Diversité culturelle

Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques

La Commission européenne se penche sur le financement du cinéma – 2006/10/23

Selon la journaliste Paule Gonzales, la Commission européenne (CE), gardienne de la libre circulation des hommes et des capitaux entre les différents pays de l'Union, ne cesse de s'interroger sur « l'eurocompatibilité » des systèmes d'aides nationaux. En effet, ses deux directions chargées de la Concurrence et du Marché intérieur ont commandé une étude sur les aides au cinéma des vingt-cinq pays de l'Union qui inquiète les différents centres nationaux du cinéma en Europe (même si rien ne devrait être remis en cause avant 2008), car cette étude devra juger si, oui ou non, ce qui assure la majorité du financement du cinéma européen est légal.

À l’évidence, dans la plupart des pays européens, les aides, sans lesquelles peu de films verraient le jour, sont liées au tournage dans le pays, voire dans la ­région qui accorde ce complément de financement indispensable. C'est sur ce point particulier qu'entend insister la CE. L'idée serait de considérer les aides légales à la condition que cela n'empêche pas un film de se faire n'importe où sur le territoire européen. De quoi anéantir l'intérêt économique et industriel pour un pays ou une région à financer le cinéma, affirme la journaliste. En France, par exemple, cette territorialisation des aides et la mise en place des fonds régionaux et du système de crédit d'impôt auraient permis, en l'espace de deux ans, «  de relocaliser les tournages d'un film sur deux et deux fictions télé sur trois ».

Selon les professionnels du cinéma français et, plus particulièrement M. Thierry de Segonzac, représentant des industries techniques, « c'est une vingtaine de films qui n'aurait pas vu le jour sans ces aides ». Il estime d’ailleurs que « la suppression de ces dernières pourrait entraîner la délocalisation à l'étranger de 30 % de la production française soit une soixantaine de films », et propose à cet égard qu’au nom de la Convention de l’UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, les deux directions de la CE en charge du dossier « soient disqualifiées du périmètre des industries culturelles », afin de sanctuariser ces dernières.

Accueil - Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques - La Commission européenne se penche sur le ...