Diversité culturelle

Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques

UNESCO/ISU - Échanges internationaux d'une sélection de biens et services culturels, 1994-2003: Définir et évaluer le flux du commerce culturel mondial, 2005/12/15

Dans le monde d'aujourd'hui, il existe une gamme diverse d’industries culturelles et créatives. La musique, les livres, l’artisanat, les films ainsi que de nombreux autres biens et services culturels traversent les frontières internationales et créent ainsi un portrait complexe des flux du commerce culturel. On estime que les industries culturelles et créatives comptent à elles seules pour au-delà de 7 % du produit intérieur brut mondial.

Un rapport, produit par l'Institut de statistique de l'UNESCO, analyse les données du commerce international de 120 pays pour une sélection de produits tels que les livres, CD, jeux vidéo, sculptures. Il utilise une nouvelle méthodologie afin de mieux refléter les flux du commerce culturel et contribue ainsi aux efforts de l’UNESCO en matière de collecte et d’analyse de données qui illustrent de façon claire le rôle central de la culture dans le développement économique, social et humain.

Ce rapport de l'ISU examine une sélection d’échanges de biens et de services culturels. Il montre que les pays à revenu élevé sont les plus grands producteurs et consommateurs de biens culturels et conclut que l es pays en développement sont les perdants du commerce des biens culturels. Ainsi, trois pays - Royaume-Uni, États-Unis et Chine - représentaient 40 % du commerce mondial des biens culturels en 2002, alors que l’Amérique latine et l’Afrique réunies ne comptaient que pour moins de 4 %. À cet égard, le Directeur général de l’UNESCO, M. Koïchiro Matsuura, déclare: « Bien que la mondialisation ouvre d’importantes perspectives en matière de diffusion par les pays de leur culture et de leur talent créatif à l’échelle de la planète, il est évident que toutes les nations ne sont pas en mesure de tirer parti de ces nouvelles possibilités (…) Si l’on n’aide pas ces pays à participer à ces échanges, un grand nombre d’entre eux risque de voir leur voix culturelle marginalisée et isolée »

Le rapport décrit également certaines des difficultés concernant la mesure des échanges internationaux de produits issus d’industries culturelles et créatives en utilisant les classifications existantes tant industrielles que celles de produits. Il explore des manières innovatrices de présenter les données existantes et identifie celles qui pourraient être collectées dans le futur. Du fait du manque de données, en particulier pour les services culturels, et de la complexité inhérente aux produits culturels, le rapport n’offre pourtant qu’un aperçu de la réalité. Cependant, il représente un pas en avant en matière d’estimation de la nature et des tendances des flux internationaux du commerce de biens culturels en présentant une image globale et plus complète de ces flux.

Toutefois, conformément avec la récente adoption par l’UNESCO de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (octobre 2005), l’Organisation poursuivra ses efforts en vue d’identifier de nouvelles façons de mesurer la culture et ses manifestations si diverses, souligne le rapport.

Accueil - Politiques et mesures culturelles – bonnes pratiques - UNESCO/ISU - Échanges internationaux d'une ...