Diversité culturelle

Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques

Le Québec présente un Festival du film québécois en Algérie

La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, et la ministre des Relations internationales et ministre responsable de la Francophonie, Mme Monique Gagnon-Tremblay, ont récemment annoncé la tenue du Festival du film québécois en Algérie (du 5 au 9 juin 2008).

À ce sujet, Mme Christine St-Pierre a souligné : « L’aimable invitation du ministère de la Culture d'Algérie témoigne des liens étroits que nous avons établis avec ce pays. C’est une occasion unique de faire connaître le Québec et sa cinématographie tout en donnant un nouvel élan à notre entente de coopération culturelle. »

« Ces liens solides avec l’Algérie sont également attribuables à l’importance du volet commercial et surtout à la forte communauté d’origine algérienne qui contribue à multiplier les réseaux entre les deux populations », a ajouté Mme Gagnon-Tremblay.

Cette manifestation s'inscrit dans le cadre de l'Entente de coopération culturelle entre le gouvernement du Québec et le gouvernement de la République algérienne démocratique et populaire signée en 1989.

Outre le ministère des Relations internationales et le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) et l’organisme Vues d'Afrique ont participé à l’organisation de cette semaine du film québécois à Alger. Le communiqué de presse ajoute qu’il faut aussi mentionner le rôle joué par le Consul général d'Algérie à Montréal, M. Abdelaziz Sebaa, instigateur du projet, et par le ministère de la Culture d'Algérie qui a lancé une invitation et proposé un lieu pour tenir l’événement, soit l'Office Riadh el Feth.

Le communiqué de presse précise que sept longs métrages composaient la sélection du festival : L’Ange de goudron, La Grande Séduction, Congorama, La Brunante, C.R.A.Z.Y., Un dimanche à Kigali, et le documentaire Ni Sauvage Ni Barbare. Chaque film était précédé d’un court métrage soit documentaire, soit de fiction. Plusieurs réalisateurs et producteurs québécois étaient sur place et ont participé à des rencontres avec leurs homologues.

Autres activités durant le festival : Tout d’abord, une rencontre entre les représentants des ministères et des sociétés d’État québécois et algérien pour préparer un plan d’action dans le cadre de l’entente de coopération. Également, une présentation aux intervenants de divers secteurs culturels algériens sur le thème du modèle québécois de gestion et de financement de la culture, par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, la SODEC et le Conseil des arts et des lettres du Québec.

Source :

Accueil - Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques - Le Québec présente un Festival du film ...