Diversité culturelle

Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques

Les industries culturelles en Afrique de l'Ouest : Les experts évaluent les avantages et les inconvénients du secteur – 2006/09/14

Un séminaire sous-régional sur Les industries culturelles en Afrique de l’Ouest : réalités et défis, s'est tenu le 14 septembre dernier à Dakar, au Sénégal. Ce séminaire organisé par la Commission sénégalaise pour l’UNESCO, auquel participaient des représentants du Mali, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Togo, ainsi que des experts nationaux et des universitaires, s'inscrivait dans le cadre de la Convention de l'UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles pour laquelle la communauté internationale se mobilise en vue de sa ratification rapide. L’objectif du séminaire est de faire l’état des lieux des industries culturelles en Afrique de l’Ouest, et d'en évaluer chaque secteur ; sensibiliser les décideurs sur le rôle des industries culturelles dans la sauvegarde de l’identité culturelle et leur rentabilité ; réfléchir sur une stratégie de renforcement des capacités de production endogène et sur une stratégie de développement de marchés locaux.

Partant du postulat que les industries culturelles constituent aujourd’hui le principal moyen de création et de circulation des produits culturels, de création d’emploi et de moyen de lutte contre la pauvreté, les organisateurs soulignent que ces produits culturels, jadis marginalisés en Afrique, ont acquis le statut de biens de première nécessité et font l’objet d’échanges considérables. De plus, ils font le constat suivant : « En Afrique de l’Ouest, les industries tenues dans les secteurs de la musique, du cinéma, de l’audiovisuel, du livre, etc., connaissent un dynamisme certain, mais sont confrontées à des obstacles et difficultés qui constituent des défis à relever. Parmi ceux-ci on note le problème de la piraterie, un régime douanier et fiscal et un environnement juridique peu favorables au développement des industries culturelles, les coûts de production élevés, entre autres ».

Pour ce faire, les participants recommandent "une bonne mise en place des industries culturelles". Celle-ci passe nécessairement par la définition du statut des artistes et créateurs, la création d'un environnement juridique favorable au droit du créateur et à la protection de leurs œuvres, la règlementation de la profession.

Accueil - Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques - Les industries culturelles en Afrique de ...