Diversité culturelle

Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques

L’Observatoire de la culture et des communications du Québec : Une référence à inclure dans vos signets !

L’échange, l’analyse et la diffusion de l’information font partie intégrante des obligations faites aux Parties par la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles. La Convention nécessite, entre autres, que « les Parties s’accordent pour échanger l’information et l’expertise relatives à la collecte des données et aux statistiques concernant la diversité des expressions culturelles, ainsi qu’aux meilleures pratiques pour la protection et la promotion de celle-ci » (article 19). Également, la Convention requiert que « les Parties fournissent tous les quatre ans, dans leurs rapports à l’UNESCO, l’information appropriée sur les mesures prises en vue de protéger et promouvoir la diversité des expressions culturelles sur leur territoire et au niveau international [et qu’elles] partagent et échangent l’information relative à la protection et à la promotion de la diversité des expressions culturelles ».

Pour faire face à ces exigences, les Parties devraient pouvoir disposer de données statistiques pertinentes et objectives. C’est dans cet esprit que nous portons aujourd’hui à votre attention une référence de grande importance en matière de statistiques dans le domaine de la culture et des communications au Québec : L’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ, Observatoire).

L’OCCQ a pour mission de fournir un portrait statistique fiable et évolutif du secteur de la culture et des communications au Québec. Il vise à répondre aux besoins réels et concrets des intervenants des secteurs de la culture et des communications ainsi que de ceux qui traitent avec ces secteurs en matière de statistiques, de soutien à la recherche et de veille. L’OCCQ est une unité administrative (une direction) de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ), qui est l’agence statistique officielle du Québec.

En bref, le mandat de l'Observatoire consiste à :

  • « développer un système intégré de statistiques de façon à couvrir tout le champ de la culture et des communications;
  • faciliter le transfert des connaissances au bénéfice des intervenants des secteurs de la culture et des communications;
  • faciliter les collaborations avec les unités ou les centres de recherche existants, notamment dans le milieu universitaire;
  • valoriser les banques de données existantes chez les partenaires, tant institutionnels que privés (associations, syndicats, entreprises, etc.), et favoriser les interactions avec les autres producteurs de statistiques ou de connaissances qui œuvrent dans des domaines semblables ou connexes;
  • mobiliser de nouvelles ressources, notamment en offrant des services professionnels sur une base d'affaires;
  • documenter l'importance et le rôle de la culture et des communications dans la société moderne, et contribuer à la réflexion sur les grandes tendances internationales ».

Nous vous invitons à visiter le site web de l’OCCQ et à prendre connaissance des nombreux produits et services qu’on y propose. Par exemple, vous pouvez y consulter le Système de classification des activités de la culture et des communications du Québec 2004, « un ouvrage jusqu’à présent inédit ». Ce document de référence présente la classification des organismes et entreprises de la culture et des communications au Québec selon 15 domaines (arts de la scène, livre, cinéma et audiovisuel…) et selon leur fonction dans la filière de production (création, production…). « Le Système a été élaboré par l’OCCQ, après consultation menée auprès des milieux culturels. Le but de l’ouvrage est de fournir une structure logique, une nomenclature et un ensemble de définitions permettant de décrire les entités au sujet desquelles l’OCCQ produit des statistiques. Tous les travaux de l’Observatoire recourent désormais à cette classification et à son vocabulaire ».

L’Observatoire signale que « bien qu’il ait été conçu expressément pour servir de cadre aux travaux statistiques de l’OCCQ, le Système renferme une somme de renseignements susceptibles de servir à d’autres intervenants. Voilà pourquoi l’OCCQ a choisi de publier l’ouvrage et de le rendre accessible à tous. Les travailleurs culturels, les artistes, les analystes, les gestionnaires de programme, les chercheurs et le grand public l’utiliseront comme ouvrage de référence pour connaître l’activité économique qui caractérise, par exemple, les « centres d’artistes », les « studios de doublage » ou les « diffuseurs de spectacles » ».

Au chapitre des statistiques, l’Observatoire fait la collecte et l’intégration de données; réalise des études et des enquêtes; tient un registre des entreprises et organismes de la culture et des communications; opère des banques de données communes.

Les activités de diffusion de l’OCCQ s’exercent surtout par le biais de deux canaux : un site Internet ainsi que des rapports d'études et des compilations thématiques. Par exemple, le bulletin « Statistiques en bref » publié sur une base ad hoc aborde, au fil des numéros, différents thèmes reliés au secteur de la culture et des communications au Québec. Chaque numéro contient une brève description de l'information statistique, des tableaux de données et des graphiques. Également, l’Observatoire publie des documents annuels intitulés « Statistiques principales de la culture et des communications au Québec » et « Statistiques sur l’industrie du film et de la production télévisuelle indépendante ».

Le 17 mars dernier, lors du Forum sur l’économie créative qui s’est tenu à Gatineau, au Québec, le directeur général de l’OCCQ, M. Dominique Jutras, a fait une présentation générale du rôle et des fonctions de son organisme. Sur le thème « La statistique au service du système culturel québécois », cette présentation ne manquera pas d’intéresser tous ceux qui songent à se doter d’un tel instrument pour mieux suivre l’importance et l’impact socio-économiques de la culture et des communications sur leur territoire. À cet égard, nous soulignons également une autre présentation de M. Jutras, celle-là faite lors des Journées internationales de travail avec les Observatoires de la culture, tenues à San Sebastian (en Espagne). Cette présentation, intitulée « Les Observatoires de la culture dans le monde : l’apprentissage par l’expérience », se termine par un appel visant à établir les bases d’un partenariat international afin que les divers observatoires de la culture développent une approche originale pour étudier l’effet de la globalisation sur la culture.

D’ailleurs, certaines des données de l’OCCQ se retrouvent dans le carnet statistique « Chiffres à l’appui » qui vient d’être publié par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec. Conçu comme un aide-mémoire d’ensemble, ce carnet réunit des données sur le financement public, sur des organismes artistiques et culturels et industries culturelles, sur des pratiques culturelles et sur des programmes administrés par le Ministère.

Profitez de ce moment pour ajouter le site Internet de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec à vos signets !

Source :

  • Site Internet de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec
Accueil - Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques - L’Observatoire de la culture et des ...