment d'écrire ces lignes, 134 Parties (133 États et l'Union européenne en tant qu'organisation d'intégration économique régionale) ont ratifié ce traité. Bien que les travaux de mise en oeuvre de la Convention poursuivent leur cours normal, la campagne de mobilisation en vue de la ratification de la Convention par les États membres qui ne l'ont pas encore fait doit plus que jamais se poursuivre, avec ferveur et persuasion! Car la légitimité de la Convention sera proportionnelle au nombre d'États appartenant à toutes les régions du monde qui la ratifient, l'acceptent, l'approuvent ou y adhèrent.

Haut de la page

Publications récentes

Publications sur la mise en oeuvre de la Convention 2005 à l'ère du numérique

Le Secrétariat à la diversité culturelle du ministère de la Culture et des Communications du Québec a récemment ajouté, sur son site Internet, un onglet permettant d'accéder à une section qui présente deux rapports dirigés par Madame Véronique Guèvremont, professeure à la Faculté de droit et à l'Institut québécois des hautes études internationales de l'Université Laval. Cette section s'ajoute à celle des publications de Monsieur Ivan Bernier, professeur émérite à la Faculté de droit de l'Université Laval.

Le premier document rédigé par Madame Guèvremont s'intitule « Réflexion préliminaire sur la mise en oeuvre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à l'ère du numérique ». Le second document est une oeuvre collective du Réseau international des juristes pour la diversité des expressions culturelles (RIJDEC) dont Madame Guèvremont est la cofondatrice. Ce deuxième document a été présenté au Comité intergouvernemental de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles en décembre dernier et aborde également la question de la mise en oeuvre de la Convention 2005 à l'ère du numérique.

Nous vous invitons à consulter le site Internet du Secrétariat à la diversité culturelle pour prendre connaissance des documents.

Le Secrétariat à la diversité culturelle du ministère de la Culture et des Communications du Québec a pour but d'assurer une veille internationale, d'offrir une expertise sur l'articulation commerce-culture, de piloter des travaux et des études, de participer à la concertation interministérielle et de conseiller les autorités ministérielles et gouvernementales sur la question de la diversité culturelle.

Source :

Haut de la page

Le Mexique présente son compte satellite de la culture de 2008-2011

Au cours des dernières semaines, Rafael Tovar y de Teresa, président du Conseil national pour la culture et les arts du Mexique (Conaculta), a présenté les détails du compte satellite de la culture pour les années 2008 à 2011. Ce compte satellite a été réalisé dans la cadre du système national des comptes qui quantifie plusieurs informations quotidiennes, par exemple familiales et sociales. Jusqu'à présent, le Mexique disposait d'un compte satellite sur le tourisme, la santé et la question du travail non rémunéré dans les foyers.

Le rapport a démontré que la culture représentait 2.7 % du PIB mexicain et qu'il existait 780 000 emplois liés au domaine culturel. Le directeur des statistiques économiques de l'Institut national de la statistique et la géographie (INEGI) a par ailleurs mentionné que les foyers dépensaient 3,8 % de leur budget à la consommation en produits culturels. Parmi ceux qui assistent aux événements culturels, les données démontrent que le groupe des enfants a principalement assisté à des ateliers créatifs, que le groupe des 18 à 29 ans a utilisé davantage Internet et a consommé des spectacles à grand déploiement, alors que le groupe des 30 à 49 ans s'est déplacé surtout lors de foires et événements nationaux.

Un séminaire se tiendra prochainement avec des experts du domaine afin d'analyser et d'échanger sur les principaux résultats. Les indicateurs utilisés permettront de faire des comparaisons avec d'autres pays. Les données recueillies ont par ailleurs permis d'élaborer le nouveau programme de la culture du Conaculta pour 2013 à 2015 tel que décrit dans l'édition de février 2014 de notre bulletin.

Le Conseil national pour la culture et les arts (Conaculta) a été créé afin de coordonner les politiques, les organismes et les ministères à caractère culturel et artistique. Il soutient, parraine et fait la promotion des événements qui favorisent l'art et la culture. Il cherche à assurer une pleine liberté aux créateurs et encourage les expressions artistiques des différentes régions et des groupes sociaux dans le pays afin de promouvoir, de préserver et d'enrichir les actifs artistiques, culturels et historiques du patrimoine.

Source :

Haut de la page

Publication d'une étude sur le financement du secteur créatif et culturel de l'Union européenne

Cette étude sur le financement des secteurs créatifs et culturels s'inscrit dans le cadre du nouveau programme « Europe Créative » présenté dans notre bulletin de janvier 2014. Parmi ses principaux objectifs, ce programme vise à faciliter le financement du secteur créatif et culturel de l'Union européenne. Ce rapport a été réalisé grâce à un sondage web fait auprès de 3 000 répondants et a été enrichi par des entrevues et des revues de littérature.

Cette étude a permis de tirer deux principales conclusions. Tout d'abord, il a été possible d'observer qu'il y a une perte importante du nombre d'investissements. En effet, des compagnies ayant de bonnes stratégies d'affaires se voient refuser des prêts bancaires ou n'osent pas en faire la demande puisqu'elles n'y sont pas admissibles en raison d'un manque d'actifs à donner en garantie. Pour pallier ce problème, le programme « Europe Créative » mettra en place dès 2016 un programme de garantie financière de 120 millions d'euros afin de financer ces garanties.

De plus, l'étude a conclu que plusieurs entreprises culturelles avaient des lacunes quant à leurs pratiques de gestion. En ce sens, il a été possible de constater que près de 60 % des entreprises sondées ne détenaient pas de plans d'affaires. La Commission européenne souhaite donc mettre en place des mesures afin de favoriser le développement d'aptitudes en gestion des professionnels des secteurs créatifs et culturels.

Nous vous invitons à consulter le rapport sur le site Internet de la Commission européenne.

Source :

Haut de la page

Politiques et mesures culturelles - Bonnes pratiques

Fonds international pour la diversité culturelle: cinquième appel à demandes de financement

Un cinquième appel pour des demandes de financement de projets au titre du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) vient d'être lancé.

Le FIDC a pour principal objectif de promouvoir le développement durable et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement qui sont Parties à la Convention 2005 de l'UNESCO. Cela se traduit par un soutien financier à des projets qui favorisent l'émergence d'un secteur culturel dynamique.

Ainsi, les projets soutenus par le FIDC permettent de mettre en place et d'élaborer des politiques afin de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles. Les projets financés par le FIDC concernent aussi les industries culturelles viables qui renforcent les infrastructures institutionnelles.

Depuis 2010, le FIDC a financé 71 projets, dans 43 pays en développement, pour un montant total de 4,6 millions de dollars américains. Par exemple, certains projets ont favorisé le développement de politiques culturelles, d'autres le renforcement des capacités des entrepreneurs culturels, la cartographie des industries culturelles et la création de modèles économiques pour les industries culturelles.

Les autorités et institutions publiques, les ONG des pays en développement qui sont Parties à la Convention 2005 et les ONG internationales peuvent soumettre une demande. Les deux premières catégories d'organisations doivent contacter leur commission nationale pour l'UNESCO, afin qu'elle transmette les projets présélectionnés au Secrétariat de l'UNESCO, alors que les ONG internationales transmettent leurs demandes directement au Secrétariat. Ainsi, en 2013, quatre autorités publiques, cinq ONG et une ONG internationale ont obtenu du financement au titre du FIDC.

Nous vous invitons à consulter le site Internet du FIDC pour obtenir plus d'informations sur ces activités et les critères d'éligibilité pour les demandes de financement.

Source :

Haut de la page

Colloque sur l'articulation commerce-culture à l'ère du numérique

Dans le bulletin de février 2014, nous faisions mention d'une série de conférences sur la promotion et la protection de la diversité des expressions culturelles. La première s'est déroulée à Montréal en septembre 2013 et a permis de faire un bilan de la mise en oeuvre de la Convention de 2005. Un deuxième colloque aura lieu le 14 mars 2014 et traitera de l'articulation commerce-culture à l'ère du numérique.

Trois ateliers sont prévus. Le premier s'intéressera à la consommation culturelle à l'ère du numérique et les enjeux liés à cette transformation. Le second atelier permettra à de jeunes chercheurs de présenter leurs recherches en lien avec le thème du colloque. Lors du troisième atelier, des chercheurs universitaires échangeront sur les organisations internationales régulant la culture et autres sujets connexes et discuteront de la gouvernance commerce-culture à l'ère du numérique. Finalement, une session plénière se tiendra en fin de journée afin d'échanger sur de possibles actions communes dans l'articulation de l'enjeu en question et la préservation de la diversité des expressions culturelles.

Les thèmes abordés lors de ce colloque reflètent des questions qui ont été soulevées par les participants au premier colloque en septembre 2013. Le but de cette conférence est de favoriser les échanges entre la recherche et les stratégies mises en place, et d'alimenter les réflexions sur l'articulation commerce-culture qui sont déjà en cours à l'UNESCO.

Ce second colloque, organisé conjointement par le Centre d'études sur l'intégration et la mondialisation (CEIM) et la Coalition pour la diversité culturelle, se tiendra au Centre Pierre-Péladeau, à Montréal, le 14 mars 2014 de 9 h 30 à 17 h 30.

Source :

Haut de la page

Appel à communications pour la Conférence internationale sur les arts, la culture et le patrimoine

Du 1er au 3 octobre 2014 se tiendra la Conférence internationale sur les arts, la culture, le patrimoine et le développement national, en Afrique du Sud. Le thème principal de l'événement sera : « Le positionnement stratégique des arts, de la culture et du patrimoine au 21e siècle ».

De nombreux sous-thèmes seront également envisagés, dont les industries créatives, le rôle de l'art et le rôle des gouvernements dans la promotion de la culture. Les contributions peuvent prendre de multiples formes telles que des allocutions, des ateliers et des tables rondes.

Les personnes intéressées doivent soumettre leurs propositions d'ici le 30 mars 2014 au secrétariat de la Conférence. Les informations sont disponibles sur le site Internet de l'événement.

Source :

Haut de la page

World CP présente le profil du Chili

World CP, une base de données internationale des politiques culturelles, vient de publier le profil du Chili. Il s'agit de la première compilation et analyse des politiques culturelles chiliennes et le premier profil de WorldCP d'un pays d'Amérique du Sud. Le rapport a été présenté par la Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (IFACCA) à l'Assemblée générale à Santiago au Chili.

Tous les profils développés par WorldCP portent sur huit éléments centraux soit : perspective historique, objectifs et principes de la politique culturelle, processus décisionnel, principaux enjeux, dispositions légales dans le domaine culturel, financement du secteur et promotion de la créativité. Dans la neuvième et dernière section du rapport, il est également possible de consulter une liste des documents et organisations clés dans le domaine des politiques culturelles chiliennes.

Nous vous invitons à consulter le profil du Chili sur le site Internet de WorldCP.

La Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (IFACCA) est le partenaire premier du projet WorldCP. Depuis sa création en 2001, l'IFACCA a établi un réseau de programmes et de ressources qui favorise le partage d'information dans le domaine des arts et de la culture.

Source :

Haut de la page

Autres actualités d'intérêt

Appel à candidatures : « Prix CGLU - Ville de Mexico - Culture 21 »

Dans le cadre du « Prix CGLU - Ville de Mexico - Culture 21 », la période de présentations de candidatures est lancée.

Ce prix a comme principal objectif de reconnaître les chefs de file, villes ou personnes, dans le domaine de la culture en tant que pilier du développement durable. Ceux et celles qui désirent poser leurs candidatures doivent le faire avant le 31 mars 2014.

Le prix comporte deux catégories. Le premier reconnaîtra une politique ou un projet qui inclut les principes de l'Agenda 21 de la culture. En ce sens, la récompense sera remise à une ville ou un gouvernement qui, par ses politiques, aura favorisé l'articulation entre la culture et la gouvernance démocratique, la participation et le développement durable. Le second récompensera une personne mondialement connue en raison de sa contribution à la liaison entre la culture et le développement durable. La personnalité sélectionnée deviendra l'Ambassadeur culturel de la Ville de Mexico.

Nous vous invitons à consulter le site Internet de Culture 21 pour obtenir plus de détails sur l'appel à candidatures.

Le « Prix CGLU - Ville de Mexico - Culture 21 » est une initiative de la Commission Culture de l'association mondiale Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU). La mission de la Commission Culture de CGLU est de faire la promotion de la culture comme quatrième pilier du développement durable en s'appuyant sur l'Agenda 21 comme texte fondateur.

Source :

Haut de la page